Les Défis du CEA n°178 HS mars 2013
Les Défis du CEA n°178 HS mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°178 HS de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : de la recherche à l'industrie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
SOUTIEN À L’INDUSTRIE - ÉE ! Notes : 1 - Laboratoire spécialisé dans les systèmes numériques intelligents. 2 - Laboratoire spécialisé dans les nouvelles technologies de l’énergie et les nanomatériaux. INTERVIEW Jean Therme, Directeur de CEA-Tech, Directeur délégué aux énergies alternatives du CEA et Président du Groupe de haut niveau de la Commission européenne. CEA-TECH, UN OUTIL TECHNOLOGIQUE AU SERVICE DE L’INDUSTRIE Retour sur l’ascension d’un laboratoire qui, en se rapprochant des industriels, a stimulé la création de toute une offre de recherches technologiques. Sous le nom de CEA-Tech, cette offre se déploie aujourd’hui dans de nouvelles régions et contribue notamment à élaborer la stratégie européenne industrielle. D’où vient la recherche technologique du CEA ? Tout commence en 1967 avec la création du Leti, laboratoire d’électronique des technologies de l’information, aujourd’hui spécialisé dans les micro et nanotechnologies. Fort de ce savoir-faire, il s’est immédiatement mis au service des entreprises, selon une approche originale pour l’époque : pour une somme investie par l’industriel, l’État, via le CEA, abondait l’équivalent. Cela a généré des contrats et la création de quelques entreprises, comme EFCIS, dès 1972. Quand j’ai pris la direction du Leti en 1999, j’ai optimisé cette démarche collaborative à travers le campus d’innovation Minatec (voir article suivant). Il a été conçu en 2000 selon le modèle du « village d’innovation » qui est un lieu où l’on se rencontre, où l’on échange et surtout où l’on crée ensemble. Il fallait donc rassembler des compétences sur un même site pour favoriser un maximum de connexions : éducation supérieure, recherche fondamentale, recherche appliquée, industries, monde économique, collectivités territoriales, très importantes car elles assurent la dynamique territoriale. Cet espace devait également être un espace libre des contraintes institutionnelles. Pour venir travailler à Minatec, une seule convention suffit, à la condition toutefois de créer effectivement ensemble. À partir de cela, j’ai créé le List 1 en 2001 à Saclay, le Liten 2 en 2005, l’institut national de l’énergie solaire (INES) en 2006 et, la même année, j’ai initié l’écosystème GIANT (voir article suivant). Les trois instituts ont profité de l’expérience pionnière du Leti pour se professionnaliser et monter progressivement en gamme. La direction de la recherche technologique au CEA, ce sont maintenant 4 500 personnes et un chiffre d’affaires annuel de 600 M € qui représente, à elle seule, 40% de la recherche partenariale en France avec les entreprises. Aujourd’hui, cette recherche technologique est devenue une marque, CEA-Tech. Elle est également sollicitée pour diffuser son offre dans de nouvelles régions… L’appellation CEA-Tech est le nom que nous donnaient nos partenaires étrangers. Nous les avons écoutés ! Cette lisibilité s’est également propagée sur le territoire puisque plusieurs régions sont venues découvrir notre modèle. Le Gouvernement nous a ensuite confié, en octobre 2012, une mission de transfert technologique au profit de l’emploi industriel en régions. Après une implantation réussie en PACA, cette mission passe par la création de trois nouvelles plate formes régionales, à Nantes, Bordeaux et Toulouse. Cette dernière a été lancée le 25 janvier 2013 dans le cadre d’une convention entre l’État, CEA et la région Midi-Pyrénées. L’enjeu est de doter le tissu industriel des outils permettant de produire, maîtriser et transférer des technologies innovantes. Dans un premier temps, nous installons des équipes 8 Les défis du CEA Plus d’informations sur www.cea.fr P.Avavian/CEA
technico-commerciales pour se rapprocher des PME et ETI. Les développements se feront sur nos bases arrières de Saclay et de Grenoble. Nous allons aider les industriels en leur transférant des technologies existantes et en développant dans les régions des plateformes technologiques spécifiques à leur tissu local industriel. Notre développement dépendra du volume de contrats signés avec les industriels, seules sources de financement privé de ce modèle. En quoi votre approche est-elle particulière dans la recherche française ? Notre offre s’appuie sur quatre fondamentaux. En premier lieu, nous nous positionnons sur la chaîne de l’innovation comme une passerelle pour franchir la « Vallée de la mort ». Nous savons en effet convertir la connaissance scientifique de base en un produit fiable – à performances satisfaisantes, reproductibles et à coût de fabrication compétitif. Ce cheminement est très lourd, très long, très puissant, et il nécessite des équipements de pointe. Pour cela, nous disposons de plateformes technologiques à l’état de l’art mondial, aujourd’hui indispensables pour être compétitif. Elles sont très coûteuses – nous leur consacrons chaque année entre 100 et 200 M € – alors pour en amortir les frais fixes, nous devons les « remplir » de projets de R&D et les mutualiser avec de nombreux industriels. Notre troisième pilier repose sur la maîtrise des technologies clés génériques (TGC) 3. Ces briques élémentaires combinables entre elles, tel un Lego , sont essentielles à la fabrication d’une vaste gamme de produits et d’applications à forte valeur ajoutée. C’est leur caractère diffusant qui permet d’avoir des plateformes mutualisées pour de nombreux industriels non concurrents. Enfin, notre force est de faire corps avec les problématiques des industriels qui, pour survivre, doivent être compétitifs 550 dépôts de brevets par an. 80% d’entreprises du CAC 40, 500 PME et ETI et 145 clients internationaux. 600 M € de chiffre d’affaires annuel. Chercheurs du Leti, pionniers de CEA-Tech. à l’échelle mondiale. Nous avons développé une bi-culture recherche/industrie : notre activité silicium fonctionne 7 j/7, 24 h/24 ; tous nos managers en poste doivent être passés par le monde industriel, etc. Que sont précisément les technologies clés génériques (TGC) et quel est le rôle du Groupe européen d’experts de haut niveau que vous présidez ? Biotechnologies, micro et nano électronique, nanotechnologie, photonique, matériaux avancés, systèmes de production avancés 4. Voici les TCG définies comme prioritaires par l’Union Européenne en 2009 pour répondre aux grands enjeux sociétaux 5 en constituant la base des produits du futur. Elles sont également indispensables pour renforcer le tissu productif et l’innovation en Europe car elles diffusent chacune dans de nombreux secteurs d’activités. Ainsi la commission européenne a chargé en 2009 un groupe d’experts de haut-niveau (GHN) d’élaborer la stratégie de leur déploiement industriel. Nous avons émis des recommandations sur de nombreux points en termes de définition de la R&D, dispositifs d’innovation, combinaison des financements, règles de concurrence, etc. 6 L’enjeu est de taille car leur marché mondial devrait rapidement passer de 646 à 1000 Md €. Le GHN a été renouvelé pour une deuxième phase : implémenter les mesures des propositions que nous avons élaborées dans la perspective Horizon 2020. La compétitivité européenne industrielle en dépend. Se joue par exemple l’avenir de STMicroelectronics. C’est très important. Et on ne pourra s’aligner sur nos concurrents américains et asiatiques que si l’Europe définit, et met en place, une stratégie industrielle avec de vraies règles de réciprocité. Propos recueillis par Aude Ganier P-F Grosjean/CEA Notes : 3 - Traduction de KETs (Key Enabling Technologies). 4 - Traduction de Advanced Manufacturing. 5 - Mettre au point des technologies à faible intensité carbonique, contribuer à la société du numérique, utiliser durablement l’énergie et ses ressources, lutter contre le changement climatique, favoriser le vieillissement en bonne santé. 6 - http://ec.europa.eu/entrerprise/sectors/ict/files/kets. Mars 2013 HORS-SÉRIE 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :