Lion n°693 octobre 2016
Lion n°693 octobre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°693 de octobre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : agir pour la lecture...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
Savoir - Nature Champignons hallucinogènes « Champignons hallucinogènes » est le nom communément donné aux champignons psychotropes, contenant des composés hallucinogènes tels que la psilocybine et la psilocine. À faibles doses, les drogues hallucinogènes ont comme effet principal une altération des perceptions, de la pensée ou de l’humeur, tout en préservant la lucidité et avec des effets minimes sur la mémoire et l’orientation. Malgré leur nom, l’usage de drogues hallucinogènes entraîne rarement de véritables hallucinations. Les hallucinogènes sont une classe chimique très diversifiée. Les champignons hallucinogènes appartiennent aux familles suivantes  : Conocybe, Gymnophilus, Panaeolus, Psilocybe et Stropharia. Ce sont de petits champignons de 6 à 15 cm de haut, le chapeau mesure 1 à 2 cm de sindler1.60//Lion édition française - N°693 haut, il est conique très pointu de couleur brun jaune ou gris olive, la marge est striée et le pied est souvent sinueux très long jusqu’à 12 cm et mince de la même couleur que le chapeau nuancé de bleu vert à la base, ils poussent autour des bouses à partir du mois de juin et jusqu’en décembre pour l’espèce la plus répandue le psilocybe semilanceata. En France, ces produits sont classés stupéfiants et leur cueillette est prohibée. De même que le trafic par le réseau Internet, le plus souvent en provenance de sites étrangers. Après ingestion des champignons crus ou après injection on observe  : au bout d’une vingtaine de minutes, des hallucinations visuelles, auditives et tactiles souvent accompagnées de troubles digestifs. Même à doses très faibles, on peut observer des effets identiques à ceux observés avec le LSD. Les symptômes évoluent en deux phases  : 1 ère phase  : dans les 20 à 30 minutes, des hallucinations visuelles et/ou auditives et/ou tactiles accompagnées de troubles digestifs. 2 e phase  : sentiments de dépersonnalisation, d’irréalité, d’altération des notions d’espace et de temps, sensation de légèreté ou, à l’inverse, de pesanteur corporelle avec risque de défenestration. Chez des individus ayant des antécédents psychiatriques ou en cas de forte consommation, l’ingestion de champignons hallucinogènes pourra laisser place à des états  : d’anxiété, de dépression, de désorientation, de crise de panique, d’incapacité à distinguer l’illusion de la réalité, de troubles psychiatriques graves (psychose, épisodes d’hallucinations récurrentes). Peuvent également être associés  : une augmentations du rythme cardiaque, une hypertension artérielle, une augmentation du diamètre de la pupille, des nausées et vomissements, des hyperthermies et hyperglycémies. L’Amanite tue-mouches ou fausse oronge (Amanita muscaria), une espèce de champignons basidiomycètes de la famille des Amanitaceae, toxique et psychotrope
Cuisine Non, les champignons ne s’épluchent pas. Il faut les essuyer soigneusement, sans les laver (pour les champignons de Paris, les cèpes, etc.). Par contre, pour certaines variétés, comme la morille, il est nécessaire de les laver pour enlever le sable. De toute façon, on n’épluche jamais les champignons. Il est recommandé de les couper au ras du sol à l’aide d’un couteau tranchant et ensuite de les brosser avec une brosse douce pour enlever la terre sur le pied et les impuretés qui peuvent se trouver dessus et dessous le chapeau. Ainsi ils sont prêts à être cuisinés (couper les gros dans le sens de la longueur mais ne jamais les laver). Ne mangez jamais un champignon que vous ne connaissez pas, contrôlez-le visuellement dès la cueillette et sentez-le au besoin. Si vous avez un doute votre pharmacien vous renseignera. Les 10 commandements d’un bon ramasseur de champignons Les plus recherchés  : Les cèpes  : on les trouve dans les forêts de conifères, sous les chênes, sous les hêtres. Les girolles  : on les trouve dans les forêts de conifères. Les coprins chevelus  : on les trouve dans les pelouses et les parcs. Les trompettes de la mort  : on les trouve dans les feuillus, les hêtres, les noisetiers et les chênes. Les morilles : on les trouve dans les bois et lisières des forêts. Les pieds-de-mouton  : on les trouve sous les feuillus ou les conifères. Le rosé des près  : on le trouve dans les prairies, clairières et pâturages. a 1. Champignon dont tu n’es pas totalement sûr tu ne ramasseras 2. Champignons différents dans le même panier tu ne mélangeras 3. Passe par la pharmacie ou par un mycologue qui te confirmera 4. En petites quantités seulement tu les dégusteras 5. Prairies et forêts tu ne saccageras 6. La nature tu respecteras 7. Dans les lieux interdits champignons tu ne récolteras 8. Champignons achetés sur certains marchés tu vérifieras... 9. Champignons au bord des routes tu ne ramasseras 10. En suivant ces conseils, nombreuses intoxications tu éviteras La loi du 24 avril 1979, qui « fixe pour les champignons les conditions de ramassage et de cession à titre onéreux et gratuit ». Le texte est signé conjointement par le ministre de l’Environnement et du Cadre de vie et le ministre de l’Agriculture. L’essentiel de cette loi, précisé dans son article 1er c’est que l’autorité en la matière est déférée aux préfets ! Quelques arrêtés préfectoraux ont été effectivement pris dans les deux années qui ont suivi la promulgation de cette loi, en 1980 et 1981. dimasobko Généralités On peut classer les champignons en 4 espèces  : les espèces à lamelles (amanites, lépiotes, russules, etc.), à tubes (bolets et cèpes), à aiguillons (moins nombreuses comme le pied de mouton) et... les autres (morilles, chanterelles, clavaires, etc.). La saison est une indication relative mais utile pour la reconnaissance des espèces  : certaines espèces telles les morilles ne poussent qu’au printemps ; d’autres, comme les amanites tue-mouches, ne se révèlent qu’à l’automne. La plupart des variétés poussent de juillet à octobre  : chaleur du sol et humidité leur sont nécessaires. Le lieu de cueillette est le plus souvent déterminant  : bolets et amanites se trouvent dans les bois de feuillus et de conifères, taillis et landes abritent également les bolets, accompagnés alors des lépiotes (mais celles-ci poussent isolément), les prés étant le domaine des agarics dits rosés des prés.. Lion édition française - N°693//.61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 693 octobre 2016 Page 1Lion numéro 693 octobre 2016 Page 2-3Lion numéro 693 octobre 2016 Page 4-5Lion numéro 693 octobre 2016 Page 6-7Lion numéro 693 octobre 2016 Page 8-9Lion numéro 693 octobre 2016 Page 10-11Lion numéro 693 octobre 2016 Page 12-13Lion numéro 693 octobre 2016 Page 14-15Lion numéro 693 octobre 2016 Page 16-17Lion numéro 693 octobre 2016 Page 18-19Lion numéro 693 octobre 2016 Page 20-21Lion numéro 693 octobre 2016 Page 22-23Lion numéro 693 octobre 2016 Page 24-25Lion numéro 693 octobre 2016 Page 26-27Lion numéro 693 octobre 2016 Page 28-29Lion numéro 693 octobre 2016 Page 30-31Lion numéro 693 octobre 2016 Page 32-33Lion numéro 693 octobre 2016 Page 34-35Lion numéro 693 octobre 2016 Page 36-37Lion numéro 693 octobre 2016 Page 38-39Lion numéro 693 octobre 2016 Page 40-41Lion numéro 693 octobre 2016 Page 42-43Lion numéro 693 octobre 2016 Page 44-45Lion numéro 693 octobre 2016 Page 46-47Lion numéro 693 octobre 2016 Page 48-49Lion numéro 693 octobre 2016 Page 50-51Lion numéro 693 octobre 2016 Page 52-53Lion numéro 693 octobre 2016 Page 54-55Lion numéro 693 octobre 2016 Page 56-57Lion numéro 693 octobre 2016 Page 58-59Lion numéro 693 octobre 2016 Page 60-61Lion numéro 693 octobre 2016 Page 62-63Lion numéro 693 octobre 2016 Page 64-65Lion numéro 693 octobre 2016 Page 66-67Lion numéro 693 octobre 2016 Page 68-69Lion numéro 693 octobre 2016 Page 70-71Lion numéro 693 octobre 2016 Page 72-73Lion numéro 693 octobre 2016 Page 74-75Lion numéro 693 octobre 2016 Page 76-77Lion numéro 693 octobre 2016 Page 78-79Lion numéro 693 octobre 2016 Page 80-81Lion numéro 693 octobre 2016 Page 82-83Lion numéro 693 octobre 2016 Page 84-85Lion numéro 693 octobre 2016 Page 86-87Lion numéro 693 octobre 2016 Page 88-89Lion numéro 693 octobre 2016 Page 90-91Lion numéro 693 octobre 2016 Page 92-93Lion numéro 693 octobre 2016 Page 94-95Lion numéro 693 octobre 2016 Page 96-97Lion numéro 693 octobre 2016 Page 98-99Lion numéro 693 octobre 2016 Page 100