Le Rire n°323 11 avr 1925
Le Rire n°323 11 avr 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°323 de 11 avr 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 43,2 Mo

  • Dans ce numéro : les métèques à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
refuser à l'évidence... Dans les premiers temps des conversations taxées, je reconnais qu'elles ont été comme un stimulant pour nous... jamais nous ne nous sommes tant téléphoné... ELLE. - Ah !... vous voyez... LUI. — Il semblait que nous voulussions nous prouver réciproquement et à nous-mêmes que notre amour était au-dessus des préoccupations mesquines... Seulement, que voulez-vous, malgré soi, on finit toujours par faire de petits calculs... ELLE, avec une légère émotion rétrospective. — Oh ! voyons, nos causeries étaient inappréciables... LUI. — Elles n'avaient pas de prix, voilà le vrai mot... Du jour où elles en eurent un, nous en arrivâmes insensiblement à ne plus jamais oublier celui d'un simple bonjour... Alors, rappelezle vous, nous nous mîmes à alourdir nos répliques de toute sorte de développements sur les sujets les plus divers... On eût dit que nous voulions en avoir pour notre argent... ELLE, rêveuse. — C'est tout de même vrai... LUI. — Vous avez commencé la première à vous lasser... Oh ! ne niez pas... Vos appels devinrent moins fréquents... Et c'est en osant à peine supposer la cause d'un tel déclin que je me mis soudain à lire en moi-même avec horreur... La liberté de nos expansions était entravée par la question d'argent — que dis-je, quinze centimes ! —par une question de gros sous... Oh ! je m'en suis bien aperçu, le jour où vous avez bien voulu me demander par téléphone la somme de... ELLE, interrompant vivement. — Oh ! voyons, trois mille francs 1... Une misère I... LVI. — Assurément... C'était moi qui vous avais appelée ce jour-là... Et les trois mille francs me parurent extrêmement légers à côté des trois sous qu'il m'en avait coûté pour apprendre qu'ils vous faisaient défaut... C'était le commencement de la fin... Nous avions assez l'un de l'autre... Adieu, mon amie... ELLE. - Adieu... LUI. — C'est égal... ne plus se voir... ELLE, joyeusement. — Oh ! on se téléphonera I... LUI, de méme. — Oh ! ! avec le plus grand plaisir 1... OFFENSIVE DE GRANDE ENVERGURE Le général Nollet, ministre de la guerre, vient de partir en campagne contre les punaises qui causent tant de désagréments A f s n de La Par d « 'S'Chambre syndicale, les clients alu'ont plus d'An, mèlre dix de, tour de ceinture paieror1C dix pour cent d'augmentation. TT C POUR ÊTRE LOGIQUE... Alors, vous allez pouvoir me faire une réduction d'au moins cinquante pour cent ! A LA MANIÈRE DE BERLIN — Ne craignez rien... Je veux simplement vous exposer ma méthode en matière de sécurité. Dessins de MAns-TRICK. à nos petits soldats. Que l'on ne se méprenne point sur le sens exact de cette information. I1 ne s'agit que des punaises qui opèrent à l'intérieur des casernes, les autres échappant, hélas 1 aux atteintes de l'autorité militaire. Le général Nollet a entrepris la destruction systématique des punaises dans les chambrées. Le sommeil de nos poilus est une de ses bienveillantes préoccupations. Il veut qu'il ne soit ni troublé, ni interrompu par des morsures qui les obligent à se gratter, tout en les incitant à pousser des jurons empreints de malséante. Mais le ministre a renoncé aux poudres insecticides et aux solutions acides périmées. Il a tiré parti des enseignements de la guerre. Et c'est à l'aide de gaz asphyxiants qu'il a attaqu6 les innombrables formations ennemies. Au début, le succès fut incontestable. Les punaises tombaient comme des mouches, si l'on veut bien me permettre cette comparaison. Malheureusement, au bout de quelques jours, elles reprirent une redoutable activité. Les grattements et les jurons recommencèrent. Le général Nollet, mis au courant de cette çontre. of ensive imprévue et désireux d'en connaître la raison, fit appel aux lumières de mon illustre ami, du génial savant, le professeur Cosinus. Celui-ci, ayant réussi à attraper quelques-unes des combattantes, les soumit à l'épreu ; 'ede son microscope. Et il constata, non sans étonnement, que les punaises, rendues industrieuses par le danger, s'étaient munies de masques protecteurs. C'est du moins, ce qu'il m'a affirmé ! FABLE I1 ne faut faire aux boulangères Qu'il s'agit du travail de nuit Nulles peines mêmes légères. Lequel les maris accapare Pour en écarter le souci, Et de leur femme les sépare, Elles ont formé, ces jours-ci, Le cas me parait dérimant ; Pour leur défense mutuelle Car, comment voulez-vous vraiment Une ligue intersexuelle, Qu'on puisse, en pleine antinomie, Je crois, sans que cela fut dit, Soigner et la croûte et sa mie ? Adrien VALY.
@'\MPJ\GNE ÉLECTORALE — Nos adversaires sont fichus  : c'est notre liste qui passera. — Et qu'est-ce que vous leur promettez à vos électeurs  : des logements, la vie moins chère ?... — Mieux que cela, madame  : une fanfare ! Dessin de Pierre FALxs.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :