Le Rire n°330 30 mai 1925
Le Rire n°330 30 mai 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°330 de 30 mai 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 96,1 Mo

  • Dans ce numéro : le char du triomphe.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Le Rire reprend aujourd'hui la publication de ses Bonnes Histoires, dont la première série a remporté, pendant quinze mois,.un succès sans précédent.. De nouveau nous faisons appel à la collaboration de nos lecteurs,en leur demandant toutefois d'éliminer de leurs envois les anecdotes par trop connues ou simplement grossières, ainsi. que celles déjà parues dans les divers recueils d'ana publiés ces derniers temps. Comme par le passé, les Bonnes Histoires qui seront publiées dans nos colonnes seront payées à raison de 25 francs. De plus une prime 4e cent francs sera attribuée chaque mois a la meilleure (l'entre elles. Avis important. — Nous prions nos correspondants (le hien vouloir indiquer leur nom et leur adresse au bas de chaque histoire..1 ous leur rappelons, d'autre part, qu'il nous est materiellement impossible.de leur accuser individuellement réception de leurs envois ou de les leur retourner. Lorsque la même histoire enfin, nous parvient de divers côtés à la fois, nous accordons la préférence à la rédaction la plus amusante. Émile Perrin, qui fut directeur de l'Opéra et administrateur général de la Comédie-Française, était un homme très remarquable. Intelligent, fin, travailleur, il avait de l'esprit, et beaucoup. Emile Augier lui lit un jour la confidence qu'il avait définitivement renoncé à Vénus, à ses pompes et à ses oeuvres. — Vous êtes bien heureux, répondit Perrin en hochant la tête ; vous ne connaissez pas les angoisses de l'incertitude ! ** Une heure du matin. Deux femmes, assez fatiguées, sont en conversation le long du trottoir de la Madeleine, en face de Victorien Sardou qui a l'air d'attendre sur son banc l'heure de la répétition. — Vous parlez de gens qui ne sont pas à la page !... Jouer du Saint-Saëns, quand à tous les coins de rue vous avez le sens unique ! Dessin de J.-J. ROUSSAU. — Sale métier que le nôtre, dit une des femmes, sale métier'— Tu exagères ?... Il y a de bons moments. — PaspourmoiI — Faut pas se décourager ! Faut pas s'en faire, comme chante Chevalier. Tiens, la Madeleine c'était unc lemme comme nous ! Eh bien, tu vois, elle a son église... *** Un Parisien rencontre, sur le boulevard, un ami de Marseille et lui t'ait part de son désir d'aller passer un mois sur la Cannel)ière. — Tu ne t'embêtes pas !... Qu'est-ce que tu crois qu'il me faudra pour m'amuser pendant un mois ? Prends huit mille francs. — l',t si j'emmène ma femme ? Oh, alors, quatre mille suffiront, mais tu t'embêteras ! *** Par une chaleur écrasante, deux juifs vont pédestrement d'une ville à l'autre. L'un porte une pesante fourrure dont il estf.rt incommodé. — Est-ce que tu peux me prêter cinquant francs ? dit-il à son compagnon de route. — Jacob, ne te fâche pas, je te prêterai cinquante francs, si tu peux nie donner un gage. Prête-les moi sur ma fourrure, mon cher Lévy. — Très volontiers. Jacob prend les cinquante francs. Lé ry prend la fourrure et, arrivé â destination, Jacob dit à Lévy  : — Voici tes cinquante francs, rends-n  : oi ma fourrure ! On m'avait dit qu'on gagnait des sommes folles dans la publicité I... Dessin de BécAN. I
C'est bien notre tour. d'aller au feu, et d'accepter les charges de la maternité ! de pousser la voiture, de nous occuper du chapeau de la gamine, Tés +sintement des 5 é 7 (l'éreintement de nos amis, bien stir), la corvée du flirt, CH ANG EON S ; MES DAMES ! c'eAk ta p e se A vA2P\Jy a'es b/y z77,-/uftifti On vient d'ouvrir, d Londres, nue école de cuisine ménagère pour les hommes. c ci 4 27g Plus de compétitions électorales ! A vous, mesdames, les feuilles d'impôt 1 Dessin de Roger PRAT. p'/-7% A. d'être eng... si le gigot. est trop cuit 1 SOIRS A nous tes rudes poses chez les couturiers, les courses pénibles dans les magasins. les places assises dans le métro ! fil 1- Le féminisme. ça serait vraiment trop beau ! Je vais vous le dire, en vérité  : c'est encore » n bobard des bolchevikil...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :