Lectures Pour Tous n°04-02 novembre 1901
Lectures Pour Tous n°04-02 novembre 1901
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°04-02 de novembre 1901

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Hachette

  • Format : (155 x 238) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 66,7 Mo

  • Dans ce numéro : fêtes du sacre et entrée des rois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
I 54 Lectures pour Tous quatre ou cinq jours après seulement, on vide le four encore chaud et on le charge de nouvelles amphores. Il n'y a presque jamais (l'insuccès. A la fin de septembre, toutes les fournées sont cuites. OMICILIÉS DANS DES BOU- TEILLES. Les pièces cuites sont mises dans un magasin ouvert à tous les vents. Souvent même, à cause du manque de place, elles restent autour des fours, sur les places des faubourgs. Elles ne demeurent pas longtemps sans utilité. Hâves, déguenillées, des familles de bohémiens arrivent L'hiver est venu, amenant avec lui neige, pluies, gelées et vent ; adieu les belles nuits tièdes et étoilées où l'on dort au clair de la lune, la tête appuyée sur une pierre moussue, au bord du chemin Les pauvres diables ne savent pas où coucher. Ils implorent de la municipalité la permission d'élire domicile dans les tinajas, et la municipalité le leur accorde. Alors ils s'introduisent par l'ouverture, ils arrangent avec de la paille et des herbes sèches leur chambre à coucher, et le soir, à l'abri du froid, de la bise et de la neige, ils transforment les bouteilles hospitalières en dortoir. Les tinajas remplacent encore les citernes et font office de bateaux-lavoirs. On y conserve l'huile, le vinaigre, les légumes, les fruits séchés ; on les emploie — les plus petites du moins — comme coffres-forts, et l'on en a découvert quelques-unes murées dans des murs épais et pleines d'or Un jour la pioche d'un ouvrier éventrait, dans une maison démolie, le trésor qu'y avait enfoui quelque avare. Pendant longtemps, ce fut un véritable métier que de rechercher clans les vieilles demeures abandonnées ces tinajas aux surprises merveilleuses. On en fait aussi des baignoires. Théophile Gautier raconte d'une manière très amusante ce qui lui arriva à Grenade, dans un établissement de bains assez joliment arrangé, avec des cabines disposées autour (l'un patio ombragé d'un plafond de pampres et occupé en grande partie par un réservoir d'une eau fort limpide. « Jusque-là, tout allait bien, dit l'écrivain, mais en quoi pensez-vous que pouvaient être les baignoires ? (Photographies communiquées par M. U. Checa.) en cuivre, en zinc, en pierre, en bois ? Pas du tout, vous n'y êtes pas ; nous allons vous le dire, car vous ne devineriez jamais. C'étaient d'énormes jarres d'argile comme celles où l'on conserve l'huile ; ces baignoires d'un nouveau genre étaient enterrées jusqu'aux deux tiers à peu près de leur hauteur. Avant de nous empoter dans ces cruches, nous les fîmes garnir d'un drap blanc, précaution de propreté qui parut extrêmement bizarre au baigneur, et que nous eûmes besoin de lui recommander plusieurs fois pour nous faire obéir, tant elle l'étonnait. Il s'expliqua ce caprice à lui-même en faisant un geste commisératif des épaules et de la tête, et en disant à demi-voix ce seul mot  : Ingleses ! Nous nous tenions accroupis dans nos pots, notre tête passant en dehors, à peu près comme des perdrix en terrine, et je compris l'histoire d'A li-Baba ou les Quarante voleurs, qui m'avait toujours paru un peu difficile à croire et fait douter un instant de la véracité des Mille et une Nuits. » Après avoir servi à ces usages variés, on comprend que la tinaja, au moment de recevoir le vin, ait besoin de subir certaines préparations. Donc on la fait chauffer, on y jette un mélange de poix et de résine en poudre, et empego, sorte d'enduit qui fond à la chaleur et s'applique en vernis contre la paroi. En même temps, on pratique un trou dans la partie inférieure pour extraire le vin, au moment venu. Si la tinaja doit renfermer de l'huile, il suffit de l'imbiber d'eau à plusieurs reprises, et cette préparation, qui rend la terre moins poreuse, forme, elle aussi, une couche brillante qui retient l'huile, lors même que l'eau paraît entièrement évaporée. C'est sans doute la nature poreuse de l'argile des jarres qui a donné naissance à ce proverbe espagnol  : « La jarre neuve boit toujours avant son maître ». De grands chars solides, des carros, emportent les tinajas dans les pays voisins, jusqu'à la mer, et les étrangers qui les voient passer, traînées lentement par deux boeufs que pique parfois le conducteur en chantant, se demandent tout surpris de quelle époque reculée vient ce vase gigantesque, qui semble avoir été construit par quelque géant et qui, sur le char qui l'emmène, monte aussi haut que les arbres de la forêt.
LE DÉFILÉ DU BUDGET. - LES EMBUSCADES DES NTERPELLATEURS. Depuis longtemps, la discussion du budget n'est plus qu'un prétexte à débats politiques. A propos du budget are l'intérieur, par exemple, on demande la suppression des fonds secrets. Derrière chi ue chapitre un député se tient embusqué, prit à décharger sur le ministre la mitraille d'une interpellation. LA MACHINE PARLEMENTAIRE ssurer à la volonté nationale le moyen de s'exprimer, mettre le pays en mesure de A se gouverner lui-même, faire prévaloir l'opinion du plus grand nombre sans porter atteinte à la liberté de chacun, tel est l'objet du régime parlementaire. Mais, pour que ce régime atteigne son but, il est indispensable qu'il soit appliqué régitièrement semblable à une machine dont ilfaut assurer le bon fonctionnement. Aussi tous ceux qui sont sincèrement attachés à nos institutions doivent-ils veiller à ce qu'il ne s'y produise aucune déviation qui serait de nature à altérer leur jeu normal. Corriger les erreurs de direction, remettre le mécanisme en état, redresser les rouages faussés, c'est le seul moyen pour conserver son prestige au régime parlementaire et sauvegarder en même temps les intérêts dont il nous offre la meilleure garantie. E simple citoyen qui assiste pour la première fois à une séance de la., Chambre a beaucoup de chances pour ne rien comprendre à ce qui se passe devant lui. Au milieu de clameurs, d'allées et de venues, de gestes et de remue-ménage incessants, il entend retentir des formules mystérieuses, telles que  : Disjonction Combattre l'urgence La priorité est de droit ! Renvoi à la Commission Amendement Ordre du, jour Adjonction à l'ordre du jour Division de l'or- O O O dre du jour Projet de résolution Quorum, etc. Il s'émerveille de voir l'agilité des orateurs à escalader la tribune, du président à fendre l'air de son couteau à papier, la passion excitée dans les groupes qui bourdonnent dans l'hémicycle, s'engouffrent dans les tambours, les clameurs qui naissent à un bout, croissent, puis viennent mourir au centre, tandis que de l'autre côté les applaudissements éclatent, les interjections se croisent, les papiers circulent de main en main, les émissaires cou-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 1Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 2-3Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 4-5Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 6-7Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 8-9Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 10-11Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 12-13Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 14-15Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 16-17Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 18-19Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 20-21Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 22-23Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 24-25Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 26-27Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 28-29Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 30-31Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 32-33Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 34-35Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 36-37Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 38-39Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 40-41Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 42-43Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 44-45Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 46-47Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 48-49Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 50-51Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 52-53Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 54-55Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 56-57Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 58-59Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 60-61Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 62-63Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 64-65Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 66-67Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 68-69Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 70-71Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 72-73Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 74-75Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 76-77Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 78-79Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 80-81Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 82-83Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 84-85Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 86-87Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 88-89Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 90-91Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 92-93Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 94-95Lectures Pour Tous numéro 04-02 novembre 1901 Page 96