Lion n°692 septembre 2016
Lion n°692 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°692 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : les centres internationnaux francophones édition 2016.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
GRAND ANGLE © MDAA collection privée Saint-Honorat des Alyscamps. Vue du premier musée public d’antiquités de la ville d’Arles. Gravure de Jean Baptiste Antoine Guibert 1789 .50 // Lion édition française - N°692 Collections et patrimoine Église Saint-Anne aménagée en musée lapidaire Dès le XVII e siècle, les Arlésiens se sont sensibilisés à la conservation de leur patrimoine. En 1614, les autorités locales exposèrent dans la maison commune la première présentation d’une collection publique d’antiquités. À cette même période, un arrêté décide que toute découverte archéologique sur le territoire de la commune devra être déposée dans les collections de la ville. C’est ainsi qu’au XVIII e siècle le hall de l’Hôtel de Ville offrit au public un espace privilégié pour ces collections. Par une convention signée le 7 décembre 1784 avec les Minimes, les Consuls approuvèrent la création d’un premier véritable musée situé en plein cœur de la nécropole des Alyscamps, sous la directive du Père Dumont, qui, après avoir vécu 17 années à Rome, entreprit de regrouper, en vue de leur présentation au public dans la nef découverte de Saint-Honorat, de nombreux vestiges épars dans la ville, comme il l’avait vu faire en Italie. Au XIX e siècle, l’enrichissement important des collections, au gré des découvertes et des travaux de réhabilitation, nécessita le transfert des collections dans un espace plus vaste. Le choix se porta sur l’église Sainte- Anne, qui fut aménagée en 1826 en musée archéologique, dit Musée par Jean Piton Lapidaire. En 1936, le manque d’espace conduisit à l’annexion de la chapelle des Jésuites, obligeant à dissocier les collections païennes et chrétiennes qui seront à nouveau réunies en 1995 dans le nouveau Musée d’Arles et de la Provence Antique, conçu par l’architecte Henri Ciriani et aujourd’hui propriété du Conseil Général (Musée Départemental Arles Antique). Construit sur la base d’un plan triangulaire, le bâtiment est organisé autour d’un patio (puits de lumière) permettant de séparer dans 3 ailes distinctes les activités essentielles du musée. Les façades, couvertes de grandes plaques d’émalit, matériau de verre émaillé bleu, lui valent le surnom de « musée bleu ». Depuis une trentaine d’années, les fouilles effectuées dans les eaux troubles du Rhône et au cours des travaux d’urbanisme et d’aménagement de la ville ont permis d’enrichir considérablement les collections du musée, tant en qualité qu’en quantité. La mise au jour de ce mobilier est déterminante pour la compréhension de l’économie locale et l’approche de la vie quotidienne durant la période impériale. Les fouilles du Rhône À partir de 2004, le DRASSM, à la demande du musée et sous la direction de Luc Long (MCC. DRASSM), a mis en place des opérations régulières dans le fleuve, dans le cadre de la carte archéologique, avec des prospections et des expertises. Les découvertes, nombreuses et importantes, ont permis ainsi
© MDAA © MDAA Chaland Arles Rhône 3, qui a fait naufrage dans le Rhône dans les années 50 ap. J.-C. Aujourd’hui présenté dans l’extension du Musée Départemental Arles Antique de recenser plus de quinze épaves antiques le long des berges du Rhône. L’épave Arles Rhône 3 Cette épave a été découverte en 2004, gisant par 4 à 9 mètres de fond, dans le cadre d’une mission de carte archéologique. Son état de conservation et son intérêt scientifique ont donné lieu à une fouille programmée pluriannuelle, qui s’est déroulée de 2008 à 2011. Au cours de ces quatre années, l’épave et le dépotoir la recouvrant ont été fouillés, et le bateau, ainsi dégagé, retiré du Rhône en 2011, sous la direction de Sabrina Marlieret David Djaoui. Après deux années de restauration au laboratoire ARC-NUCLEAR, le chaland romain de 31 mètres de long, classé trésor national, est présenté dans une extension du Musée Départemental d’Arles Antique. Musée Départemental Arles Antique Fouilles de la Verrerie de Trinquetaille Ce site, découvert et fouillé en 1983 et 1984, sous la direction de Jean Piton et Jacques Brémond (Service Archéologique des Musées d’Arles), avait permis de mettre en évidence des sols de mosaïque appartenant à une domus. Un des éléments majeurs est le pavement de mosaïque de l’Annus-Aîon datant de la fin du II e siècle, qui, avec d’autres sols, a été déposé, restauré et présenté au Musée Départemental Arles Antique. En 2014, la reprise des fouilles de la domus de la Verrerie, menée sous la direction de Marie-Pierre Rothé (Musée Départemental Arles Antique), a permis de renouveler les connaissances, en révélant, sous d’importants remblais, un état antérieur daté de la première moitié du I er siècle av. J.-C., mettant en évidence des pièces dont les murs sont recouverts de magnifiques enduits peints, attribuables au second style pompéien. Aujourd’hui ces panneaux peints sont en cours d’étude et de restauration et seront présentés par la suite dans les salles du musée. Monument chrétien de l’enclos Saint-Césaire d’Arles L’une des découvertes récentes de l’archéologie des premiers temps chrétiens est la mise au jour d’un édifice paléochrétien du VI e siècle ap. J.-C. dans l’enclos Saint-Césaire, en novembre 2003, lors d’un diagnostic archéologique (IN- RAP). Des investigations menées sur le site de 2003 à 2008, en particulier dans le cadre du projet collectif de recherche « Enclos Saint-Césaire ; du groupe épiscopal primitif au couvent médiéval » dirigé par Marc Heijmans (CNRS), ont confirmé le caractère exceptionnel de l’édifice, révélé par les premières recherches de l’INRAP. Il surprend tant par son organisation que par ses dimensions qui en font l’une des églises antiques les plus grandes du monde occidental. Du fait d’un abandon sans doute précoce, ces vestiges sont, en outre, remarquablement conservés. Tête de Jules César,trouvée dans le Rhône en 2007. Marbre blanc de Dokimeion, Turquie Arles - Histoire D.R. Lion édition française - N°692 // .51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 692 septembre 2016 Page 1Lion numéro 692 septembre 2016 Page 2-3Lion numéro 692 septembre 2016 Page 4-5Lion numéro 692 septembre 2016 Page 6-7Lion numéro 692 septembre 2016 Page 8-9Lion numéro 692 septembre 2016 Page 10-11Lion numéro 692 septembre 2016 Page 12-13Lion numéro 692 septembre 2016 Page 14-15Lion numéro 692 septembre 2016 Page 16-17Lion numéro 692 septembre 2016 Page 18-19Lion numéro 692 septembre 2016 Page 20-21Lion numéro 692 septembre 2016 Page 22-23Lion numéro 692 septembre 2016 Page 24-25Lion numéro 692 septembre 2016 Page 26-27Lion numéro 692 septembre 2016 Page 28-29Lion numéro 692 septembre 2016 Page 30-31Lion numéro 692 septembre 2016 Page 32-33Lion numéro 692 septembre 2016 Page 34-35Lion numéro 692 septembre 2016 Page 36-37Lion numéro 692 septembre 2016 Page 38-39Lion numéro 692 septembre 2016 Page 40-41Lion numéro 692 septembre 2016 Page 42-43Lion numéro 692 septembre 2016 Page 44-45Lion numéro 692 septembre 2016 Page 46-47Lion numéro 692 septembre 2016 Page 48-49Lion numéro 692 septembre 2016 Page 50-51Lion numéro 692 septembre 2016 Page 52-53Lion numéro 692 septembre 2016 Page 54-55Lion numéro 692 septembre 2016 Page 56-57Lion numéro 692 septembre 2016 Page 58-59Lion numéro 692 septembre 2016 Page 60-61Lion numéro 692 septembre 2016 Page 62-63Lion numéro 692 septembre 2016 Page 64-65Lion numéro 692 septembre 2016 Page 66-67Lion numéro 692 septembre 2016 Page 68-69Lion numéro 692 septembre 2016 Page 70-71Lion numéro 692 septembre 2016 Page 72-73Lion numéro 692 septembre 2016 Page 74-75Lion numéro 692 septembre 2016 Page 76-77Lion numéro 692 septembre 2016 Page 78-79Lion numéro 692 septembre 2016 Page 80-81Lion numéro 692 septembre 2016 Page 82-83Lion numéro 692 septembre 2016 Page 84-85Lion numéro 692 septembre 2016 Page 86-87Lion numéro 692 septembre 2016 Page 88-89Lion numéro 692 septembre 2016 Page 90-91Lion numéro 692 septembre 2016 Page 92-93Lion numéro 692 septembre 2016 Page 94-95Lion numéro 692 septembre 2016 Page 96-97Lion numéro 692 septembre 2016 Page 98-99Lion numéro 692 septembre 2016 Page 100