Le Suricate n°30 jun/jui/aoû 2014
Le Suricate n°30 jun/jui/aoû 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de jun/jui/aoû 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : lesuricate.org

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : le Graspop 2014 avec en tête d'affiche les fondateurs du heavy metal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
48 rodée ! Les marseillais ont carbonisé la Place des Palais en deux temps, trois mouvements avec leur titre  : Ca vient de la rue, Petit frère, Je danse le Mia, Le coté obscure de la force, Tam-Tam de l’Afrique, L’école du micro d’argent, Comme un Samouraï, … la liste est longue. Une heure et demi de show bien maîtrisé et un public « chaud comme Marseille » ! Mardi 12 sur le Mont des Arts c’est plus difficile. Tuxedomoon est inaudible. D’habitude, je suis plutôt friande de musique expérimentale, underground à base de synthé, mais là c’est irritant. On retrouve tantôt des influences texanes country, tantôt un peu de new wave, tantôt on attrape juste une rage de dent. La soirée s’adoucit un peu avec FRONT 242, des petits belges que l’on pensait morts depuis tout ce temps ! Mais ils sont là ce soir, et bien vivants ! Dans leur costume situé entre l’habit d’éboueur et le costume d’extraterrestre de Jacques Villeret dans la soupe aux choux, ils ont la patate, nos compatriotes. Une preuve encore qu’en matière d’électro indus new wave, la Belgique a tout inventé (presque tout, d’accord !). Mercredi 13, tout était réuni pour une petite soirée nostalgique avec Déportivo. Le cadre charmant du Magic Mirrors, le public mûr qui a suivi les débuts des petits français au début des années 2000, et les bons tubes comme Parmi eux, La salade. Et la bonne ambiance, évidemment. Cela dit, heureuse-ment que le public n’a pas été très difficile, parce que c’était tout de même archi-faux tout ça, tant que Jérôme Coudanne (le chanteur donc) s’en est plusieurs fois excusé. Il faut croire que nos oreilles et notre sens de la justesse ne se sont développés qu’en 2010, ou qu’ils n’avaient plus joué depuis quelques années. Jeudi 14 août, on se remet en mode reggae, hiphop man ! Avec Wild Boar et Bull Brass Band, d’abords, des belges qui mélangent subtilement le hip hop 90’s, le jazz et le funk, tout ça balancé à coup de mégaphone. Ensuite avec Dub Inc, le groupe français entre reggae et hiphop aux multiples influences y compris aux chants traditionnels magrébins. Gentils toujours, les deux chanteurs filent de bons conseils. Les amis, c’est important, la guerre à Gaza ça craint. Bon si le message est parfois un peu mou, ils ont le mérite de s’engager et de faire shaker le Mont des Arts. La suite était encore bien prometteuse avec notamment Noa Moon, Renan Luce, Cascadeur, et MLCD, mais comme le temps automnal de cette édition du BSF a eu raison de moi, c’est depuis ma fenêtre que j’ai pu continuer à profiter des concerts. Une édition qui se termine sur une note plutôt positive puisque les organisateurs ont parlé d’un record d’affluence avec plus de 125 000 visiteurs cette année. Claire Rigaux (Photos  : Stéphane Kepenne)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :