Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°04-01 de octobre 1901

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Hachette

  • Format : (155 x 238) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 62,3 Mo

  • Dans ce numéro : boutiques du vieux Paris et marchands d'autrefois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
64 Lectures pour Tous struire un semblable cerf-volant, on prend quatre baguettes d'égale longueur destinées à être placées parallèlement et à former les quatre arêtes principales de l'appareil. Pour maintenir à distance l'une de l'autre ces quatre arêtes, on dispose à chaque extrémité du cerf-volant deux autres petites baguettes RIVAL DES AÉROSTATS. — UN ATTELAGE DE CERFS-VOLANTS ENLEVANT UN HOMME. Des expériences récentes ont prouvé que des cerfs-volants de grandes dimensions, dont la forme a été déterminée scientifiquement, réunis l'un à l'autre par un fort câble, peuvent enlever un homme. réunies en formes d'X, fixées dans des échancrures creusées dans les baguettes principales et nouées ensuite solidement. La carcasse est alors toute prête à être recouverte des deux bandes d'étoffe, comme on le ferait d'écheveaux de soie sur le dévidoir d'un rouet. La corde de retenue du cerf-volant est attachée à un anneau que l'on fixe à l'une des grandes baguettes à une distance du sommet d'environ un quart de la longueur de ladite baguette. Rien n'est plus facile, l'ascension terminée, que de replier le cerf-volant. On n'a pour cela qu'à enlever les montants transversaux de la carcasse et à réunir les baguettes, autour desquelles on enroule l'étoffe. Le cerf-volant peut ainsi être facilement porté à la main. Ces cerfs-volants cellulaires sont très puissants, très stables, et s'élèvent à de très grandes hauteurs. Un appareil de mètre de longueur peut enlever facilement 3 à 4 kilogrammes. Un cerf-volant dem. 8o, auquel on avait accroché un poids de 6 kilogrammes, est resté toute une journée en l'air, avec un déroulement de i 600 mètres de corde. Réunis « en tandem » au nombre de quatre ou six, ils montent jusqu'à une hauteur de 2 000 et 3000 mètres. E CERF-VOLANT PERMET DE PRENDRE UNE PHOTOGRAPHIE EM- BRASSANT UN RAYON DE 8o KILOMÈTRES. Cette faculté que possède le cerf-volant de monter à des hauteurs relativement considérables devait fatalement tenter les amateurs de photographie panorami - que. Un appareil photographique, pesant environ i kilogramme, peut facilement être enlevé par un cerf-volant de dimensions ordinaires. Un expérimentateur habile, M. Arthur Battut, obtint, dès 1888, des épreuves très réussies, dont nous reproduisons un spécimen pris à 125 mètres de hauteur. Le cerf-volant construit à cet usage par M. Battut avait la forme d'un losange de 2 mètres de hauteur sur 1m. 40 de largeur. L'appareil photographique était fixé par un support à l'arête médiane, et le déclenchement de l'objectif s'obtenait au moyen d'une mèche d'amadou dont la combustion était calculée de telle façon que, lorsque le cerf-volant était arrivé à une certaine hauteur, le feu se communiquait à un fil qui détendait le ressort du déclenchement. Ce système de photographie aérienne ne sert pas uniquement à prendre des vues curieuses. Il peut donner des résultats pratiques. En 1895, M. William Eddy fit à Bayonne (New-Jersey, États-Unis d'Amérique) de très remarquables expériences. Il proposa, à la suite de ses essais, d'utiliser la photographie au moyen des cerfs-volants, dans la marine militaire, pour découvrir les navires
qui se trouveraient au-dessous de l'horizon. En élevant les cerfs-volants à 300 mètres, le champ photographique s'étendrait à environ 8o kilomètres au delà de l'horizon visible. La marine utilise déjà les ballons pour l'observation de la mer, mais les cerfs-volants, plus faciles à lancer, peuvent rendre, eux aussi, de signalés services. L PEUT EN- LEVER UN HOMME DANS LES AIRS. Pourquoi le cerf-volant ne nous Un Rival des Aérostats 65 LE LANCEMENT DUNE SÉRIE DE CERFS-VOLANTS ACCOUPLÉS. Par comparaison avec la taille des hommes qui opèrent le lancement, on peut juger des dimensions de ces gigantesques cerfs-volants, auxquels va se confier un ascensionniste audacieux. enlèverait-il pas dans les airs, tout comme un aérostat ? La puissance ascensionnelle d'un seul cerf-volant est, à la vérité, bien faible ; mais, en rattachant les uns aux autres « en tandem » un chapelet de quatre à six cerfsvolants, la force ascensionnelle se trouve multipliée dans les mêmes proportions. Déjà, en 1844, le physicien genevois Daniel Colladon, dont nous avons rappelé les belles expériences, avait songé à cette application du cerf-volant. A la grande stupéfaction des voyageurs qui passaient en diligence près de sa propriété de Cologny, un homme avait été vu, se balançant dans les airs à 200 mètres au-dessus de la montagne. Cet aéronaute audacieux n'était, il faut bien le dire, qu'un vulgaire mannequin construit par le savant. Ficelé sur une chaise, le mannequin tenait un parasol grand ouvert. Ce détail a son importance. Ce parasol, en effet, n'avait pas seulement pour but d'ajouter à l'illusion de la scène ; il jouait encore un rôle fort important dans l'expérience de M. Colladon. Le mannequin n'avait pas été enlevé directement par le cerf-volant. Le savant l'avait fait glisser sur la corde de retenue bien tendue, grâce au parasol qui formait une manière d'aéroplane. Certes, une autre force eût été nécessaire pour enlever un homme. Il faut pourtant se souvenir de l'expérience de M. Colladon, car elle est susceptible d'applications, non seulement ingénieuses, mais encore pratiques et utiles. L'idée de faire grimper à la 4° Année. — Ire Liv. corde de retenue du cerf-volant un appareil quelconque, mannequin ou autre, a pour conséquence le transport facile, par-dessus un obstacle, une rivière, une muraille, d'objets divers, d'une correspondance par exemple. Supposons qu'un cerf-volant soit lancé pardessus un cours d'eau, rien ne sera plus facile que de correspondre, par son intermédiaire, d'une rive à l'autre. Il suffira pour cela d'enfermer dans une boîte légère, munie (l'un parachute, les documents que l'on se propose de communiquer, et de profiter du vent pour faire grimper cette boîte le long de la corde. Quand on jugera que la boîte se trouve au-dessus de la rive opposée, il sera facile de l'y faire tomber en manoeuvrant un système de déclenchement quelconque. Comme la gaîté ne perd jamais ses droits, même chez les savants, M. Colladon se servait de ce système pour envoyer à des amis, qui habitaient une propriété voisine, des paniers remplis de fleurs, toujours munis d'un parachute, qui se décrochaient automatiquement lorsqu'ils atteignaient une certaine hauteur. L'expérience peut être renouvelée facilement avec un peu d'ingéniosité, et ce. med'd'expédition de bouquets par cerf-volant est même une des plus jolies et des plus gracieuses récréations que l'on puisse imaginer. Ce n'est que quarante ans après les curieux essais de M. Colladon que devait être tentée l'ascension, sinon d'un homme lui-même, du moins d'un appareil représentant le poids d'un homme. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 1Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 2-3Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 4-5Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 6-7Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 8-9Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 10-11Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 12-13Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 14-15Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 16-17Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 18-19Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 20-21Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 22-23Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 24-25Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 26-27Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 28-29Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 30-31Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 32-33Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 34-35Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 36-37Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 38-39Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 40-41Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 42-43Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 44-45Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 46-47Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 48-49Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 50-51Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 52-53Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 54-55Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 56-57Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 58-59Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 60-61Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 62-63Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 64-65Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 66-67Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 68-69Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 70-71Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 72-73Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 74-75Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 76-77Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 78-79Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 80-81Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 82-83Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 84-85Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 86-87Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 88-89Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 90-91Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 92-93Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 94-95Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 96