Lion n°693 octobre 2016
Lion n°693 octobre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°693 de octobre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : agir pour la lecture...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
National.26//Lion édition française - N°693 Sur proposition d’un Claude Lamarque très déterminé, et en accord avec la Commission nationale Humanisme, c’est au cours de l’année Lion 2010/2011, à Bologne, qu’en hommage à son fondateur, le Conseil des gouverneurs accepta de dénommer le prix national de musique du District Multiple 103 France « Prix Thomas Kuti ». Après de nombreuses démarches, le conseil d’administration du Forum Européen de Maastricht (2011), à son tour, et à la quasi unanimité, donna suite à la requête française. Le Prix Européen Lions de musique Thomas Kuti était né. C’est au Forum de Bruxelles, en 2012, que le concours prit pour la première fois le nom de son fondateur. Dominique Mallet et Claude Lamarque Si le règlement d’origine a subi avec le temps quelques modifications de détail, son esprit n’a absolument pas changé, gardant pour vocation de réunir tous les ans, lors des forums européens, de jeunes musiciens de haut niveau. Pour concourirn certaines conditions sont à respecter : avoir moins de 23 ans et être titulaire d’un certificat de fin d’études musicales ou équivalent. L’instrument retenu change tous les ans. C’est le pays organisateur du Forum qui le choisit, ainsi que les morceaux retenus. Chaque pays membre a le droit d’y participer avec un seul candidat. C’est ainsi que d’année en année, l’on voit le lauréat du concours national français désigné en Convention nationale entrer en compétition avec les représentants d’une vingtaine de pays européens, voire au-delà (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Hongrie, Israël, Italie, Liechtenstein, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume Uni, Suède, Suisse, Turquie, Russie, Saint-Marin). En fait, 12 à 20 nations participent aujourd’hui régulièrement à l’événement. Un succès international dont la France peut s’enorgueillir ! Attirons ici l’attention du lecteur sur la qualité des jurys dont les membres sont indépendants du Lions Clubs et dont la composition, d’année en année, est digne des grandes compétitions internationales. Une appréciation que confirme la participation, en qualité de présidents de nos concours, de personnalités aussi exceptionnelles que  : Pierre Amoyal (Tours), l’un des plus brillants représentants du violon mondial. Il a joué sous la baguette de chefs prestigieux tels que Pierre Boulez, Georg Solti et HerbertVon Karajan Gabriel Bacquier (Lyon), immense baryton, grand mozartien ayant interprété les plus célèbres compositeurs, honoré deux fois par les Victoires de la musique et habitué du Métropolitain Opéra de New-York, de l’Opéra de Paris ou du Royal Opera House de Londres, Madame Fedora Barbieri (Florence), l’une des plus grandes cantatrices lyriques italiennes de l’après guerre. Patrice Fontanarosa (Deauville), Victoire de la musique du meilleur soliste instrumental, professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris Alexandre Lagoya (Vincennes), l’un des plus grands guitariste du monde, fondateur de la classe de guitare au Conservatoire national supérieur de musique de Paris Guy Touvron (La Baule), trompettiste classique, invité par les plus grands festivals en France et à l’étranger, il joue dans les plus grandes salles du monde Alain Vanzo (Avignon), inscrit dans la lignée des plus grands ténors français (doublure de Luis Mariano dans l’opérette Le chanteur de Mexico). Apportant leurs cautions au concours musical organisé par les Lions, ces maîtres et professionnels de niveau international laisseront à jamais leur empreinte et constituent sa meilleure référence. Si à ce jour, et le plus souvent, le lauréat interprète un morceau lors de la cérémonie de clôture, il convient de rappeler également que dans les premières années du Prix, traditionnellement, l’artiste couronné se
produisait le soir même en solo, sans grande répétition, avec un orchestre de renom, concert au cours duquel, à un moment donné, il pouvait même jouer aux côtés du président du jury. À titre d’exemple, faire ses débuts avec Philippe Bender à la tête de l’orchestre Alpes Provence Côte d’Azur au Palais des Festivals de Cannes, c’était réaliser le rêve de tous les bons élèves de conservatoires ! Que dire de ce qu’à ressenti la jeune Béatrice Morisco jouant aux côtés de son illustre maître, Alexandre Lagoya... Ce type de rencontre fut longtemps l’événement culturel majeur des Conventions annuelles. Ceci étant, qu’ils soient chefs d’orchestre, directeurs et professeurs de conservatoires où d’écoles de musique, 1er Grand Prix de Rome, musiciens ou critiques, tous ont toujours répondu avec plaisir à l’invitation des Lions et ont toujours consacré volontiers une journée de leur temps à ce concours. Quoique très jeunes et non professionnels, il faut souligner que, dans leur comportement, tous les candidats sont en fait déjà de véritables artistes. Entre l’interprète, l’instrument et la musique, la relation est fusionnelle. Être sérieux et travailleur, expérimenté et respectueux, passionné et créatif, courageux et mature sont les qualités requises. Le morceau imposé nécessite d’ailleurs un réel talent et sa difficulté explique pourquoi, parfois, certains d’entre-eux, au dernier moment se désistent. Une difficulté synonyme de crédibilité fondée tant sur la rigueur systématique de la sélection que sur les exigences techniques de l’œuvre à exécuter ou encore le niveau requis des interprétations. Noter que, outre l’œuvre imposée, chaque candidat joue ensuite un morceau au choix dans un répertoire limité et précis, toujours de haut niveau. Moments forts, moments privilégiés et enrichissants dans le cadre des Conventions nationales et des Forums, chaque année, qu’ils soient mélomanes ou simples curieux, les Lions peuvent bien évidemment assister aux répétitions comme aux éliminatoires et bien entendu aux prestations finales des candidats. Ces rendez-vous annuels sont d’ailleurs attendus par beaucoup. Mais on pourrait par la suite aussi penser, notamment lors de l’exécution des morceaux imposés, que pour une même œuvre celle-ci diffère en fait peu d’un artiste à l’autre. Pour un public peu averti, il n’est effectivement pas forcément évident de distinguer les subtiles différences dans les interprétations. Erreur. En réalité il n’en n’est rien et le jury peut apprécier l’approche et la sensibilité Jury de haut niveau Lion édition française - N°693//.27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 693 octobre 2016 Page 1Lion numéro 693 octobre 2016 Page 2-3Lion numéro 693 octobre 2016 Page 4-5Lion numéro 693 octobre 2016 Page 6-7Lion numéro 693 octobre 2016 Page 8-9Lion numéro 693 octobre 2016 Page 10-11Lion numéro 693 octobre 2016 Page 12-13Lion numéro 693 octobre 2016 Page 14-15Lion numéro 693 octobre 2016 Page 16-17Lion numéro 693 octobre 2016 Page 18-19Lion numéro 693 octobre 2016 Page 20-21Lion numéro 693 octobre 2016 Page 22-23Lion numéro 693 octobre 2016 Page 24-25Lion numéro 693 octobre 2016 Page 26-27Lion numéro 693 octobre 2016 Page 28-29Lion numéro 693 octobre 2016 Page 30-31Lion numéro 693 octobre 2016 Page 32-33Lion numéro 693 octobre 2016 Page 34-35Lion numéro 693 octobre 2016 Page 36-37Lion numéro 693 octobre 2016 Page 38-39Lion numéro 693 octobre 2016 Page 40-41Lion numéro 693 octobre 2016 Page 42-43Lion numéro 693 octobre 2016 Page 44-45Lion numéro 693 octobre 2016 Page 46-47Lion numéro 693 octobre 2016 Page 48-49Lion numéro 693 octobre 2016 Page 50-51Lion numéro 693 octobre 2016 Page 52-53Lion numéro 693 octobre 2016 Page 54-55Lion numéro 693 octobre 2016 Page 56-57Lion numéro 693 octobre 2016 Page 58-59Lion numéro 693 octobre 2016 Page 60-61Lion numéro 693 octobre 2016 Page 62-63Lion numéro 693 octobre 2016 Page 64-65Lion numéro 693 octobre 2016 Page 66-67Lion numéro 693 octobre 2016 Page 68-69Lion numéro 693 octobre 2016 Page 70-71Lion numéro 693 octobre 2016 Page 72-73Lion numéro 693 octobre 2016 Page 74-75Lion numéro 693 octobre 2016 Page 76-77Lion numéro 693 octobre 2016 Page 78-79Lion numéro 693 octobre 2016 Page 80-81Lion numéro 693 octobre 2016 Page 82-83Lion numéro 693 octobre 2016 Page 84-85Lion numéro 693 octobre 2016 Page 86-87Lion numéro 693 octobre 2016 Page 88-89Lion numéro 693 octobre 2016 Page 90-91Lion numéro 693 octobre 2016 Page 92-93Lion numéro 693 octobre 2016 Page 94-95Lion numéro 693 octobre 2016 Page 96-97Lion numéro 693 octobre 2016 Page 98-99Lion numéro 693 octobre 2016 Page 100