Le Rire n°314 7 fév 1925
Le Rire n°314 7 fév 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°314 de 7 fév 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 50,3 Mo

  • Dans ce numéro : les plus grands nains du monde.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
11 PETITE SECOUSSE RÉVOLUTIONNAIRE... (Zinovieff a fait cadeau, à ses petites amies, des meubles historiques de l'ambassade française.) Oh I camarade excellence, dans les meubles de Marie-Antoinette ?... — Rassurez-vous, charmante enfant ; si vous y perdez quelque chose, ce ne sera pas la tête !... M. BÉNAZET. — Je veux dire  : comment êtes-vous entrée LA JEUNE FEMME. — Oh ! votre huissier a été très gentil... Quand je me suis présentée et que je vous ai demandé, il s'est écrié  : 4, Ah ! c'est donc ça que le patron a raconté qu'il reviendrait travailler ce soir ! » Et il m'a ouvert immédiatement la porte... Oh ! je ne vous dérangerai pas longtemps... Je suis seulement venue vous présenter mes titres... M. BÉNAZET. — Vos titres ?... je lie comprends pas... quels titres ?... LA JEUNE FEMME. — Pour la croix... Oh ! ! pas la Légion d'honneur, bien sûr... Celle que vous voulez créer, la croix du mérite physique... Qu'est-ce que vous dites de pion mérite physique ?... Je crois qu'il est un peu là.. M. BÉNAZET. Vous avez fait erreur. madame... Il ne s'est jamais agi, dans ma pensée, que de donner à nos athlètes un témoignage de reconnaissance du pays pour leurs efforts... Veuillez vous rhabiller... LA JEUNE FEMME, les larmes aux yeux. — Oh ! quel malheur !... Maman aurait été si heureuse !... M. BÉNAZET, touché. — Écoutez... Revenez un de ces jours... plus tard... Tenez, au moment de la prochaine intersession parleinentaire... LA JEUNE FEMME. — Ah ! bon... Est-ce que c'est bientôt ?... M. BÉNAZET. — Rhabillez-vous, je vous en prie, rhabillez-'vous... Jusque-là, je suis inviolable... Camarade, COMMUNISME PATERNEL Je t'informe que tu es père, dans telle rue, à tel numéro, à tel étage. Tu as deux mois pleins pour étudier l'affaire. Passé ce délai, et sans autre nouvelle de toi, ta paternité sera légalement reconnue par tacite reconduction, et tu devras subvenir à l'entretien de ton enfant. Je ne garantis pas les termes de cet avis, mais j'en garantis la substance. Les soviets, estimant avec Figaro que l'on est toujours le fils de quelqu'un, ont décidé que toute femme en puissance de rejeton n'a qu'à désigner le nom du père, jusqu'à plus ample informé. Tout abonnement non refusé est considéré comme acquis. Les soviets admettent aussi que l'on peut être le fils de quelques-uns, et cela dans le cas où la mère, loyale communiste, aurait bolcheviké avec un certain nombre d'hommes au nom de la cause, niais sans prévoir l'effet. 11 y aurait donc, clans ce cas, plusieurs pères putatifs, si j'ose écrire, qui auraient à participer à l'entretien du gossevitch. On ne nous dit point si ce serait à parts égales, ou chacun pour sa cote personnelle. En tout cas, ce consortium de pères constituerait un soviet parfait, dont on,pourrait dire que la mère indivise est la cellule. Ainsi se propage et même se multiplie le virus communiste. UN NOUVEL ORGANISME INTERNATIONAL On a quelque part signalé Latitude de se brimer ; Que le bureau des longitudes Latitude aussi pour les chèques ; S'est récemment renouvelé Iatitude de désarmer, Suivant de longues habitudes. Pour le Reich, aux calendes grecques ; Pour ceux qui planent dans les cieux, Latitude aux agents fiscaux C'est d'un intérêt planétaire  : D'écraser les capitalistes ; Mais on pourrait désirer mieux Latitude, pour radicaux, Pour nous, qui vivons terre à terre. D'obéir aux socialistes. Dans un monde dont les remous Et j'en réclame une pour moi, Ballottent nos incertitudes, Dont les proses sont contestables, Ce qu'il nous faudrait, voyez-voùs, C'est de faire ici, par surcroît, C'est un bureau des latitudes. Des vers tout à fait détestables. CONVERSATION TAXÉE Adrien VÉLY. — Jusqu'ici elle m'eng...uirlandait à forfait..., modestement si l'on peut dire..., niais aujourd'hui, mon vieux, qu'est-ce qu'elle me passe pour nies trois sous !... Dessins de MARS-TRICK.
LA FORCE DE L'HABITUDE — Et vos idées de suicide, monsieur Bloch ? Ne ni'en parlez pas, monsieur le baron  : voilà six mois que je fais tous les brocanteurs pour trouver un bon revolver d'occasion. Dessin de G. t'Avis. LE FRISSON NOUVEAU Depuis plusieurs mois, le jeune et élégant Lionel Jarvin sollicitait vainement la jolie Mme de Florimond de consentir à pousser leur intimité jusqu'à ses plus extrêmes limites. Non, certes, qu'elle fût vertueuse ; dei vivant de son mari, elle n'avait jamais laissé échapper l'occasion de le tromper et elle s'était consolée de sa mort sans modération. Le pauvre Lionel se lamentait d'être le seul pour lequel cette femme, jusque-là si accueillante, demeurât impitoyable ; elle le recevait trop correctement dans son boudoir chinois, près du divan qui avait amorti nombre de ses chutes ; mais elle ne paraissait plus disposée à s'y laisser tomber et le dragon brodé qui en ornait la soie tirait à Lionel, comme pour le narguer, sa langue de feu. — Ah ! Ginette, soupirait-il un jour, pourquoi me repoussezvous ? Ai-je quelque défaut qui vous choque ? Je m'efforcerai de m'en corriger. — Mon petit Lionel, répliqua Ginette doucement, vous



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :