Le Rire n°329 23 mai 1925
Le Rire n°329 23 mai 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°329 de 23 mai 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 90,1 Mo

  • Dans ce numéro : nécessité n'a pas de loi.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ADAM. — Toi aussi, à ce que je vois... Le patron ni avait dit qu'il t'avait permis de sortir... Mais, vrai, si je m'attendais à rencontrer ma femme aux courses !... EVE. Ma foi, le désir m'a prise d'aller passer quelques instants parmi mes filles... Et il y en a un certain nombre ici... ADAM, galamment. — Tu parais leur soeur, ma chère... Seulement tu vas te faire remarquer... EVE. — Pourquoi ?... ADAM. - Oh ! ce n'est pas parce que tu montres tes jambes... C'est la grande mode chez toutes les tilles d'Eve... Mais tu as eu une drôle d'idée d'emmener ton serpent au lieu de le laisser chez nous, et de le porter enroulé autour de ton cou, comme un collier... C'est beaucoup trop voyant et ça va finir par faire un rassemblement... EVE. — D'où sors-tu, mon pauvre ami ?... ADAM. — Mais d'où tu sors toi-même... De là-haut... EVE. — En tout cas, j'y suis, plus que toi, au courant de ce qui se porte... Tu parlais de la mode... Mais la grande mode, la toute dernière consiste, pour les femmes, à porter un serpent en guise de collier... C'est dans tous les journaux... Alors, puisque j'ai toujours le mien, qui n'a plus grand'chose à faire, j'aurais été bien sotte de ne pas m'en servir pour me mettre au goût du jour... ADAM, ajustant son monocle et lorgnant les femmes. — Mais c'est vrai... Tu as raison... La mode est aux serpents-colliers... ENTE. — Ah ! tu vois ?... Et maintenant qu'est-ce qu'on va faire, mon chéri ?... Si on jouait ?... ADAM. — Je jouerais bien, si j'étais sûr de gagner... EVE. — Ce ne serait pas drôle... Ce qui est amusant, c'est de jouer quand on n'est pas sûr... ADAM. — C'est encore ton serpent qui te donne de ces idées-là..  : EVE. — Je crois qu'oui... Jouons... Jouons n'importe quoi... pour l'émotion !... (Après avoir joué, Ève conduit Adam près de l'arrivée.) Tu vois, ce poteau, mon chéri ?... C'est là que l'on va afficher le gagnant... ADAM. — Oui, quelque chose dans le genre de l'arbre de la science du bien et du mal... LE PRINTEMPS PERPÉTUEL J'ai déjà émis, à cette place, une suggestion qui a été accueillie, je dois le reconnaître, avec la plus complète indifférence. J'avais LES FORTS EN... TIR (.1 Vilna, au cours d'un examen, des candidats ont tiré des coups de récolter sur les professeurs.) Qu'est-ce que tu fiches la ? - Mais, p'pa, je prépare mon bachot ! DONNE LEUR TOUT I)E MÊME A BOIRE... (Au cours d'une fête, deux mille Munichois ont bu chacun vingt litres de bière.) — Iloch ! A l'occasion, il faut savoir montrer aux Français que nous avons de l'estomac ! Dessins de MARc-'l'R1cs. demandé que l'Islande, siège permanent des dépressions qui nous amènent le mauvais temps, fut déplacée et transportéedans la Méditerranée. Oui ne m'a pas écouté. Cela ne m'a pourtant point découragé d'avoir des idées et de les répandre à l'occasion. Cette occasion se présente peut-être aujourd'hui. Un économiste vient de faire paraître un savant travail, où. l'on peut relever cette décevante constatation  : 11 est évident. que l'hiver moyen. sans froids excessifs, coùte à notre pays près de vingt millions chaque année Voilà vingt millions ue nous serions fart heureux de voir épargner. Un de nos confrères quotidiens du soir, qui nous donne d'habitude une plus haute idée du sérieux de son esprit, proposeune installation qui permettrait à la France de gagner quelques degrés vers le Sud. Cela ne tient pas debout, vraiment ; et il nous semble voir soulever une massue pour écraser une fourmi. S'il ne s'agit que de gagner quelques degrés, il est très simple, il est enfantin n)éme de les gagner sur le thermomètre, où il n'y a qu'à changer le zéro de place. C'est un moyen certain d'avoir toujours les signes dune température modérée. Quand j'étais tout jeune, j'avais un patron à qui je me plaignis un jour que la pièce où. je travaillais était, maigre le calorifère, glaciale en hiver. 11 réfléchit quelques instants et me répondit  : — Je vais y faire poser un thermomètre. C'était un précurseur. LES FLEURS PARLEMENTAIRES. Aux Communes, les députés, En cette époque printanière, Pourtant vous n'avez rien trouvé, O députés de l'Angleterre, Veulent égaler ses beautés Du temps de M. Painlevé, Et fleurissent leur boutonnière. Notre Chambre était un parterre. C'est vraiment très chic, très anglais, On y voyait pousser des fleurs, Ces personnages politiques Mais d'une l'orme allégorique. Portant des lis, des oeillets frais Dame, avec tous ces hauts parleurs, Ou des roses aromatiques. C'étaient des fleurs de rhétorique. Adrien VÉLY. Nous signalons à nos lecteurs l'intéressante Exposition de notre ami et collaborateurC. LÉANDRE, qui a réuni à la GalerieC. Hodebert, 134, rue du Faubourg-Saint-Honoré, quelques-unes de ses oeuvres  : paysages, figures, dessins, pastels et lithographies.
POIDS LOURD — Si vous voulez être it moi, je vous donne le double de votre ami... — Ce n'est pas assez.. Pensez que lui ne pèse que soixante kilos ! Dessin de G. LA FAUTE A QUI ?V1,tf\AOVW%010%A.P.O.W. Non ! Mais si, c'est elle ! C'est bien elle, Maguy... Maguy, là, en face, sortant d'un hôtel meubléL.. Maguy qui a un amant ! De stupeur, Luce, immobile sur le trottoir, entend, en un brouillard, les injures d'une grosse dame empanachée — Eh ben, quoi ? Elle va pas s'grouiller, celle-là ?... Et le susurrement d'un visage rasé  : — Si tu es libre, mon petit, veux-tu, nous deux ?... L'imbécile ! Comme si, en ce moment, rien pouvait la distraire de cette découverte monstrueuse, incroyable, inimaginée et iniina... ; inable ; de cette vision soudaine  : Maguy, d'un pas rapide, franchissant le seuil d'une porte, derrière laquelle, discrets, se closent des brise-bise jaunes  : « Sainte Nitouche, va ! » Cela, Luce l'a dit presque tout haut, tant est extrême son indignation.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :