Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°04-01 de octobre 1901

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Hachette

  • Format : (155 x 238) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 62,3 Mo

  • Dans ce numéro : boutiques du vieux Paris et marchands d'autrefois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
78 Lectures pour Tous des procédés qui produisent le rire, de mème on peut en analyser le mécanisme. L'instrument essentiel du rire est un muscle facial, le grand zygomatique, qui traverse obliquement chaque joue et est tendu, comme une sangle élastique, entre la pommette et la commissure des lèvres. Dès que, de chaque côté, ce muscle se contracte, les coins de la bouche sont attirés et relevés vers les pommettes, un pli se creuse entre les lèvres et les joues  : la figure commence de rire ; mais elle ne rit pas encore. La contraction artificielle du grand zygomatique, facilement obtenue en électrisant légèrement les extrémités de ce muscle, ne suffit pas pour donner l'expression du rire franc. Vous apercevez tout de suite combien ce rire est incomplet et faux  : la physionomie du rieur n'est pas gaie, bien que marquée (les plis habituels ; on obtiendra en électrisant un cadavre ce masque menteur, où les muscles seuls rient, et ne rient pas tous. Pour que le rire soit naturel, c'est-à-dire franc, gai, entraînant, je dirais même contagieux, il faut autre chose encore, il faut que les yeux participent au rire. Le rire naturel produit toujours une contraction des muscles des paupières qu'on appelle en anatomie  : orbiculaire supérieur et orbiculaire inférieur. Quand ces muscles entrent en contraction, les sourcils s'abaissent, en même temps que les rides qui sillonnent la paupière inférieure ENFANT RIANT. — BUSTE DE DONATELLO, SCULPTEUR ITALIEN DU XV° SIECLE. Ce que le sculpteur a rendu, ce n'est pas le sourire de l'enfant qui s'éveille à la vie, mais l'éclat de rire d'ire garçon exubérant de sauté et de force. et le pourtour des yeux se creusent et deviennent plus apparentes. Ce mouvement de la paupière inférieure est d'une telle importance dans la mimique du rire, que sans lui aucune joie ne saurait se peindre avec vérité. Un coup d'oeil sur le beau masque de Carriès suffit pour nous faire apprécier la justesse de cette observation. Une personne a beau cacher le bas de sa figure  : il suffit de regarder ses ou non. MASQUE DE BOUFFON, PAR JEAN CARRIÈS, SCULPTEUR CONTEMPORAIN. L'artiste a scrupuleusement traduit la contraction grimaçante que produit un violent accès de rire. (Appartient à M. Mentschel.) yeux pour savoir si elle rit La contraction de ces deux muscles produit la différence essentielle entre le rire naturel et le rire faux ; l'intervention des autres muscles de la face produit les nuances entre les multiples formes du rire. Dans le rire étonné, par exemple, à la contraction du grand zygomatique vient se joindre celle du muscle frontal, qui donne à la figure l'expression d'étonnement. Mais les muscles de la face ne sont pas les seuls instruments du rire  : le larynx complète toujours leur intervention. Les auteurs parlent couramment du rire silencieux. Peut-on, en réalité, rire sans que le larynx, l'organe de la voix, se mette de la partie ? Les médecins le nient après des expériences très précises. En se servant d'instruments perfectionnés, on a pu constater que les muscles du larynx se contractent, c'est-à-dire vibrent, non seulement quand on rit ostensiblement, mais encore quand on sourit seulement, dès le début du sourire, et même quand, pour cacher le sourire, on serre les lèvres. Le rire est encore trahi par les vibrations du larynx, quand, du côté de la face, les yeux seuls rient. Le grand théoricien du rire physiologique, le Dr Raulin, n'hésite pas à dire que c'est dans les muscles du larynx que se fait la première ébauche du rire. Quand le rire est franc, à mesure qu'il devient plus fort, d'autres muscles encore
La Vertu Hygiénique du Rire 79 entrent en jeu. Ce sont d'abord des muscles de la partie abdominale, puis les muscles des épaules, les muscles du dos et des reins. C'est alors une véritable gymnastique  : tous les muscles expirateurs et par moment aussi les muscles inspirateurs et le diaphragme, se contractent à leur tour. Dans ce cas se trouve justifiée l'expression d'après laquelle le rire fait « dilater la rate ». LE RIRE ARTIFICIEL. - RIEURS FABRIQUÉS ET BOUFFONS. Mais il est clair que ce jeu (les muscles, qui suffit à donner l'apparence du rire, ne saurait en donner la réalité. Le rire artificiel, non seulement n'égaye pas celui qui le subit, mais ne réussit guère à égayer les autres. Cette imitation décevante est une des plus grosses difficultés du métier d'acteur  : très peu, parmi les meilleurs, ont le talent de rire juste. Et l'on saitcombien est pénible et lugubre le rire qui sonne faux. Comme il y eut, aux cérémonies funéraires de l'antiquité, (les pleureuses de profession, les cours du moyen àge eurent des rieurs, de qui le corps contrefait et l'accoutrement ridicule provoquaient déjà la gaîté. Victor Hugo nous a dit la navrante détresse de ces bouffons condamnés à Ne vouloir, ne pouvoir, ne devoir et ne faire Que rire !... C'est lui encore qui, dans son roman de l'Homme qui rit, nous conte la dramatique histoire d'un rieur fabriqué par l'invention atroce d'un bourreau. C'est ce lamentable Gwynplaine, fils d'un grand seigneur d'Angleterre, que des malfaiteurs enlèvent enfant et défigurent pour en faire un « masque qui rit ». « Une science mystérieuse avait ciselé cette chair, créé ce visage. Cette science LE RIRE INGI.NU.— PORTRAIT D'ENFANTS, PAR LAWRENCE ECOLE ANGLAISE, XVIIl'SILCLE). La candeur et la grâce du sourire enfantin, le charme ingénu de ces gaietés spontanées qui se manifestent à tout propos, voilà ce que Lawrence a su rendre avec un naturel.exquis. avait fendu la bouche, débridé les lèvres, dénudé les gencives, distendu les oreilles, décloisonné les cartilages, désordonné les sourcils et les joues, élargi le muscle zygomatique, estampé les coutures et les cicatrices, ramené la peau sur les lésions tout en maintenant la face à l'état béant, et de cette sculpture puissante et profonde était sorti ce masque, Gwynplaine. « C'est en riant que Gwynplaine faisait rire, et pourtant il ne riait pas. Sa face riait, sa pensée non. Le dehors ne dépendait pas du dedans. Ce rire qu'il n'avait point mis sur son front, sur ses joues, sur ses sourcils, sur sa bouche, il ne pouvait l'en ôter. On lui avait à jamais appliqué le rire sur le visage. Toutes ses émotions, quelles qu'elles fussent, augmentaient cette étrange figure de joie, disons mieux, l'aggravaient. Un étonnement qu'il aurait eu, une souffrance qu'il aurait ressentie, une colère qui lui serait survenue, une pitié qu'il aurait éprouvée, n'eussent fait qu'accroître cette hilarité des muscles ; s'il eût pleuré, il eût ri. » A parler exactement, ce n'est plus là le rire, c'est le rictus, qui en est la contrefaçon. E RIRE SIGNE DE SOUFFRANCE. — PEUT-ON MOURIR DE RIRE ? Le rire artificiel et faux est si peu un signe de ganté qu'il peut au contraire être provoqué par la douleur physique. Le docteur Caze cite le cas d'un homme qui avait une ulcération de la langue qu'on cautérisait avec la pierre infernale. Cette opération était excessivement douloureuse, et, quand le malade ne pouvait plus la supporter, il était pris d'un rire convulsif. Le docteur Roy a rapporté l'observation d'un père prieur qui, frappé d'une fièvre maligne, fut pris dans le fort de la maladie d'une envie de rire tellement impérieuse qu'il ne put dormir un



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 1Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 2-3Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 4-5Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 6-7Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 8-9Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 10-11Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 12-13Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 14-15Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 16-17Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 18-19Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 20-21Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 22-23Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 24-25Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 26-27Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 28-29Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 30-31Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 32-33Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 34-35Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 36-37Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 38-39Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 40-41Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 42-43Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 44-45Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 46-47Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 48-49Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 50-51Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 52-53Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 54-55Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 56-57Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 58-59Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 60-61Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 62-63Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 64-65Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 66-67Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 68-69Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 70-71Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 72-73Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 74-75Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 76-77Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 78-79Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 80-81Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 82-83Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 84-85Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 86-87Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 88-89Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 90-91Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 92-93Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 94-95Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 96