Le Suricate n°30 jun/jui/aoû 2014
Le Suricate n°30 jun/jui/aoû 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de jun/jui/aoû 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : lesuricate.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : le Graspop 2014 avec en tête d'affiche les fondateurs du heavy metal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
12 Du 4 au 6 juillet Du 4 au 6 juillet a eu lieu la 26ème édition des Eurockéennes de Belfort, battant une nouvelle fois des records de fréquentation, et se déroulant comme à l'accoutumée entre orages et boue. Mais qu'importe, quand la musique est bonne ! Les aléas météorologiques n'ont pas l'air d'avoir dérangé les 102 000 festivaliers qui avaient fait le déplacement de la France entière, et même des quatre coins du monde. Les Eurockéennes se sont déroulées en suivant leur évolution  : certes beaucoup moins rocks qu'à leur début, mais beaucoup plus éclectiques. La programmation oscillait entre grandes stars fédératrices telles que Stromae ou Gaëtan Roussel, et groupes émergents, puisqu'un tiers des artistes programmés n'ont pas encore fait d'albums. C'est probablement la présence de stars très connues qui ont fait que cette édition 2014 était complète longtemps avant d'avoir lieu, attirant un public jeune comme moins jeune, parmi lesquels des gens qui n'ont jamais fréquenté les festivals. Mais c'était aussi l'occasion de bonnes découvertes ! Retour sur ce festival boueux mais non moins parfait  : eurockéennes de belfort Vendredi 4 juillet, avant, pendant et après la pluie, le beau temps ! Mofo Party Plan  : belle découverte en cette ouverture de festival, ces quatre garçons plein d'avenir nous proposaient un « putain de bon plan de soirée » ! En trente minutes de show, ils ont réussi à mettre les festivaliers directement dans l'ambiance au son de leur musique hybride, mélangeant électro, rock et pop tout en mettant le feu. Salut c'est cool  : un (gros) brin déjantés, ou complètement géniaux, ça dépend des points de vue, les Salut c'est cool ont pris possession de la scène et du public à coups de branches trouvées dans les arbres alentour, de balai et de souffleur à feuilles, tout naturellement. C'est devant ce spectacle que les spectateurs amusés se sont demandé où ils arrivaient, puis se sont laissés happer par l'énergie épatante des 5 membres du groupe. The Pixies  : Pour leur troisième fois sur la scène des Eurocks, les Pixies semblent n'avoir déçu personne. Interprétant principalement les chansons de leur dernier album, Indy Cindy, ils ont néanmoins remercié leur public avec
ce qu'il attendait impatiemment depuis le début du concert  : le tube Where is my mind, que tout le monde, jeune et moins jeune, a repris en choeur. Stromae  : probablement l'artiste le plus attendu du vendredi soir et peutêtre même de l'édition 2014 des Eurocks. On a vite compris pourquoi (si on en doutait encore). Sous une pluie battante très vite oubliée, les yeux et les oreilles se sont régalés ensemble. Le show-man hyper perfectionniste a rendu ce concert magnifique, effaçant même le sentiment d'oppression provoqué par une foule de 30 000 personnes plus que compacte. Très blagueur, Stromae s'est doucement moqué des français et de leur équipe de football éliminée le soir même par l'Allemagne, établissant une connexion avec le public, et présentant un spectacle d'images, de tenues et de sons époustouflants. Chapeau l'artiste ! Détroit  : On a changé d'émotions en écoutant Bertrand Cantat, qui a mélangé un peu de Détroit et un peu de Noir Désir réarrangé. Au début froid et langoureux, le chanteur s'est ouvert petit à petit pour communier avec le public. Il nous manquait même quelque chose, mais on ne sait toujours pas quoi. Casseurs Flowters  : La soirée s’est terminée dans une ambiance folle ! Les Casseurs Flowters avaient déjà mis le feu dans le TGV Paris-Belfort puisqu'ils y avaient fait un concert quelques heures plus tôt. Ce qui, apparemment, n'a pas entaché leur énergie, car ils ont réussi à faire oublier au public la fraîcheur des vêtements mouillés, en les faisant danser et chanter ensemble des refrains tels que « change de potes » ou « j'ai tendance à bloquer ». Tout est bien qui finit bien (mais trop vite) ! Spécial festival 2014 Photo  : Lilian Ginet Photo  : D. Allaux 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :