Lion n°694 novembre 2016
Lion n°694 novembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°694 de novembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : un centenaire sous le signe de la jeunesse !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Savoir - Passé, Présent, Futur À bord, l’instrument indique la trajectoire et alerte lorsque l’angle des ailes excède une certaine limite..50//Lion édition française - N°694 L’avion qui aime le soleil Aux commandes par Philippe Colombet « L’avenir est propre », lance Bertrand Piccard. Son avion solaire boucle son tour du monde aérien sans carburant. Aussi large qu’un Boeing 747, il a volé à une vitesse de 80 km/h grâce à des batteries emmagasinant l’énergie solaire captée par 17 000 cellules. À 8 500 mètres, il a volé durant un an et quatre mois. En plus d’une performance technologique, ce tour du monde est un exploit humain, dans un cockpit de 3,8 m² sans air conditionné  : « Bientôt, il y aura des passagers sur des avions électriques qui seront rechargés sur le sol ». Saviez-vous qu’un horloger, filiale de Swatch, y a joué un rôle ? De la lune au soleil Ce n’est pas une première que ces exploits aéronautiques pour ce père de la Moon Watch, montre qui est allée sur la lune avec Apollo. Omega a joué un rôle en tant que partenaire de Solar Impulse, en apportant un soutien financier ainsi qu’une expertise qui contribue au développement de solutions d’énergie renouvelable. Son implication est un des facteurs de réussite du projet. Cet avion a été construit pour relever un défi de taille, devenir le premier à faire le tour de la terre en utilisant le soleil comme seule énergie. Il intègre des technologies
Le système de phares d’atterrissage allégé, seulement un kilo, permet d’éclairer totalement la piste d’atterrissage. nouvelles, ou améliorées, conçues par l’horloger pour augmenter son efficacité énergétique. Conçu par Claude Nicollier, légende de l’aéronautique et spationaute de l’ESA, un instrument indique le degré d’inclinaison. Outre les indications visibles, il est équipé de dispositifs d’alerte vibrants situés dans les manches de la combinaison de vol pour que les pilotes puissent réagir aux informations critiques. Une alarme émet toutes les 20 minutes un bourdonnement pour s’assurer que le pilote ne s’assoupisse pas. L’horloger a aussi introduit un répartiteur d’énergie qui permet, en cas de panne de l’un des quatre moteurs, de rééquilibrer les moteurs par un transfert de l’énergie de la batterie du moteur défaillant à la batterie du moteur en fonctionnement. Ces répartiteurs fonctionnent de manière bidirectionnelle afin de s’assurer que chaque nacelle de batteries puisse en soutenir une autre sur la même aile. Le cockpit a, quant à lui, permis d’alléger de 50% le poids de l’électronique. L’horloger a également conçu un système de feux d’atterrissage léger, trois grammes par watt. Chaque aile est équipée d’un ensemble de lampes d’atterrissage dont la luminosité est amplifiée par une lentille de corrélation. Chaque lampe consomme seulement 10 watts, pour une intensité d’ampoule à incandescence de 200 watts. L’énergie est utilisée pour alimenter les instruments du cockpit par le biais de batteries à haut voltage situées dans chacune des nacelles. Le convertisseur convertit l’énergie en courant à faible voltage. Enfin, développée avec les pilotes, une montre Speed master Sky walker X-33 Solar Impulse a été homologuée par l’Agence spatiale européenne, 1 924 exemplaires. Quartz, son cadran noir orné d’index blancs présente une ouverture pour lire les informations digitales comme les heures, minutes et secondes de trois fuseaux, trois alarmes, les fonctions chronographe et compte à rebours, un quantième perpétuel avec indication jour, date, mois, année et semaine, parée pour l’espace grâce à deux fonctions, temps de mission écoulé, « Mission Elapsed Time », et temps de phase écoulé, « Phase Elapsed Time », conçue sur la base d’un brevet de l’ESA déposé par le spationaute Jean-François Clervoy. a Sur l’Everest Sans oxygène Melissa Arnot a posé le pied sur le toit du monde. « 8 848 mètres, je n’ai jamais imaginé que j’allais pouvoir réussir un jour, alors que j’avais déjà échoué six fois », la manufacture Alpina l’a équipée d’une montre connectée  : « Je l’ai utilisée comme outil de sécurité. Connaître mes données m’a aidé à comprendre ce dont j’avais besoin pour m’améliorer ». Au-dessus de 7 924 mètres, « zone de mort », l’être humain ne peut plus s’acclimater. Melissa y est presque arrivée en 2013. Elle est allée jusqu’à 8 503 mètres, lorsqu’elle rencontra un sherpa inconscient. Elle a également tenté une ascension en 2015, tremblement de terre. 1988, Lydia Bradley, Nouvelle-Zélande, était devenue la première femme à avoir escaladé l’Everest sans assistance d’oxygène. Melissa Arnot, considérée comme la meilleure alpiniste américaine, vient d’ajouter son nom. Prochain challenge ? Escalader les plus hauts sommets des États-Unis en 50 jours ! a Alpiniste américaine, Melissa Arnot consacre sa vie à l’exploration des plus belles montagnes du monde. Lion édition française - N°694//.51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 694 novembre 2016 Page 1Lion numéro 694 novembre 2016 Page 2-3Lion numéro 694 novembre 2016 Page 4-5Lion numéro 694 novembre 2016 Page 6-7Lion numéro 694 novembre 2016 Page 8-9Lion numéro 694 novembre 2016 Page 10-11Lion numéro 694 novembre 2016 Page 12-13Lion numéro 694 novembre 2016 Page 14-15Lion numéro 694 novembre 2016 Page 16-17Lion numéro 694 novembre 2016 Page 18-19Lion numéro 694 novembre 2016 Page 20-21Lion numéro 694 novembre 2016 Page 22-23Lion numéro 694 novembre 2016 Page 24-25Lion numéro 694 novembre 2016 Page 26-27Lion numéro 694 novembre 2016 Page 28-29Lion numéro 694 novembre 2016 Page 30-31Lion numéro 694 novembre 2016 Page 32-33Lion numéro 694 novembre 2016 Page 34-35Lion numéro 694 novembre 2016 Page 36-37Lion numéro 694 novembre 2016 Page 38-39Lion numéro 694 novembre 2016 Page 40-41Lion numéro 694 novembre 2016 Page 42-43Lion numéro 694 novembre 2016 Page 44-45Lion numéro 694 novembre 2016 Page 46-47Lion numéro 694 novembre 2016 Page 48-49Lion numéro 694 novembre 2016 Page 50-51Lion numéro 694 novembre 2016 Page 52-53Lion numéro 694 novembre 2016 Page 54-55Lion numéro 694 novembre 2016 Page 56-57Lion numéro 694 novembre 2016 Page 58-59Lion numéro 694 novembre 2016 Page 60-61Lion numéro 694 novembre 2016 Page 62-63Lion numéro 694 novembre 2016 Page 64-65Lion numéro 694 novembre 2016 Page 66-67Lion numéro 694 novembre 2016 Page 68-69Lion numéro 694 novembre 2016 Page 70-71Lion numéro 694 novembre 2016 Page 72-73Lion numéro 694 novembre 2016 Page 74-75Lion numéro 694 novembre 2016 Page 76-77Lion numéro 694 novembre 2016 Page 78-79Lion numéro 694 novembre 2016 Page 80-81Lion numéro 694 novembre 2016 Page 82-83Lion numéro 694 novembre 2016 Page 84-85Lion numéro 694 novembre 2016 Page 86-87Lion numéro 694 novembre 2016 Page 88-89Lion numéro 694 novembre 2016 Page 90-91Lion numéro 694 novembre 2016 Page 92-93Lion numéro 694 novembre 2016 Page 94-95Lion numéro 694 novembre 2016 Page 96-97Lion numéro 694 novembre 2016 Page 98-99Lion numéro 694 novembre 2016 Page 100