Les Défis du CEA n°158 mars 2011
Les Défis du CEA n°158 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°158 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : physique des particules, Alice au pays des origines.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 À la pointe les défis du cea mars 2011 P.Stroppa/CEA CEA 1 2 3 4 5 6 5,01 5,02 5,03 5,04 5,05 5,06 5,07 5,08 temps (s) LE PLASMA PAR LE PETIT BOUT DU TOMOGRAPHE TEXTE : X. M. PHYSIQUE NUCLÉAIRE les patients d’un service de Comme neurochirurgie, les plasmas pourraient bénéficier de scanners « haute résolution ». Une équipe de physiciens du CEA- IRFM a mis au point une technique de tomographie pour sonder l’intérieur d’un plasma, là même où l’on espère un jour maîtriser la fusion nucléaire. Elle fournit des images d’une précision inégalée de sa densité en électrons. Une donnée capitale. Car d’elle dépend directement l’efficacité d’un tokamak pour obtenir des réactions de fusion. C’est dans celui du CEA à Cadarache que cette technologie a été développée. Dénommé Tore Supra, il ouvre les voies technologiques et fondamentales du futur tokamak géant Iter. Plasma//En physique, état de la matière constituée de particules chargées (ions et électrons). Fusion nucléaire//Réactions au cours desquelles deux noyaux atomiques s’assemblent pour former un noyau plus lourd. Ces réactions, qui sont mises en œuvre dans le Soleil et les étoiles, peuvent dégager des quantités énormes d’énergie. Tokamak//Enceinte en forme d’anneau où, grâce à un confinement magnétique, un plasma est produit et contrôlé afin d’obtenir des réactions de fusion nucléaire. Iter//Tokamak en cours de construction dans le cadre d’un projet international, sur le site de Cadarache, en vue de démontrer la faisabilité scientifique et technologique de la fusion contrôlée. Évolution des instabilités de la densité électronique du plasma. Salle contrôle commande de Tore Supra où les paramètres plasma peuvent être visualisés en temps réel sur les écrans. Contrairement à son cousin médical, le tomographe pour plasma fonctionne non pas en sondant la matière avec des particules, mais avec des micro-ondes. « Celles-ci sont envoyées dans le plasma, décrit Roland Sabot, qui a dirigé les recherches. Plus leur fréquence est grande, plus elles pénètrent profondément au cœur du plasma. » En recueillant leur écho, des réflectomètres mesurent la position de la couche de réflexion des ondes ainsi que sa densité. Autre différence, la reconstruction bidimensionnelle est faite en utilisant la rotation naturelle du plasma dans le tokamak. Pour un scanner médical, il est plus pratique de faire tourner le détecteur autour du patient plutôt que le patient sur lui-même ! Les physiciens du CEA-IRFM peuvent ainsi reconstituer des coupes verticales de la densité électronique du plasma avec une précision spatiale d’un millimètre et temporelle de 50 microsecondes ! Ils ont pu, pour la première fois, visualiser clairement des instabilités au centre du plasma, notamment des structures en anneaux et croissants. Ces instabilités provoquent des expulsions de fractions d’énergie, alors que tout l’enjeu est justement de la confiner au cœur du plasma pour obtenir des réactions de fusion. Dans Iter, ce type d’instabilité pourrait s’étendre sur plus d’un tiers du diamètre, avec pour conséquence l’éjection d’une partie notable d’énergie. « Nos instruments de tomographie aideront à mieux comprendre ces instabilités, explique Roland Sabot. L’objectif étant de pouvoir les contrôler et d’en prédire l’influence dans Iter. »
numéro 158 les d éfis du cea L’ALGORITHME MULTICRITÈRE TEXTE : Stéphanie Delage TECHNOLOGIES POUR L’INFORMATION algorithme de traitement d’image permet d’envisager la détection automatique de concepts Unnouvel visuels à l’échelle industrielle. Plusieurs outils informatiques proposent déjà de reconnaître différents éléments dans une image : le ciel, la mer, une route, un bâtiment, etc. Mais ils pèchent souvent par leur complexité et ne sont guère utilisables pour des images touffues ou pour un traitement à très grande échelle. L’algorithme développé par le CEA-List 1 présente un atout majeur : sa complexité croît linéairement avec le nombre d’entités visuelles à détecter, au lieu d’une croissance cubique dans le cas classique. Ainsi, cet outil est 5 à 6 fois plus rapide pour une image où l’on veut détecter 15 objets. À terme, il pourra détecter jusqu’à 1000 entités distinctes ! Ces avancées ont été intégrées dans la plateforme de recherche et développement Polinum, dédiée à la numérisation et à la valorisation des fonds patrimoniaux, industriels et informationnels, dont le CEA est partenaire avec la société bordelaise i2S. L’objectif est d’optimiser la chaîne de numérisation et permettre une recherche par mots-clés. D’autres applications sont également envisageables, dans le domaine de la vision robotique par exemple. « L’originalité de notre algorithme réside dans son approche statistique. Nous injectons des choix aléatoires pour les étapes de calculs les plus coûteuses, explique Hervé le Borgne, chercheur au CEA-List. Le modèle permet de grosses économies de mémoire, converge rapidement, gère bien la détection simultanée de plusieurs objets dans la même image et le problème des bases de données de grande taille. » Toutefois, la reconnaissance d’images ne requiert pas seulement un algorithme d’apprentissage performant. En effet, elle doit d’abord se baser sur des descriptions de l’image fiables et robustes, sujet sur lequel les chercheurs planchent actuellement. note : 1. Laboratoire d’intégration des systèmes et des technologies du CEA. L’algorithme développé au CEA-List permet d’effectuer une recherche d’images dans une banque de données à partir de nombreux critères intrinsèques aux images. TÉLEX Des chercheurs du CEA-DRFMC explorent une voie de miniaturisation de l’électronique autour d’une tête de lecture composée d’une jonction tunnel ultrafine… et, surprise, ce composant se révèle être un oscillateur aux performances hors normes. Ils travaillent actuellement à optimiser et à fiabiliser ces performances. À suivre… 15 Image Source/Photononstop



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :