Lion n°694 novembre 2016
Lion n°694 novembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°694 de novembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : un centenaire sous le signe de la jeunesse !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
Vie culturelle - Cinéma Une vie Drame feutré d’après Maupassant La sélection cinéma En Normandie, en 1819. Jeanne sort du couvent et épouse rapidement Julien de Lamare dont elle est tombée éperdument amoureuse. Après avoir découvert l’homme de sa vie dans les bras de sa domestique, son insouciance s’évanouit petit à petit. Malgré les malheurs qui s’accumuleront, comme les deuils ou la découverte de secrets sur ses proches, sa vie continue, inexorablement. Un an après La Loi du marché, Stéphane Brizé remonte dans le temps avec cette adaptation du premier roman de Guy de Maupassant. Il fait preuve d’une jolie retenue dans la lente déchéance de cette idéaliste malmenée par le quotidien. Les ellipses étonnantes lors de moments clefs nuisent à la profondeur de l’émotion mais le charme prend grâce à la délicatesse de la caméra flottante et à la qualité de la distribution, à commencer par Judith Chemla qui glisse, avec une large gamme de nuances, de l’enthousiasme de la jeunesse à un désespoir palpable après les nombreuses déceptions. Yolande Moreau et Jean-Pierre Darroussin sont ses parents doux et humbles, les talents montants SwannArlaud et Finnegan Oldfield l’époux volage et le fils inconséquent, Nina Meurisse et Clotilde Hesme les maîtresses du mari..76//Lion édition française - N°694 par René Quinson Tu ne tueras point Un soldat sans armes 1945, guerre du Pacifique, sur l’île d’Okinawa. Desmond Doss s’est engagé dans l’armée américaine mais refuse obstinément de toucher une arme et de tuer le moindre être humain. Fervent croyant, il demande à servir son pays en tant qu’infirmier. Le considérant comme un lâche, ses supérieurs (dont deux sous-officiers joués par Vince Vaughn et Sam Worthington) veulent le pousser à se faire réformer et montent ses camarades contre lui. Il va pourtant faire preuve sur le terrain d’un courage impressionnant lors de l’assaut d’une colline tenue par les Japonais et sortir plusieurs dizaines de soldats blessés du champ de bataille, l’un après l’autre, sous le feu de l’ennemi, sans tirer le moindre coup de feu. Après son récent retour comme acteur dans Blood Father, Mel Gibson se rappelle à nous en tant que réalisateur avec ce film de guerre impressionnant. La violence des combats est retranscrite dans toute son horreur, avec des corps coupés en deux par la puissance des mitraillettes et des bombardements. Ce héros étonnant, premier objecteur de conscience à avoir reçu la Medal of Honor, permet à l’auteur de Braveheart et La Passion du Christ de partager sa foi, jusque dans sa mise en scène riche en symboles religieux. Snowden Lanceur d’alerte Réformé de l’armée après une mauvaise chute, Edward Snowden rejoint la CIA puis les grands organismes d’espionnage américains. Il deviendra mondialement célèbre le 5 juin 2013 en révélant à deux journalistes l’étendue du réseau de surveillance des États- Unis à la limite, pour le moins, de la légalité et les dérives de l’intrusion dans les bases de données privées au nom de la lutte contre le terrorisme. Après l’équilibriste français Philippe Petit dans The Walk, Joseph Gordon- Levitt interprète avec un étonnant mimétisme cet ingénieur, dont les révélations déjà retracées dans le documentaire Citizenfour, ont chamboulé le monde. Oliver Stone signe un nouveau long-métrage engagé et réhabilite ce lanceur d’alertes qui a bouleversé sa vie pour révéler au grand jour ces collectes d’informations illégales. Considéré comme un traître à sa patrie, il vit exilé en Russie avec sa petite amie Lindsay Mills au tempérament bien trempé (Shailene Woodley, l’héroïne de la série Divergente) qui l’a soutenu sans faillir. Parmi les seconds rôles, l’on retrouve Nicolas Cage en cadre de la CIA et surtout Rhys Ifans, habitué aux emplois comiques, étonnant en supérieur hiérarchique inquiétant.
Iris Un piège machiavélique Après un déjeuner au restaurant, Antoine Doriot, un riche banquier, perd la trace d’Iris, son épouse, qui l’attendait dehors alors qu’il réglait la note. Max, mécanicien lourdement endetté, a accepté l’offre de la jeune femme de l’aider à organiser son propre kidnapping pour se libérer, affirme-telle, de l’emprise de son mari. Après le rendez-vous pour la remise de la rançon, Max la retrouve morte sur son lit. La réalité, complexe, se dévoile petit à petit alors qu’un duo de policiers (dont Camille Cottin, la Connasse de Canal +) mènent l’enquête, dépassés par les faux-semblants d’un étrange trio. Jalil Lespert (Yves Saint-Laurent) adapte un film japonais pour un thriller riche en manipulations et retournements et s’offre le rôle de l’époux trouble. Malgré quelques raccourcis bien pratiques, il met en scène avec précision un piège machiavélique qui se retourne contre celui qui l’a initié. Après Un Petit Boulot, Romain Duris prend goût aux emplois douteux pour faire face à la crise, mais dans un registre plus noir. Charlotte Le Bon, qu’il avait déjà croisée dans L’Écume des jours lui donne la réplique (et de sa personne) dans ce thriller guère crédible mais assez prenant. Le client Mort d’un commis voyageur en Iran Emad et Rana doivent déménager, l’immeuble où ils habitent menaçant de s’effondrer à tout moment. Lorsqu’il retrouve son épouse blessée dans leur nouvel appartement, Emad cherche à trouver le responsable de ce qui ressemble à une agression sexuelle. Le réalisateur Asghar Farhadi évoque le sujet tabou de la prostitution à travers un incident dont la réalité se dévoile petit à petit comme dans ses précédents films dont Une Séparation ou Le Passé. Le couple joue sur scène la pièce d’Arthur Miller Mort d’un commis voyageur qui agit comme le révélateur. Le cinéma de l’Iranien est plus intellectuel que viscéral mais l’émotion n’en est pas moins grande à mesure que le film s’impose à vous insidieusement par l’exploration de ses failles morales. Le Client a remporté deux prix au dernier Festival de Cannes, pour son scénario à la mécanique rigoureuse et pour l’acteur Shahab Hosseini en homme qui faillit à son humanité. La force de sa partenaire Taraneh Alidoosti n’est pas moins forte  : son regard face au comportement de plus en plus impitoyable de son compagnon en dit beaucoup sur les places respectives de l’homme et de la femme dans cette société corsetée. Lion édition française - N°694//.77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 694 novembre 2016 Page 1Lion numéro 694 novembre 2016 Page 2-3Lion numéro 694 novembre 2016 Page 4-5Lion numéro 694 novembre 2016 Page 6-7Lion numéro 694 novembre 2016 Page 8-9Lion numéro 694 novembre 2016 Page 10-11Lion numéro 694 novembre 2016 Page 12-13Lion numéro 694 novembre 2016 Page 14-15Lion numéro 694 novembre 2016 Page 16-17Lion numéro 694 novembre 2016 Page 18-19Lion numéro 694 novembre 2016 Page 20-21Lion numéro 694 novembre 2016 Page 22-23Lion numéro 694 novembre 2016 Page 24-25Lion numéro 694 novembre 2016 Page 26-27Lion numéro 694 novembre 2016 Page 28-29Lion numéro 694 novembre 2016 Page 30-31Lion numéro 694 novembre 2016 Page 32-33Lion numéro 694 novembre 2016 Page 34-35Lion numéro 694 novembre 2016 Page 36-37Lion numéro 694 novembre 2016 Page 38-39Lion numéro 694 novembre 2016 Page 40-41Lion numéro 694 novembre 2016 Page 42-43Lion numéro 694 novembre 2016 Page 44-45Lion numéro 694 novembre 2016 Page 46-47Lion numéro 694 novembre 2016 Page 48-49Lion numéro 694 novembre 2016 Page 50-51Lion numéro 694 novembre 2016 Page 52-53Lion numéro 694 novembre 2016 Page 54-55Lion numéro 694 novembre 2016 Page 56-57Lion numéro 694 novembre 2016 Page 58-59Lion numéro 694 novembre 2016 Page 60-61Lion numéro 694 novembre 2016 Page 62-63Lion numéro 694 novembre 2016 Page 64-65Lion numéro 694 novembre 2016 Page 66-67Lion numéro 694 novembre 2016 Page 68-69Lion numéro 694 novembre 2016 Page 70-71Lion numéro 694 novembre 2016 Page 72-73Lion numéro 694 novembre 2016 Page 74-75Lion numéro 694 novembre 2016 Page 76-77Lion numéro 694 novembre 2016 Page 78-79Lion numéro 694 novembre 2016 Page 80-81Lion numéro 694 novembre 2016 Page 82-83Lion numéro 694 novembre 2016 Page 84-85Lion numéro 694 novembre 2016 Page 86-87Lion numéro 694 novembre 2016 Page 88-89Lion numéro 694 novembre 2016 Page 90-91Lion numéro 694 novembre 2016 Page 92-93Lion numéro 694 novembre 2016 Page 94-95Lion numéro 694 novembre 2016 Page 96-97Lion numéro 694 novembre 2016 Page 98-99Lion numéro 694 novembre 2016 Page 100