Les Défis du CEA n°176 déc 12/jan 2013
Les Défis du CEA n°176 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°176 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'habitabilité des mondes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
actualité Imagerie médicale Automatiser la production de radiotraceurs Le programme transverse « Technologies pour la santé » du CEA pilote un projet d’envergure visant à développer un système de production de radiotraceurs à la demande, pour l’imagerie moléculaire TEP (Tomographie par émission de positons). Objectif : installer ce système automatisé dans les hôpitaux afin d’améliorer l’accès de la population à ce type d’examens innovants. Baptisé Lotus, le projet implique plusieurs instituts du CEA parmi lesquels l’i2BM, l’Irfu, le Leti, le List ainsi que deux industriels. Un projet ambitieux, d’une durée de quatre ans, sélectionné par le programme Investissement stratégique industriel d’OSEO qui apportera une aide significative à son développement.C.Dupont/CEA Château de transport de radiotraceurs. Recherche européenne Le CEA dans les 3 KICs de l’EIT Le CEA contribue au développement de l’Institut européen de technologie (EIT) dont l’objectif est d’articuler la recherche, l’innovation et l’éducation. Trois Communautés de la connaissance et de l’innovation, ou KICs, de l’EIT sont aujourd’hui opérationnelles : Énergie durable, Climat et Technologies de la communication. Ces KICs regroupent des universités, des organismes de recherche, des entreprises publiques ou privées, des institutions financières et des collectivités locales sur seize sites géographiques de colocation. Le CEA, moteur dès leur création dans les KICs Énergie et Climat, est désormais actif au premier rang dans les trois KICs. Il contribue également à la réflexion française sur la création d’une KIC Matières premières, dans le cadre du prochain programme de recherche européen Horizon 2020. Énergie nucléaire L’offre nucléaire française exposée à Hanoï Administrateur général du CEA, Bernard Bigot, L’s’est rendu au Vietnam pour participer à l’exposition internationale sur l’énergie nucléaire. Organisée par le VinAtom à Hanoï, cette manifestation a permis la présentation de l’offre française en technologie nucléaire au sein d’un stand animé par plusieurs acteurs 1. En sa qualité de représentant du Gouvernement français pour la disponibilité de la France à accompagner le développement du programme électronucléaire du Vietnam, Bernard Bigot s’est entretenu avec le vice-premier ministre, Hoang Trung Hai. Il a également présenté au ministre de l’Éducation, Pham Vu Luan, l’éventail des formations nucléaires proposées par la France. Note : 1. AFNI, ALSTOM, ATMEA, AREVA, BRGM, CEA, EDF, I2EN, INSTN, IRSN & PFME. Bernard Bigot en déplacement au Vietnam pour l’exposition internationale sur l’énergie nucléaire. CEA 4 Les défis du CEA Plus d’informations sur www.cea.fr
CEA Les 3 missions principales du programme de recherche en sécurité globale du CEA 1. Apporter un soutien aux pouvoirs publics, en particulier pour l’analyse des menaces et des risques associés. interview Laurent Olmedo, responsable du programme transversal de recherche en sécurité globale au CEA Le CEA mobilisé contre le risque NRBC-E 2. Décliner les besoins exprimés au plan national en actions de recherche pouvant aller jusqu’à la mise en œuvre de démonstrateurs opérationnels. 3. Promouvoir des transferts technologiques via la cession de licences ou la création de start-up. La lutte contre le terrorisme, notamment les menaces NRBC-E, est la priorité d’un programme de recherche en sécurité globale initié par le CEA en 2005. En octobre dernier, le colloque SECURE DAY NRBC-E organisé par le CEA a réuni les principaux acteurs du secteur. L’occasion pour Laurent Olmedo, responsable de ce programme, de faire le point sur l’avancement des innovations et des transferts technologiques en la matière… En quoi consiste la R&D contre les menaces NRBC-E ? Ces recherches se déroulent principalement dans le cadre d’un programme 1 confié au CEA par les pouvoirs publics en 2005. Il constitue le socle de nos activités de recherche amont dans la lutte contre les menaces terroristes nucléaire, radiologique, biologique, chimique et explosive (NRBC-E). Il contribue aux trois missions principales du CEA dans ce domaine (voir encadré) afin de répondre à des besoins nationaux, tant au niveau Défense que civil. Les actions de recherches sont menées en étroite collaboration avec les pouvoirs publics (SGDSN 2, DGA 3, ministères). Elles portent sur le développement de technologies innovantes dans les domaines de la détection, de l’identification, du diagnostic, des contre-mesures médicales et de la décontamination face aux agents de la menace NRBC-E. Quel bilan dressez-vous des actions menées depuis 2005 ? Les pouvoirs publics ont confié au CEA la r esponsabilité de ce programme car nous disposions déjà d’un solide corpus scientifique, grâce à nos compétences en instrumentation nucléaire, en biologie ou bien dans le domaine des explosifs. Ensuite, nous nous sommes organisés afin de travailler sur une quarantaine de projets multidisciplinaires en y associant des partenaires académiques. En sept ans, une cinquantaine de brevets ont été déposés et une trentaine de technologies innovantes ont vu le jour. Nous avons pu réaliser des démonstrateurs technologiques dont certains ont déjà fait l’objet de transferts industriels. Par exemple, les balises Dirad de détection radiologique 4 sont fabriquées par la société Saphymo. La start-up du CEA APIX développe un dispositif de détection chimique basé sur l’intégration de nanotechnologies. Tous ces développements permettent de nous positionner au plan national comme un acteur de référence dans la R&D NRBC-E. Ils renforcent également notre visibilité au niveau de l’Europe grâce à notre participation à de nombreux projets de recherche (par exemple, SNIFFER, SCINTILLA). Y a-t-il des freins à l’émergence de nouvelles technologies ? L’arrivée sur le marché de nouveaux produits est notamment conditionnée par la mise en place de normes et réglementations. À ce titre, et à la demande des pouvoirs publics, le CEA coordonne au plan national le groupe chargé de la normalisation des technologies de sécurité. Des projets de norme dans le domaine NRBC-E viennent d’être lancés car elles sont des outils importants pour renforcer la compétitivité industrielle en tirant vers le haut les produits, afin d’éviter le dumping économique de la concurrence… Propos recueillis par Aude Ganier Notes : 1. Programme interministériel de R&D NRBC-E 2. Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale 3. Délégation générale à l’armement 4. Voir Défis n°175 Décembre 2012 - Janvier 2013 N°176 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :