Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°04-01 de octobre 1901

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Hachette

  • Format : (155 x 238) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 62,3 Mo

  • Dans ce numéro : boutiques du vieux Paris et marchands d'autrefois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Lectures pour Tous jardins zoologiques  : des hérons rouges et gris, des files innombrables de foulques, des cygnes, des oies, ou bien, rangés en files comme pour une revue aquatique, des centaines de flamants roses Le vent qui s'élevait apportait des parfums inconnus recueillis parmi les milliers de petites fleurs sauvages Des senteurs d'eucalyptus s'y mêlaient. Dans un paysage de Marilhat, sur des chevaux de Fromentin, c'était un Orient doux et enchanteur qui nous enveloppait, lorsque « Le déjeuner est servi ! » dit une voix. CE QU'ON MANGE ET CE QU'ON BOIT AU DÉSERT. Nous étions au bouquet d'arbres visé depuis le matin. Une petite cabane longue, bâtie non en pierres — il n'y en a pas une dans toute la Camargue — mais en terre, en plàtre, en chaume, s'allongeait, tout étroite, sous les tamaris. Un grand gaillard, en tablier blanc, se tenait à la porte soigneusement fermée. Une fois descendus, cette porte fut ouverte avec d'infinies précautions, et (l'un bond nous entràmes..., pas assez vite pour qu'une centaine de moustiques n'eût le temps d'entrer avec nous. Chaque fenêtre était garnie (l'un fin grillage  : la moustiquaire. Au mur était accrochée une grande cage tournée et sculptée vraisemblablement Cliche'] au xvle siècle  : la panetière. Sur la longue table des bergers ougavots, un déjeuner odorant à l'huile — était servi. Il se composait de poissons pêchés la veille et de gibier. Après les perdreaux venaient les bécassines, les lapins, les oies, le tout d'un fumet sauvage et délicieux, arrosé d'une eau-de-vie énergique récoltée et bouillie sur place « Au désert, il y a du vin, dit mon hôte, il y en a tant qu'il se vend parfois cent sous l'hectolitre ; il se vendra mieux quand les Franchi » aands (lisez  : les Français du Nord) auront appris ce que nous savons faire Mais n'êtes-vous pas curieux de voir une ferrade ? Il faut donc nous hàter. Reprenons masques, quinine et « nourrice », et en route ! » La chevauchée qui suivit fut dure. Un soleil d'aplombnous écrasait. La soif était torturante, et bientôt tout le café au cognac contenu dans la fiasque de cuir nommée la « nourrice » fut absorbé. Les moustiques dévorants nous assaillaient  : nos pauvres bêtes saignaient comme si elles avaient traversé des buissons d'épines Nous côtoyions des rizières, puis des vignes, puis encore des rizières, à perte de vue. Cependant le pays portait trace de main d'homme. Des parcs à moutons, quelques cabanes, un pont de bois, quelque chose qui ressemblait à un chemin. Au loin même, on voyait se dresser un lourd édifice de pierres, crénelé, couleur d'orange [Fiorillo L'ÉMIGRATION DES TROUPEAUX. — TAUREAUX TRAVERSANT LE RHÔNE À LA NAGE, D'APR1S LE TABLEAU DE VAYSON. En été, quand les pâturages sont brûlés par le soleil, on fait émigrer les troupeaux dans le Dauphiné. Ce n'est pas sans difficultés que les taureaux se décident à passer le Rhône. Une fois la tête du troupeau à l'eau, tout le reste suit ; les réfractaires sont matés à coups de trident.
La Vie du Désert en pleine France cliché) [Braun. APRÈS LA TRAVERSÉE. — TABLEAU DE VAYSON. Les taureaux, ayant traversé le Rhône, abordent sur la rive ; les conducteurs ont souvent une véritable lutte à soutenir pour les obliger à prendre la direction voulue. mùre, une vision de château de la Manche ou de l'Estramadure Mourant de soif, je fis mine (le puiser un peu d'eau le long du chemin. « Gardez-vous-en bien, me dit mon guide, elle est salée ! Alors, dirigeons-nous vers ce château fort, il doit y avoir de l'eau douce. Oui, il y a bien un puits, mais, si vous pouvez encore attendre une demi-heure, nous trouverons plus loin des rafraîchissement préférables Ne pourrions-nous point, en passant, boire à ce puits et faire boire nos bêtes ? — Sans doute, sans doute, en cas d'absolue nécessité ; mais le chàteau est habité. — Le serait-il par des ennemis ? — Non, certes ; mais forcer la porte est un peu indiscret — Comment, forcer la porte ? Je ne parle que d'aller au puits. — Eh bien ! oui, le château a été construit à une époque où il fallait pouvoir soutenir un siège ; le puits se trouve au milieu du salon. » UNE ASSEMBLÉE PITTORESQUE ET TUMULTUEUSE. heureusement, nous touchions à un village. Dans le silence infini de la plaine, on eût dit une ruche bourdonnante. Mais point de maisons Ce n'était pas un village, c'était une assemblée étrange disposée en un immense fer à cheval délimité par des voitures dételées  : cabriolets, landaus, paniers, chars à bancs, bogheys, dogs-cars et autres véhicules sans nom, tous enchevêtrés par des brancards, par des timons, couverts d'hommes à larges feutres, ou de femmes au fichu blanc, à la coiffe noire, aux bandeaux antiques des Arlésiennes, coquettement groupées et passionnément joyeuses ; un buisson de voitures d'où s'échappait une clameur de volière ; au milieu rougeoyait un vaste brasier. Comme nous arrivions, un coup de clairon retentit. Le silence se fit ; du fond du fer à cheval, on vit bondir un petit animal noir, aux cornes luisantes, l'oeil mauvais, entouré d'une troupe d'hommes juchés à cheval sur de hauts troussequins, coiffés (lu feutre, armés de tridents  : cette bête était un jeune taureau, ces hommes étaient des tolrcadous ou toucheurs de taureaux camarguais. A peine le taureau eut-il paru, que la foule se jeta sur lui. On l'entoura, on le renversa ; ce fut une cohue indescriptible et sauvage, dominée par le cri mille fois répété, « le fer ! le fer ! » Un gardien accourut, tenant le fer rouge, l'appliqua sur la cuisse de l'animal, seul moyen qu'on ait, au désert, de reconnaître à qui appartient une bête à demi sauvage ; des mu- r



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 1Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 2-3Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 4-5Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 6-7Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 8-9Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 10-11Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 12-13Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 14-15Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 16-17Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 18-19Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 20-21Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 22-23Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 24-25Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 26-27Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 28-29Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 30-31Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 32-33Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 34-35Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 36-37Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 38-39Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 40-41Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 42-43Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 44-45Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 46-47Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 48-49Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 50-51Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 52-53Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 54-55Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 56-57Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 58-59Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 60-61Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 62-63Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 64-65Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 66-67Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 68-69Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 70-71Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 72-73Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 74-75Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 76-77Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 78-79Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 80-81Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 82-83Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 84-85Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 86-87Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 88-89Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 90-91Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 92-93Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 94-95Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 96