Les Savanturiers n°28 jun à sep 2019
Les Savanturiers n°28 jun à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de jun à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CEA

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : des essais nucléaires sous surveillance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
04 On cherche ! Pour limiter la prolifération des armes nucléaires et préserver la paix, deux traités internationaux ont été signés et un système de surveillance efficace se déploie sur toute la planète. Retour sur les moments clés de ce dispositif. 1970 capteurs sismiques capteurs infrasonores capteurs hydroacoustiques capteurs radionucléides Centre international de données à Vienne TRAITÉ SUR LA NON- PROLIFÉRATION DES ARMES NUCLÉAIRES (TNP) L’objectif de ce traité est d’empêcher la prolifération de programmes nucléaires militaires tout en favorisant le développement des usages pacifiques du nucléaire (énergie, médecine…). Les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sont chargés de vérifier l’utilisation exclusivement pacifique du nucléaire par les États adhérents au traité et non dotés de l’arme nucléaire. Le TNP est entré en vigueur en 1970, la France l’a ratifié en 1992. LES ÉTATS ENGAGÉS POUR LA PAIX RÉSEAU INTERNATIONAL DES CAPTEURS LA FRANCE A INSTALLÉ 24 STATIONS ET 1 LABORATOIRE 1996 TRAITÉ D’INTERDICTION COMPLÈTE DES ESSAIS NUCLÉAIRES (TICE) Depuis 1996, l’objectif de ce traité est d’interdire tout type d’essai nucléaire, quelle que soit l’énergie dégagée. Le TICE impose que les 44 États ayant des connaissances ou des installations nucléaires le signent et le ratifient pour entrer en vigueur. La France l’a ratifié en 1998 ; il manque actuellement la signature et ratification de 3 pays et la ratification de 5 autres. 44 pays concernés aujourd’hui EN SEPTEMBRE 2017, CE DISPOSITIF A PERMIS AUX EXPERTS DU CEA DE DÉTECTER ET DE LOCALISER L’ESSAI NUCLÉAIRE RÉALISÉ PAR LA CORÉE DU NORD. SYSTÈME DE SURVEILLANCE INTERNATIONAL (SSI) Installation d’une station sismique en Nouvelle-Calédonie.
QUEL EST LE RÔLE DU CEA ? L a Direction des applications militaires (DAM) du CEA contribue à la sécurité nationale et internationale par son appui scientifique et technique dans la lutte contre la prolifération nucléaire et pour la surveillance des essais nucléaires. Elle a développé une expertise dans la détection et la localisation d’essais nucléaires aériens, souterrains ou sous-marins, avec une fiabilité élevée. À la demande des autorités françaises, le CEA/DAM est responsable du fonctionnement d’un réseau de stations, 24 h/24 et 7 j/7. Grâce à ce dispositif, les équipes sont en mesure de détecter et localiser un essai nucléaire en quelques minutes, quel que soit l’endroit où il se produit sur la planète. Ses experts alertent les autorités nationales de cet événement, en précisant sa localisation et son énergie. En cas de rejet de radionucléides, le laboratoire français du TICE, hébergé au CEA, peut être amené à réaliser des mesures complémentaires. Le système de surveillance du TICE s’appuie sur un réseau de 321 stations de mesure, dont plus de 90% sont déjà en fonctionnement, et sur 16 laboratoires d’analyse de radionucléides. Leurs emplacements ont été choisis pour assurer une couverture complète du globe. Grâce à un réseau de communication par satellite, les mesures recueillies sont transmises au Centre international de données (CID) situé à Vienne, en Autriche. Elles sont alors disponibles pour tous les États qui ont signé le TICE. QUEL A ÉTÉ VOTRE PARCOURS ? Entré au CEA en tant qu’ingénieurchercheur en sismologie, j'ai d’abord travaillé sur la propagation des ondes émises par les tremblements de terre, puis sur la détection et la caractérisation des essais nucléaires. Aujourd'hui, 25 ans plus tard, je suis directeur du programme qui couvre notamment l’ensemble des activités de surveillance et de lutte contre la prolifération nucléaire appelée également « non-prolifération ». QUELS SONT LES ENJEUX DE LA NON-PROLIFÉRATION ? La non-prolifération est basée sur le respect d’un traité international, le Traité de non-prolifération (TNP), qui stipule qu'au-delà des 5 états qui avaient déjà réalisé un essai nucléaire avant le 1er janvier 1967 (Chine, États- Unis, France, Grande-Bretagne, Union Soviétique), les autres pays s’engagent à ne jamais développer de programme nucléaire militaire. Pour aller plus loin encore, un autre traité dont l’objectif est l’interdiction complète des essais nucléaires, le TICE, a été négocié, pour vérifier qu’aucun essai nucléaire ne sera réalisé à l’avenir. Pour cela, un réseau de surveillance et de détection a été installé sur l’ensemble de la planète pour repérer un éventuel essai nucléaire qui aurait lieu sous terre, dans l’air ou dans les océans. Au final, empêcher la prolifération nucléaire et les essais nucléaires contribue à maintenir la paix dans le monde. LE RÉSEAU DE SURVEILLANCE MONDIAL FONCTIONNE-T-IL DÉJÀ ? Oui, bien sûr. Même si le TICE n’est pas encore entré en vigueur, plus de 300 stations transmettent déjà leurs mesures vers le Centre international basé à Vienne, ce qui représente 90% du système de surveillance qui sera déployé à terme sur toute la planète. Nous avons accès à l’ensemble des données collectées et c'est ainsi que, le 3 septembre 2017, LEXIQUE FORMATION BRUNO BAC S DOCTORAT EN SISMOLOGIE nous avons parfaitement détecté et caractérisé l'essai nucléaire de la Corée du Nord. Par ailleurs, ce système qui fonctionne 24 h/24, 365 j/an enregistre aussi un nombre important d’évènements naturels. Nous pouvons donc surveiller les séismes et les éruptions volcaniques qui se produisent partout sur la planète et même détecter les chutes de météorites qui entrent dans l’atmosphère. DANS LE CADRE DU TICE, QUELLE EST LA MISSION CONFIÉE AU CEA ? Le CEA joue le rôle d’expert technique pour la France. Nos équipes doivent installer et faire fonctionner en permanence 24 stations de surveillance, puis évaluer et garantir les capacités et les performances du réseau de surveillance pour détecter tout essai nucléaire. Nous tenons informées nos autorités nationales de ce fonctionnement et nous les alertons en cas d’événement. RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’INTERVIEW SUR cea.fr Prolifération nucléaire  : Augmentation du nombre d’États disposant de l’arme nucléaire. Signer  : La signature d’un traité indique la volonté d’un État d’y adhérer. Ratifier  : La ratification engage juridiquement l’État et fait suite à sa validation par les autorités (Chef de l’État ou Parlement). Directeur « Matière et nonprolifération » au CEA * FEIGNIER 05

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :