Les Défis du CEA n°177 février 2013
Les Défis du CEA n°177 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°177 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : anticiper l'impact sismique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
à la pointe• Peptide : polymère d’acides aminés. Plusieurs peptides forment une protéine.• Réaction enzymatique : réaction chimique ou biochimique accélérée par un catalyseur biologique, une enzyme. Ici, elle permet de fragmenter une protéine de 3 000 Da en peptides moins lourds, de 1000 à 2 000 Da. Notes : 1. Programme interministériel de recherche et développement pour lutter contre le terrorisme nucléaire, radiologique, biologique, chimique et explosif. 2. Technique de chromatographie liquide ultraperformante. Détection biologique Détection éclair de la toxine Epsilon Quatre heures contre deux jours auparavant ! Des chercheurs du CEA-iBiTec-S optimisent la détection par spectrométrie de masse de la toxine Epsilon dans le cadre du programme de lutte contre les menaces terroristes NRBC-E. Voici une avancée déterminante dans la lutte contre le bioterrorisme : dorénavant, quatre heures suffisent pour détecter par spectrométrie de masse la toxine Epsilon de Clostridium perfringens dans des échantillons de lait, d’eau ou de sang, contre deux jours auparavant. Ce gain de temps considérable, sans nuire à la sensibilité de l’analyse, est possible grâce à une équipe du CEA-iBiTec-S, dans le cadre du programme NRBC-E 1. Les chercheurs ont raccourci chacune des quatre étapes nécessaires au repérage de la toxine : son extraction, sa digestion et fragmentation en peptides•, la séparation de ces peptides et leur quantification par spectrométrie de masse. Ils ont su, entre autres, accélérer la réaction enzymatique• de digestion en la chauffant et en modifiant la charge en enzymes. Du temps a également été gagné dans la phase de séparation, en ayant recourt à la technique UPLC 2. Ce protocole optimisé basé sur la spécificité de la spectrométrie de masse permettra de confirmer rapidement des analyses déjà réalisées sur le terrain par des tests de criblage. Avec une limite de détection de 5ng/mL, cette approche physico-chimique offre une précision capitale dans la gestion d’une éventuelle crise par les autorités publiques. À présent, les chercheurs se concentrent sur le transfert de cette technique pour parvenir à détecter dans un même échantillon, et simultanément, les principales toxines ciblées dans le programme NRBC-E : ricine, entérotoxineB et toxine Epsilon. Amélie Lorec CEA- iBiTec-S L’Institut de biologie et de technologie de Saclay mène des projets de recherche fondamentale et de recherche finalisée dans des domaines très variés des sciences du vivant dont la pharmacocinétique de médicaments ou de molécules biologiques. Synthèse et caractérisation de molécules organiques par chromatographie liquide haute performance. P.Stroppa/CEA Texto Le LSCE remporte deux appels d’offres internationaux Le Laboratoire des sciences du climat et de permafrost en Sibérie Occidentale. Par ailleurs, le LSCE l’environnement (unité mixte CEA/CNRS/UVSQ) voit son projet Combiniso soutenu par la Commission va apporter ses compétences en matière d’études européenne. Objectif : progresser sur la compréhension isotopiques dans le cadre du projet russe Wsibiso. Il du cycle de l’eau et de la microphysique des nuages s’agit, au sein de l’université de l’Oural à Ekaterinburg, grâce au développement de nouveaux instruments et de développer un laboratoire consacré au changement d’un modèle de simulation numérique intégrant, pour climatique avec des études notamment sur la fonte du la première fois, tous les isotopes de l’eau. 10 Les défis du CEA Plus d’informations sur www.cea.fr
D. Biard/CEA Biologie médicale Un clone qui mime les maladies humaines Grâce à un clone cellulaire unique au monde, développé au CEA-iMETI, une action anticancéreuse de la protéine PARG est mise à jour : en éteignant le signal d’alerte déclenchant la réparation de l’ADN, elle pourrait empêcher celle des cellules cancéreuses, entraînant ainsi leur mort. Un nouveau candidat potentiel pour une approche thérapeutique anticancéreuse : la protéine PARG. Outre son rôle dans la réparation de l’ADN, des chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’université de Strasbourg 1 démontrent que la protéine est impliquée dans la modulation de l’expression de gènes également impliqués dans la réparation de l’ADN. Ces résultats ont vu le jour grâce à un clone unique au monde, développé au CEAiMETI, qui n’exprime plus cette protéine. « PARG appartient à une famille de protéines, les PARP, qui intervient dans le signalement d’une altération de l’ADN pour déclencher sa réparation, explique Denis Biard, créateur du clone. Il s’avère que PARG a le rôle d’inverser ce processus en éteignant le signal d’alerte (un signal d’alerte en continu est néfaste pour la cellule). Le clone où cette activité a été inhibée a permis d’étudier par déduction les fonctions de la protéine PARG de façon approfondie pour comprendre et pouvoir bloquer spécifiquement ces voies de réparation de l’ADN. » L’efficacité de ces voies de réparation est en effet un atout majeur des cellules cancéreuses dans leur résistance aux traitements thérapeutiques. Les bloquer entraînerait alors leur mort. Mimer la maladie, pour mieux la décortiquer La stratégie suivie par Denis Biard consiste à créer de nombreux modèles cellulaires simples et stables à l’infini qui miment des maladies humaines, en réduisant fortement l’expression de gènes impliqués dans l’une des différentes voies de la réparation de l’ADN. « Ces clones sont obtenus par une technique simple et peu coûteuse qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet en 2005 : l’interférence ARN• couplée à des vecteurs d’expression réplicatifs, non viraux. Les mécanismes d’action d’une maladie peuvent ensuite être décortiqués, pas à pas, et plusieurs hypothèses thérapeutiques testées, avant de travailler sur des modèles plus complexes » précise Denis Biard. Aujourd’hui, plus de 200 gènes ont été ciblés pour aboutir à la création de la première librairie de cellules humaines « silencieuses », maintenant commercialisées sous le nom de « SilenciX cells ». Une librairie en constante évolution qui constitue un outil idéal pour la recherche fondamentale et appliquée.• Interférence ARN : dégradation de la traduction en protéine d’un ARN messager par un ARN interférent. Amélie Lorec Note : 1. Unité mixte, de l’IGBMC et de l’Irebs. CEA-iMETI L’Institut des maladies émergentes et des thérapies innovantes se concentre sur les aspects originaux liés aux maladies émergentes, sur les études de la physiopathologie de ces maladies afin de comprendre de nouvelles fonctions biologiques, et sur la définition de nouvelles approches. Extinction à long terme de la protéine normale du prion dans des cellules de cancer du col de l’utérus, ci-contre dans leur état normal (rouge). Février 2013 N°177 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :