Les Défis du CEA n°178 HS mars 2013
Les Défis du CEA n°178 HS mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°178 HS de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : de la recherche à l'industrie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
SOUTIEN À L’INDUSTRIE - ÉE ! Entrée du campus Minatec sur le centre CEA de Grenoble. Notes : 1. Grenoble, Agglomération de Grenoble, Conseil Général d’Isère, Région Rhône-Alpes. 2. Bâtiment de haute technologie et bâtiment des industries intégratives. 3. Grenoble Innovation Advanced New Technologies. 4. CEA, CNRS, ESRF, ILL, EMBL, UJF, Grenoble INP et GEM. 5. Source : cabinet Reverdy, 2012. CEA MINATEC ET GIANT, DU VILLAGE À L’ÉCOSYSTÈME INNOVANT Rassembler les acteurs scientifiques, académiques et industriels sur un même site, au service du développement économique d’un territoire, est le fondement de l’écosystème GIANT à Grenoble. Un modèle qui rayonne à l’international. « ’innovation au service de l’industrie » tel est depuis L toujours le mot d’ordre du CEA-Leti, laboratoire parmi les leaders mondiaux de la microélectronique. La cinquantaine de laboratoires communs avec les industriels témoigne de cette ambition dans un secteur déterminant pour la compétitivité industrielle. « La micro électronique est au cœur de la plupart des applications d’avenir, depuis l’économie numérique jusqu’à l’économie verte. Par exemple, elle représente aujourd’hui 30% de la valeur d’un véhicule » rappelle Laurent Malier, directeur du CEA-Leti. Un brassage des cultures attractif pour les entreprises Aussi, le CEA a-t-il créé en 2000, avec INP Grenoble et les collectivités territoriales 1, Minatec, campus d’innovation pour les micro et nanotechnologies. Il vise à fédérer sur un même site à Grenoble des partenaires de l’éducation supérieure, de la recherche académique et technologique, et des industriels. « C’est comme pour réaliser un alliage solide, il faut mettre tous les éléments dans un seul et même creuset puis laisser l’alchimie se produire » image Jean Therme, directeur de CEA-Tech, fondateur du campus. Pour maximiser les connexions entre ces différentes origines, cultures et spécialités, deux bâtiments, le BHT et le B2I 2, sont dédiées à l’accueil des start-up, PME et grandes entreprises. Sont ainsi mis à leur disposition des bureaux, des laboratoires et des équipements de pointe comme la plateforme nano- caractérisation. Cette offre comprend également des services en valorisation, marketing et événementiel. « L’organisation d’événements est un point crucial car, pour être attractif, il faut être visible » ajoute Jean-Charles Guibert, directeur de Minatec. Les équipes organisent ainsi des conférences ou louent des locaux pour accueillir les séminaires d’industriels venus de toute la France, et en profitent pour présenter l’offre technologique du CEA. Le showroom de Minatec est à ce titre un outil inédit pour un organisme de recherche. Sur 400 m², il présente des technologies, des scénarios de leur usage, et s’avère une source féconde de nouvelles idées. Association de villages hautement technologiques La suite logique prend le nom de GIANT 3. Il s’agit de dupliquer Minatec sur d’autres thématiques selon trois objectifs : répondre aux enjeux sociétaux de l’information, de l’énergie et de la santé ; créer des quartiers technologiques et centres de compétences axés sur de grands domaines applicatifs ; harmoniser le développement urbain et scientifique. « Mais, pour que le modèle de campus d’innovation fonctionne, il lui faut de la recherche technologique d’excellence, il lui faut l’équivalent d’un Leti dans chaque quartier thématique » indique Jean Therme. Ainsi, le CEA-Liten, nouvelle structure innovante pour les énergies renouvelables, crée en 2005 a rapidement constitué avec Grenoble INP le socle de GREEN (Grenoble Énergie) ; et un 10 Les défis du CEA Plus d’informations sur www.cea.fr
modèle similaire pour la santé, NanoBio, est actuellement en cours. En plus des plateformes technologiques du CEA, GIANT intègre des grands instruments. Grenoble abrite en effet la source de neutrons la plus intense au monde (ILL) et la première source de rayonnement synchrotron européenne, l’ESRF. Une antenne du laboratoire européen de biologie moléculaire y est également implantée. À eux trois, ces instruments offrent des opportunités exceptionnelles aux recherches sur les matériaux avancés, l’environnement, l’énergie, la santé, la recherche fondamentale avec le CEA-inac et l’Institut Néel du CNRS, ainsi que le management de la recherche technologique avec Grenoble École de management. L’impact économique de la recherche à Grenoble Porté par huit organismes 4, GIANT est soutenu par les collectivités locales qui bénéficient d’un grand retour sur investissement. Car si la première phase de GIANT, de 2006 à 2015, représente 2 Md €, son impact économique global est évalué à 4,1 Md € par an, soit un tiers du PIB de l’agglomération grenobloise. Lors des dix dernières années, le centre CEA de Grenoble a créé 3 200 emplois directs dont 1 600 par ses start-up (hors STMicroelectronics). La moitié de ses achats sollicitant des entreprises rhônalpines, il a contribué, en 2010, à la création de 1 400 emplois indirects en Rhône-Alpes. Et cette activité a généré environ 5 000 emplois induits de services aux ménages de toutes natures. En dix ans, le centre CEA de Grenoble a donc permis la création de plus de 9 000 emplois, et les TPE, PME et ETI de la région ont bénéficié, au travers des projets menés avec lui, de 320 M € de programmes de R&D 5. L’effet exceptionnel de création d’emplois et de richesses ainsi observé résulte directement de la mission de soutien à l’industrie assurée par CEA-Tech et fait des émules à l’international. Aude Ganier 4,1 Md impact économique global par an de GIANT. Réalisation de prototypes. € RÉFLEXIONS SUR L’INNOVATION MONDIALE AU HIGH LEVEL FORUM GIANT 2012 9 000 emplois directs, indirects et induits en 10 ans par le centre CEA de Grenoble. En réunissant les représentants de grands écosystèmes scientifiques et technologiques internationaux 1 à Grenoble, GIANT a lancé en juillet 2012 une réflexion globale sur l’innovation mondiale. Quatre thématiques furent débattues par les décideurs lors de ce premier High Level Forum GIANT 2012 : gouvernance des écosystèmes d’innovation, facteur de succès de l’innovation mondiale, perspectives industrielles et orientations économiques de la R&D. Avec en commun de mêmes spécialités technologiques (NTIC, énergies renouvelables, biotechnologies), une volonté de tisser des liens étroits entre science, technologie et société, ces structures ont pu échanger leurs visions. « Certes, nous avons des différences, au niveau de nos stades de maturité, de nos moteurs d’impulsion, de nos environnements politiques et économiques. Mais des facteurs de succès existent et nous voulions les partager. C’est la seule possibilité de voir sur le long terme, surtout dans un contexte globalisé où nous ne pouvons plus nous contenter de visions locales et cloisonnées » insiste Marcel Morabito, conseiller scientifique du CEA et organisateur de cet événement dont l’institut américain Caltech a proposé d’organiser la deuxième édition en 2013. « Nous espérons que nous pourrons initier des partenariats fructueux et l’échange de matière grise d’un continent à l’autre », conclut Marcel Morabito. CEA Note : 1. Brasilia (Brésil), Chicago/Argonne (États-Unis), Dresde (Allemagne), Grenoble (France), Haïfa/Technion (Israël), Harwell/Oxford (Royaume-Uni), Hsinchu (Taïwan), Karlsruhe (Allemagne), Lausanne (Suisse), Montréal (Canada), Pasadena (États-Unis), Singapour, Tsukuba (Japon), Varsovie (Pologne). Mars 2013 HORS-SÉRIE 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :