Le Rire n°324 18 avr 1925
Le Rire n°324 18 avr 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°324 de 18 avr 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 66 Mo

  • Dans ce numéro : coquin d'printemps.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
POLITIQUE CURIOSITÉ -=- Tiens, vous écrivez dans un journal de droite, maintenant ? Avant, vous étiez dans un journal de gauche... Eh 1 oui, il faut bien se changer les idées Dessin de Bcc.x. LE HAUT-PARLEUR A huit heures dix, la petite bonne annonça M. Odoucette. Mme Bigornet poussa un cri de joie  : — Ah ! cher ami, s'exclama-t-elle, vous pouvez dire que vous tombez à pic ! Figurez-vous qu'Arthur m'a laissée seule pour aller à son banquet des « Entrepreneurs radicaux... n et je m'ennuie à vingt francs l'heure ! — Je le savais, répondit le visiteur. — Vous saviez que je m'ennuyais ? — Non... mais que Bigornet était absent. Je n'ignore pas en effet qu'Arthur, pour un empire, ne manquerait pas ce dîner annuel. Et alors je suis venu... — Pour me tenir compagnie ? — Et autre chose itou ! fredonna l'homme, égrillard, en esquissant un geste concupiscent vers les appas rebondis de la daine. — hi ! vous n'y pensez pas, monsieur Fernand ! — Pourquoi n'y penserais-je pas, ô savoureuse Clémence, alors que je suis venu précisément pour ça ? — Vous oubliez, cher monsieur, que je suis une honnête femme ! — Mais non, je ne l'oublie pas. Mais il est une autre chose, beaucoup plus intéressante, que je ne perds pas de vue : l'occasion merveilleuse, inattendue, unique. — Assez, monsieur, je vous en prie  : j'aime mon mari et il m'aime... — Pas tant que moi !... car, si sa passion égalait la mienne, il ne vous lâcherait pas pour un turbotin printanier et un nantais aux petits pois ! Tel que vous me voyez, Clémence, afin de me trouver plus vite au près de vous, j'ai dîné d'un oeuf sur le plat C'est vrai, papa, que tu es le fils de tes oeuvres ? — Mais oui, mon enfant... — Alors, moi, je suis le fils des oeuvres de qui ? VIRTUOSITÉ Dessin de VARS. et d'un rond de saucisson... et tout ça pour être reçu comme un chien dans un jeu de quilles ! — Je vous conseille de vous plaindre ! Toute autre femme, A. ma place, vous aurait déjà mis quatre fois à la porte. — Que dois-je conclure, Clémence, de votre mansuétude ? Que je suis bonne fille, que je n'aime pas la solitude et que je n'attache aucune importance à vos propos saugrenus. Sur ce, si vous le voulez bien, nous prendrons une tasse de thé et. nous parlerons d'autre chose tout en écoutant le concert. Quel concert ? — Croyez-vous, hein, quel musicien ! I1 vous plaque de ces accords !... — Et les femmes donc ! Dessin de DHAR*.
— Celui que va nous donner l'instrument que vous voyez là ce magnifique haut-parleur qu'Arthur m'a offert pour ma fête. *** Ils avaient écouté, paisibles, la Rêverie du Soir bleu, la Méditation de Thais et la Berceuse de Jocel n lorsque l'organe vibrant de notre Radiola national les tira de leur qquiétude en leur dressant cette invite  : — Veuillez entendre l'allocution de M. Dupont-Dnruisseau, président de L'Association des Entrepreneurs radicaux !... Ils perçurent un murmure confus, puis, une grêle sonnette ayant réclamé le silence, une voix chevrotante s'exprima en ces termes  : I. Puisqu'il est de tradition qu'en ces agapes fraternelles MAUVAISE EXCUSE — Monsieur, dit-elle, je suis à vous, prenez-moi. Vous n'êtes nullement mon type ; vous êtes blond, j'aime les bruns ; vous êtes gras, j'aime les maigres. Mais cela n'a pas d'importance  : vous apparaissez à mes yeux comme l'instrument providentiel de la vengeance toute chaude. Venez... Et ils passèrent dans la chambre à coucher. Mais à peine M. Odoucette s'était-il, voluptueusement, insinué entre les draps, qu'une clé se mettait à jouer dans la serrure de la porte d'entrée. — Justes dieux ! s'exclama Mme Bigornet. Et, enfilant un peignoir, elle vola au-devant de l'époux inattendu. Congestionné, enchifrené, grelottant et vaseux, Arthur se jeta dans ses bras  : — Misérable, encore saoul ! — Je t'ai déjà dit, ma poulette, que je ne peux pas sentir le régime américain. — Evidemment, tu prefères sentir le pinard ! ! Dessin de H. MISLNDS. votre président prenne la parole entre la barbe-de-capucin et les odorants pets-de-nonne, mes premiers mots seront pour déplorer l'absence de notre cher camarade Bigornet. La grippe, soudai-. nement, vient de le terrasser, et il m'avertit de ce contretemps par ces quelques lignes charmantes... A cette révélation Mme Bigornet sursauta  : — Je t'en flanquerai des lignes charmantes, traître, satyre, ignoble individu ! !... Tu me racontes que tu vas banqueter, et tu cours le guilledou !... Attends un peu, tu vas voir ce que tu prendras pour ta grippe !... Et, d'un peton leste et rageur, elle envoya rouler le hautparleur à l'autre bout du salon. Puis, se tournant vers M. Odoucette  : — Ah ! ma chérie, soupira-t-il, si tu savais !!! — Je sais, pauvre chou, que tu as la grippe. — Qui te l'a dit ? — Le haut-parleur. Je t'expliquerai ça. Entre un peu dans le salon, je vais te préparer un grog. — Non, le lit, d'abord, le lit tout de suite !!! A ces mots Clémence pâlit  : elle pensa à °doucette, au drame affreux imminent... Mais elle était femme de ressource, et du ton le plus naturel  : — C'est bien, dit-elle, ce que j'avais pensé... Or, comme Odoucette était là et qu'il eût été trop long de te préparer un moine, j'ai demandé à ton ami de vouloir bien se dévouer et de faire la bassinoire. Jean BoxOT.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :