Les Défis du CEA n°160 mai 2011
Les Défis du CEA n°160 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°160 de mai 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : suméro spécial chimie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
PLUS D’INFORMATIONS SUR 18 Ils en parlent les défis du cea www.cea.fr mai 2011 PROPOS RECUEILLIS PAR : Claire Abou LA CHIMIE SE MET AU VERT 3 QUESTIONS À STÉPHANE SARRADE à Alors que le Développement durable intervient de plus en plus dans tous les domaines de la vie quotidienne, la chimie non plus n’est pas épargnée. Bienvenue dans le monde de la chimie verte avec les explications de Stéphane Sarrade, Chef du département de physico-chimie au CEA. 1 Comment définir la chimie verte ? S. S. |Le concept est né à la fin des années 1990 aux États- Unis et repose sur quatre grandes idées. La première, fondatrice, est d’utiliser au maximum la matière première pour l’économiser et générer le moins possible de sous-produits, ces derniers devant être recyclables. Il faut également privilégier les matières premières renouvelables aux matières premières fossiles. La deuxième est de remplacer les solvants toxiques et dangereux, tels que le chloroforme, le benzène, le trichloréthylène, par des solvants propres tels que le CO 2 supercritique ou l’eau sous pression. La troisième concerne l’énergie, pour une meilleure utilisation en termes de rendement, d’économie de sources et de rejets. La dernière traite des déchets et des effluents. Il y en aura toujours. Il faut donc, lors de la conception de procédés industriels, faire en sorte qu’ils puissent constituer une matière première recyclable. Et rendre inerte, c’est-à-dire non réactive, la quantité minimale de déchets ultimes qui resterait. 2 Dans quels secteurs ses principes sont-ils appliqués ? S. S. | La chimie verte est aujourd’hui principalement mise en œuvre dans les industries de l’agroalimentaire et de la pharmacie, où les produits finaux doivent être indemnes de la moindre trace de solvant et où les matières premières sont en majorité renouvelables. Par exemple, depuis près de cinquante ans, la caféine est extraite du café grâce au CO 2 supercritique, puis vendue pour être recyclée auprès des fabricants de cola et de l’industrie pharmaceutique. Et ce « déchet », le café décaféiné, est plus cher que le produit final ! Le génie génétique s’inscrit aussi dans une démarche de chimie verte. Les bactéries qu’il permet d’obtenir, considérées comme matière première renouvelable, peuvent produire des molécules, comme l’insuline ou l’artémisinine (principe actif des antipaludéens) sans générer les effluents liés aux très nombreuses étapes de synthèse. « À l’horizon 2050, il faudra produire plus dans tous les domaines, en mobilisant moins de matière première. La chimie verte devrait alors se généraliser. » Stéphane Sarrade, Chef du département de physico-chimie au CEA. 3 Pourquoi la chimie verte n’est-elle pas plus généralisée ? S. S. | Jusqu’au début des années 2000, la chimie verte faisait face à des blocages culturels et financiers. Avec l’augmentation du prix du baril de pétrole, les considérations environnementales et climatiques de plus en plus prises en compte, la tendance a commencé à changer. « Nous vivons dans un monde fini », disait Paul Valéry au début du XX e siècle. Nous en prenons conscience aujourd’hui. D’autant plus qu’à l’horizon 2050, la population mondiale devrait passer de 6 milliards à 9 milliards d’habitants. Il faudra, de fait, produire plus dans tous les domaines, tout en mobilisant moins de matière première. La chimie verte devrait se généraliser avec les progrès scientifiques et technologiques, dans les domaines des énergies et des procédés industriels. Un exemple concret : la société française Arkema fabrique un plastique, le rilsan, non pas à partir du pétrole mais d’une plante, le ricin. P.Maraval (portrait)/P. Avavian/CEA (fond)
À voir, à lire, à écouter numéro 160 Chimiquement vôtre Ça bout, ça fulmine, ça pétille ! Cette exposition interactive fera découvrir à un public jeune et familial la chimie sous toutes ses formes. Sur 200 m², des tables d’expériences illustreront trois thématiques : la composition de la matière et les outils pour l’observer ; les grandes réactions chimiques, dans la nature et dans les laboratoires ; la chimie verte. Une coproduction CEA, Universciences, Espace des sciences de Rennes et Union des industries chimiques, cette exposition sera itinérante à travers la France. — Vous avez dit chimie ? | Du 8 juin au 30 octobre au Palais de la découverte, à Paris. Puis à Strasbourg, de novembre 2011 à février 2012, à Rennes de mars à septembre 2012, à Alès d’octobre à fin décembre 2012… ABONNEMENT GRATUIT Le paradoxe chimique Que penser de la chimie en tenant compte de ses bienfaits quotidiens et des accidents dont elle peut être à l’origine ? La chimie est ainsi ambivalente. Un même produit peut être à la fois un poison et un remède, question de dose et d’utilisation. Alors, plutôt que de « danger », ne faudrait-il pas parler de « risque » ? L’auteur nous entraîne sur ce thème en nous rappelant ce qu’est la chimie, ses bienfaits et son potentiel. Un mini précis et plein de clarté. — La chimie est-elle réellement dangereuse ? | Stéphane Sarrade | Les petites pommes du savoir | Le Pommier | 4,90 € Quiz 80 jeux pour aborder l’univers de la chimie. Voici ce que proposent deux chimistes du CEA pour comprendre, par exemple, pourquoi la glace flotte sur l’eau, à quelle molécule l’on doit son bronzage ou quel célèbre tableau est menacé de disparation. En cette Année internationale de la chimie, ce livre est un indispensable pour pouvoir suivre toutes les manifestations programmées, et aussi parce que la chimie est partout autour de nous ! — La chimie est un jeu | Alexandra Bender et Catherine Rabbe | Librio | 3 € Chimie d’avenir À l’heure où le devenir de notre planète devient incertain, la chimie doit accomplir le grand saut qui lui permettra de contribuer à consolider notre avenir… De grands défis l’attendent dans cinq domaines stratégiques pour l’humanité : l’alimentation, la santé, l’énergie, la production d’eau potable et l’environnement. Et ce n’est pas la chimie industrielle que nous avons connue qui pourra les relever, mais une nouvelle chimie qui aura fait le pari du durable… — La chimie d’une planète durable | Stéphane Sarrade | collection « Essais » | Le Pommier | 20 € Tout le B.A.BA Comprendre les fondamentaux de la physiquechimie en un coup d’œil ! Ce document très complet, destiné aux lecteurs de 10 à 14 ans, propose une approche très visuelle avec des planches illustrées et légendées pour comprendre et mémoriser ce qu’est la matière, ses propriétés et ses transformations, comment se produisent les réactions chimiques… Avec, en prime, un quiz géant et deux pages d’autocollants pour réaliser des exposés. — La physique-chimie au quotidien | Les docs des incollables | éditions Play Bac | 4,28 € Abonnement en ligne sur http://defis.cea.fr ou par courrier, en nous faisant parvenir sur papier libre vos nom, prénom, adresse et profession à : Les Défis du CEA, Abonnement, CEA-Bâtiment siège, 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France. Philippe Levy 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :