Les Défis du CEA n°164 octobre 2011
Les Défis du CEA n°164 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°164 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : nanocaractérisation... les paparazzis de l'atome.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Àla pointe les défis du cea octobre 2011 LE ROBOT DU MOINDRE EFFORT TEXTE : Stéphanie Delage TECHNOLOGIES POUR L’INDUSTRIE Aider l’homme dans les gestes professionnels les plus éprouvants : c’est l’ambition d’un projet emmené par l’équipe Robotique interactive de l’institut CEA-List, en association avec le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) et la start-up RB3D. Les chercheurs ont mis au point un bras-robot collaboratif, ou « cobot », qui amplifie l’effort et compense le poids de l’outil, tout en étant intuitif puisqu’il réagit à l’effort exercé sur lui par l’opérateur. « L’effort a ainsi pu être amplifié jusqu’à 100 fois lors de nos tests », explique Yvan Measson du CEA-List. Un prototype industriel est en cours de réalisation. Il sera doté d’un facteur d’amplification paramétrable de 1 à 50 et sa commercialisation sera lancée dès 2012. « Le cobot permettra de réduire les douleurs des opérateurs causées par des efforts répétitifs, comme dans le cas du brossage du métal, souligne Yvan Measson. Le principe est vertueux puisque Dernier réglage du bras collaboratif cobot dans le laboratoire de Robotique interactive du CEA-List, qui permet ici de manipuler sans efforts une pièce industrielle de 7 kg. l’utilisation du cobot, en plus d’améliorer le « confort » des personnes exerçant un métier physiquement pénible, permettra aux entreprises de faire des économies. En 2009, elles ont en effet versé 875 millions d’euros pour des arrêts de travail liés aux troubles musculo-squelettiques (TMS), représentant une perte de 9 millions de journées de travail. » Prochaine étape pour les chercheurs : augmenter l’intelligence du système, avec notamment une fonction d’évitement des obstacles. « L’utilisation du cobot permettra d’améliorer le « confort » des personnes exerçant un métier physiquement pénible, et de réduire l’apparition de troubles musculo-squelettiques, cause de 9 millions de jours d’arrêt de travail en 2009. » C. Dupont/CEA
CEA numéro 164 les d éfis du cea GÉOLOCALISATION EN TOUTES CIRCONSTANCES TEXTE : Vahé Ter Minassian TECHNOLOGIES POUR L’INFORMATION Situer en temps réel l’endroit exact où se trouve un véhicule ou un individu dans un aéroport. Telle est la fonction du dispositif mis au point dans le cadre du projet européen LocOn 1 qui vient de se terminer. Réalisé avec une équipe du CEA-Leti, il peut fonctionner aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur des bâtiments, et utilise pour cela plusieurs moyens de localisation disponibles, de manière complémentaire et continue. Un aéroport est une véritable ruche. Sur le tarmac, dans les aérogares, circulent des centaines d’engins et d’employés. Comment éviter des collisions au cours de ces déplacements ou le franchissement de zones interdites ? Les responsables de la sécurité souhaiteraient doter machines et personnels de sortes de petits émetteursrécepteurs radio ou tags qui permettraient de les localiser. Problème : aucune solution n’est satisfaisante. Le GPS est efficace en plein air, mais inopérant à l’intérieur des bâtiments. A contrario, le Wifi et l’ultra large bande (ULB) peuvent être utilisés à l’intérieur. Si cette dernière technologie apporte une meilleure précision, la régulation en limite la puissance, et donc la portée. D’où l’idée de faire appel à de multiples techniques en même temps. La difficulté étant de les coupler et faire en sorte qu’elles se relaient lorsque l’une ne peut pas opérer. Outre qu’ils ont fourni les émetteurs et les récepteurs ULB, les ingénieurs du CEA-Leti ont développé des logiciels spécifiques qui permettent au dispositif de fonctionner. Et qui a été testé avec succès sur l’aéroport de Faro, au Portugal. LE LOGICIEL CHASSEUR DE BUG TEXTE : X. M. Puce radiofréquence exploitée dans le projet LocOn. TECHNOLOGIES POUR L’INFORMATION note : 1. www.ict-locon.eu Ultra large bande//Procédé de communication par ondes radios qui utilise une large gamme de fréquences (supérieure à 500 MHz). La plateforme logicielle Frama-C, développée par le CEA-List, a identifié une faille dans le fonctionnement d’une librairie logicielle de compression de données (QuickLZ) utilisée par de nombreux serveurs, dont ceux de Facebook et d’Agfa. Dédié à l’analyse de code informatique, l’outil Frama-C peut ainsi également se comporter comme un « chasseur de bug » au sein de programmes. Alertés par le CEA-List, les auteurs de cette librairie, qui permet de réduire l’espace alloué au stockage d’images, ont rapidement corrigé ce défaut. Avec l’identification du bug, les chercheurs ont montré que leur logiciel est suffisamment mature pour aborder le marché de la sécurité informatique. Jusqu’à présent, Frama-C s’était concentré sur des domaines d’application où la fiabilité des programmes est critique, comme l’énergie (notamment le contrôle-commande des centrales nucléaires) ou les transports aériens (informatique embarquée). Si elle paraît moins critique au premier abord, la sécurité des logiciels gérant les serveurs informatiques est paradoxalement plus délicate, ces logiciels étant généralement écrits sans exigence de simplicité. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :