Le Rire n°318 7 mar 1925
Le Rire n°318 7 mar 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°318 de 7 mar 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 41 Mo

  • Dans ce numéro : précaution.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
RONSARD. — C'est bien à vous de nie poser une telle question !... Vous qui êtes timbré à perpétuitél... PASTEUR. — Voilà un jugement qui ne fut jamais porté sur moi de mon vivant, et dont la sévérité m'étonne... Depuis que je fis mon apparition dans le royaume des ombres, ai-je jamais donné l'impression que je fusse devenu, ainsi que vous dites, timbré ?... RONSARD. — Excusez-moi, je me suis mal expliqué... Je voulais comparer votre destinée à la mienne... Alors que votre effigie figure d'une manière durable sur les timbres de la poste, la mienne en a déjà disparu... Voilà une inégalité de traitement dont, permettez-moi de vous le dire, j'ai marre... PASTEUR. — Plaît-il ? RONSARD. — Oh ! rien, c'est du vieux français... Enfin, pourquoi me prive-t-on de la gloire que j'ai, pendant quelque temps, partagée avec vous ?.. Me faudra-t-il attendre encore trois siècles pour un nouvel affranchissement ? PASTEUR. — Qu'est-ce que ça peut bien vous faire ?... Votre théorie n'est-elle pas qu'il faut n'attendre à demain et cueillir dès aujourd'hui les roses de la vie ?... RONSARD. — Oui. on dit ça... PASTEUR. — En tout cas, nlon cher maître, votre gloire n'a rien à voir avec la publicité postale. RONSARD. — La vôtre non plus... PASTEUR. — Vous êtes b:cn aimable... Mais peut-être aurat-on supprimé totalement la rage, alors que l'on redira toujours vos vers... RONSARD. — C'est vous qui êtes fort aimable... Mais je suis un peu sceptique... PASTEUR. — Vous pouvez me croire... je suis antisceptique... LES COULEURS DE LA VIE M. Hauzer, marchand lunetier à Philadelphie, prétend les connaître et les reconstituer à notre gré pour nous la rendre aimable et douce, grâce aux verres spéciaux qu'il nous conseille. LES CRIMES DE LA PITIÉ — Te sens-tu mieux ?... — Ça ne va pas pins mal ?... ORPHÉE AU CAFÉ-CONCERT (Un sergent de ville doublé d'un chanteur vient de débuter à l'Olympia.) « Ses accords étaient si mélodieux que les bêtes féroces accon raient à ses pieds, dépouillant leur férocité. » (Myth.) Dessins de M tRs-TRicx... A une séance parlementaire, prenons des verres jaunes, et nous nous croirons revenus à l'âge d'or. Avec la femme aimée,. prenons des verres bleus et nous croirons nager dans l'azur. Pour traiter une affaire, prenons des verres verts, qui nous procureront la douce espérance. Bref, M. Hauzer est un opticien. psychologue. 11 ne faut point rire trop vite de ses théories. Peut-être renferment-elles de précieuses parcelles de vérité. Combien de gens haussent les épaules quand on leur parle du péril communiste ! Qu'ils mettent des verres rouges, et peut-être changeront-ils de conception. Combien de gens qui n'ont qu'une politesse de surface et qui ne résisterait pas à l'emploi de verres dépolis ! Songez que vous avez la ressource, si vous êtes réduit au seul lard frais, de le manger avec des verres fumés. Et quant à moi, je n'irai plus jamais pêcher à la ligne sans prendre des verres blancs. POLSIE CULINAIRE Une bonne d'un restaurant situé sur les grands boulevards,. dans les parages du faubourg Montmartre, a écrit, paraît-il, un poème de quatre cent cinquante vers à la gloire de la cuisine française. Me permettra-t-elle de lui adresser quelques conseils. rimés sur la manière de servir ladite cuisine ? Pendant que vous faites vos vers, Ne négligez pàs vos couverts. Que la recherche d'une rime En votre esprit jamais ne prime Le devoir étroit et réel De répondre au premier appel ; Gardez-vous, parmi les hors-d-oeuvre, I)e tolérer une couleuvre. S'il est bon que des veufs brouillés Soient convenablement touillés, Rappelez-vous qu'une omelette Sans oeufs est toujours incomplète ; Lorsque vous servez un bifteck, Apportez les pommes avec. N'oubliez pas, dans le légume, Le condiment qui le parfume ; Mais ne mettez, au grand jamais, De poivre dans un entremets ; Que le dessert ou les fromages Ne soient pas de vaines images. Faites rimer « addition Avec « gratification ». Adrien VJLYC,
LES GRANDES DOULEURS - Je vous vois en grand deuil, madame Charançon... Vous avel perdu quelqu'un des votres ? - Mon poisson ronge est mort hier. Dessin de H. GERBAULT. ET AVEC ÇA, MADAME ? Le ciel n'est plus, dessus le toit, ni bleu, ni calme. Au contraire. 11 est sale, le ciel... Il est trouble comme la conscience d'un homme politique. Il est gris comme un roman couronné par l'Académie... Voici l'hiver... Avec ses plusieurs degrés au-dessous de zéro. Et alors, monsieur qui avez porté vos argents à l'emprunt, avez-vous pensé que madame aura besoin de s'acheter diffésentes petites choses ? avez-vous pensé, oui ou non ? Rassurez-vous, monsieur, ou plutôt frémissez !... Madame y aura pensé, elle, et plutôt deux fois qu'une. Tenez, la voici dans ce grand magasin, toute seule... A vrai dire elle n'est venue là que pour un très petit achat, du moins elle le prétend... — Je voudrais, dit la dame, un peu de fil tango pour repriser mes bas. — Bien, madame, s'empresse un vendeur. Et il s'écrie, comme s'il s'agissait d'une parole historique : — Voyez, Mercerie !... *** La dame a vu la mercerie... Elle a acheté son fil tango pour repriser ses bas...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :