Les Défis du CEA n°178 mars 2013
Les Défis du CEA n°178 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°178 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : quand les neurones dégénèrent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
grand angle Quand les neurones dégénèrent © FZJ Fibres nerveuses d’un cerveau de souris par lumière polarisée. une approche globale pour gagner du temps • Étude préclinique : recherche sur des modèles animaux ou cellulaires pour confirmer la pertinence et la sécurité d’un diagnostic ou d’un traitement, avant de procéder à des essais sur l’Homme. • Étude Clinique : étude réalisée en thérapeutique médicale humaine pour évaluer l’efficacité et la tolérance d’une méthode diagnostique ou d’un traitement sur un panel de patients. • Biomarqueur ou traceur : élément biologique marqué par des atomes radioactifs de carbone ou de fluor puis injecté dans le corps pour suivre un processus biologique, notamment par TEP. Les rayonnements émis par la désintégration de ces atomes radioactifs permettent de suivre dans l’organisme le traceur injecté. Il s’écoule souvent de nombreuses années entre la découverte du mécanisme d’une pathologie neuro-dégénérative et la mise en œuvre d’une thérapie efficace. Pour optimiser ses chances de réussite, le CEA a recourt depuis 15 ans à une approche « translationnelle » et développe des équipements de pointe en imagerie qui ont fait leurs preuves, notamment contre la maladie de Parkinson. Comprendre les maux qui rongent le cerveau pour les maîtriser. La quête de ce « Graal » est très longue, se comptant en années, et nécessite de nombreuses étapes avant de pouvoir prétendre à des essais sur l’Homme pour développer une thérapie. Depuis 15 ans, le CEA-I²BM se positionne sur une recherche translationnelle, allant de la recherche fondamentale, puis préclinique•, et enfin clinique•, pour aboutir à une application industrielle. La clé de la réussite repose notamment sur la capacité à élaborer des modèles animaux pertinents et prédictifs, et de mettre en œuvre des méthodologies transposables à l’Homme. Une fois de tels modèles développés et leurs limites maîtrisées, ceux-ci sont utilisés dans trois types de recherches : étude des mécanismes impliqués dans le dysfonctionnement du cerveau et dans la mort des cellules ; essai de nouvelles thérapies (cellulaires, géniques…) ; validation de biomarqueurs• d’imagerie pour le suivi des lésions de la maladie et la validation de l’efficacité des traitements. « Afin de répondre à l’ensemble des besoins de cette recherche translationnelle, le CEA-I²BM s’est doté de trois plateformes d’imagerie aux compétences complémentaires (cf. loupe page 17). MIRCen 1 est la composante préclinique par excellence, avec notamment le développement des modèles animaux. Le SHFJ 2 est axé sur l’imagerie moléculaire, en maîtrisant particulièrement la TEP•(tomographie par émission de positons). Quant à NeuroSpin, ce centre est spécialisé dans l’IRM• en champ magnétique extrême (imagerie par résonance magnétique). L’ensemble est multi-institutionnel (CEA, Inserm, CNRS…) et travaille en étroite collaboration avec les hôpitaux » explique Philippe Hantraye, directeur de MIRCen au CEA. Des résultats prometteurs sur la maladie de Parkinson Cette approche a déjà fait ses preuves lors d’études d’envergure Par exemple, dans le cadre du projet Prosavin 3 sur la maladie de Parkinson, MIRCen a su développer un modèle primate exprimant les symptômes 16 Les défis du CEA Plus d’informations sur www.cea.fr
de la pathologie pour valider l’étape préclinique d’une nouvelle thérapie génique utilisant, pour introduire dans les cellules cibles le gène thérapeutique, un virus équin proche du VIH. « Ce médicament est produit par la société Oxford Biomedica, en partenariat avec l’hôpital Henri Mondor. Il a la capacité de transformer n’importe quelle cellule en fabrique de dopamine, un neurotransmetteur faisant défaut chez les personnes atteintes de cette maladie. Les essais cliniques ensuite entrepris ont démontré que l’efficacité thérapeutique constatée chez le singe pouvait être extrapolée à l’Homme » se réjouit Philippe Hantraye. Sur la même pathologie, les chercheurs ont été sollicités par un autre industriel pour réaliser une étude de l’intérêt thérapeutique d’une nouvelle approche par stimulateur haute fréquence du système nerveux central. Verdict : cette approche s’avérant hautement efficace chez le singe parkinsonien, les procédures d’essai clinique ont été lancées. Le CEA s’est doté de trois plateformes d’imagerie complémentaires et travaille en étroite collaboration avec les hôpitaux. Le CEA, coordinateur à l’échelle européenne Le CEA-I²BM est également impliqué dans des projets européens comme Eatris 4 dont NeurAtris est la composante française. Financé par le grand emprunt, le projet NeurAtris vise à renforcer l’infrastructure de recherche translationnelle en mettant à la disposition des académiques et industriels un large éventail de savoir-faire en neurologie et neurosciences (thérapies cellulaires et géniques, médicaments, imagerie…). L’ensemble rassemble un certain nombre de centres de recherche 5 « coordonnés par le CEA, avec un « guichet unique » à MIRCen qui se charge de la demande du client et du suivi des projets étape par étape en faisant intervenir les structures concernées. NeurAtris est ainsi capable de proposer une prestation de service ou de réaliser n’importe quel essai clinique ou préclinique de thérapie cellulaire ou génique. Une offre unique en Europe ! » conclut Philippe Hantraye. © P.Stroppa/CEA • TEP : méthode d’imagerie médicale permettant de cartographier en 3D l’activité métabolique d’un organe. Et ce, grâce à l’injection d’un biomarqueur marqué par un atome radioactif. • IRM : technique permettant d’obtenir des vues 2D ou 3D de l’intérieur du corps, de façon non-invasive, avec une résolution relativement élevée, grâce à l’immersion du sujet dans un champ magnétique. Notes : 1. Molecular Imaging Research Center. 2. Service hospitalier Frédéric Joliot. 3. Essai clinique du traitement ProSavin® de la maladie de Parkinson, développé par le britannique Oxford Biomedica. Il s’agit de la première expérimentation clinique menée en Europe pour une thérapie génique de cette pathologie neuro-dégénérative. Les travaux sont menés à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil et au SHFJ. 4. The European advanced translational research infrastructure in medicine. 5. les trois plateformes du CEA, l’IHU de la Pitié Salpétrière, le consortium Bird, l’Hôpital Universitaire Henri Mondor de Créteil et l’Hôpital du Kremlin Bicêtre. Centre de recherche préclinique MIRCen. au cea La Direction des sciences du vivant du CEA dispose de trois plateformes d’Imagerie implantées en région Ile-de-France : CEA-SHFJ - Service hospitalier Frédéric Joliot, spécialiste de l’imagerie moléculaire à l’hôpital d’Orsay. Il rassemble les différentes méthodes d’exploration fonctionnelle et atraumatique, dont la TEP, et des laboratoires de recherche fondamentale. Les méthodologies d’imagerie mises à disposition des chercheurs constituent un ensemble sans équivalent pour l’étude du fonctionnement des organes vivants, en particulier du cerveau. CEA-NeuroSpin - Centre de recherche créé pour développer des techniques d’imagerie non invasives, basées sur les champs magnétiques, pour une meilleure connaissance du fonctionnement du cerveau, de la souris à l’homme. Pour cela, il bénéficie d’un IRM à 3T, d’un IRM à 7T unique en France, et accueillera un IRM à 11,7 T pour l’imagerie chez l’homme en 2014. CEA-MIRCen - Centre de recherche préclinique d’imagerie à Fontenay-aux-Roses créé pour concevoir, développer et valider des thérapeutiques médicamenteuses, cellulaires ou géniques innovantes dans le traitement des maladies principalement neuro-dégénératives. Mars 2013 N°178 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :