Le Rire n°314 7 fév 1925
Le Rire n°314 7 fév 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°314 de 7 fév 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 50,3 Mo

  • Dans ce numéro : les plus grands nains du monde.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
flamboiement d'un vélum, et chevauchant un taureau ailé, le dieu protecteur de la fête, le plus beau des rois d'Assyrie. A sa vue, une immense clameur retentit  : Assurbanipal ! tandis que des feux s'alltu- tuaient ; puis, après s'être prosternés, tous les cortèges s'étaient lancés dans une ronde folle, agitant sistres et crotales. Enfin, à l'injonction des prêtres réclamant soudain une victime, cent bras nerveux l'avaient enlevée et maintenue défaillante sur le cou du taureau, tandis que le roi, après avoir fait le simulacre de la poignarder,'imprimait encre ses dents le baiser le plus voluptueux dont ait jamais frémi l'Asie... Mais cela avait passé la mesure. Maintenant ses genoux la trahissaient. La voyant grise, ses compagnons eurent pitié d'elle, le roi luimême s'empressa, et bientôt elle ne fut plus entre leurs mains qu'une petite chose dodelinante ramenée chez elle, tandis qu'au loin la grande orgie continuait... **... Une fois dans son lit, la fraîcheur de ses draps l'apaisa et elle s'endormit, tandis que le cortège s'éloignait à pas de loup. Mais son calme fut de courte durée, car bientôt elle revécut les mille et une péripéties de cette nuit magnifique. Que de cynisme au fond de nos rêves ! Est-ce qu'après avoir abandonné sa bouche au guerrier, elle n'était pas sur le point de se donner au grand prêtre, quand tout à coup, par une étrange substitution, elle se trouva sur le dos d'un taureau ailé, dans les bras du roi'd'Assyrie ? Qu'il était beau, ce roi, avec sa barbe taillée, ses yeux ardents soulignés de khol, et son torse herculéen ! Et quel amoureux, quel artiste ! Sous l'art profond dé ses caresses, elle se sentait une petite proie. Mais tout à coup, elle se dressa. Du lustre la lumière jaillit, un cri s'étrangla clans sa gorge  : — Assur... Assurbani... — Il parait qu'au Groenland les nuits durent six mois... Quel boulot pour les petites femmes ! Dessin d'Arsène BRivoT. Ibns LE TÉNOR FAIT DE L'AUTO Et en eflét, dans le mystère de la chambre close, le dieu lui-même l'avait étreinte... * ** Il fallut que Bertrand lui avouât ses machinations pour calmer en elle la terreur, mais, hélas ! un pareil aveu n'allait-il pas gâter tant de joie ?... Non, puisque sans couronne et sans armure, indemne de tout rembourrage, elle l'adora quand même deux ans. A défaut de biceps, il avait de l'audace ; à défaut de carrure du tempérament. Pourtant, un jour, il surprit une lassitude.. — Luce, tu t'ennuies, Luce, tu ne m'aimes plus. — Mais non, mon chéri, je te jure. Il lui offrit tous les plaisirs sans jamais la sentir guérie, jusqu'au jour où, dans une lueur, il s'écria. : — Si l'on vendait tout ce qu'on possède, ce serait une chose amusante de remeubler l'appartement. La proposition l'enchanta. Elle se mit à battre des mains. A lors, pendant uA mois, ils vécurent dans l'horreur du désordre. Bertrand s'était installé à l'hôtel. Luce, au contraire, restait chez elle, en sage maîtresse de maison. Un soir vint cependant oit il dut rentrer à l'improviste pour prendre son smoking. Mais que vit-il ? Luce dans les bras du tapissier, le gars de deux mètres, barbu, velu comme un Assyrien, musclé, farouche, et le visage troué d'yeux noirs. Il tomba assis de surprise. Assur... Assurbani..., s'étrangla-t-il, tandis que l'homme enjambait la fenêtre. Luce se jeta à ses genoux. — Bertrand, je t'en prie, pardonne, pardonne. Tu as compris, j'en étais sûre. Je te jure que je ne t'ai pas trompé. Ou plutôt si, mais c'est avec ton souvenir. MARTIAL-PERRIER. s b ai I g 111Wellaelball k -W1 wilmKse1111 b mi a irn a I ft VI lm — Dites donc, vous n'entendez pas que je vous siffle ? — J'y suis tellement habitué que je ne m'en aperçois plus'Dessin de J.-J. Rouss.u.'.
.Joui Arrona campa ses nerveuses guibolles. Un maharadjah convoita soli corps souple... l'3... dans les grands prix. L 2-\130 IN Mit. A\UJL Zef Polo tira d'elle un bassin de Vénus aux contours gracieux. Son corps charmant... 11 J Tont Montparno tonnait son esthaique. » Et combien d'autres moulèrent les pures lignes de son buste./  : //... il l'eut... C'est la reine du Montparno ! Dessin de HARRY. Envojz vos lettres et colis, aller au MAROC et en ALGÉRIE par AVION —Ligies Aériennes LATECORB,Parlz



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :