Le Rire n°313 31 jan 1925
Le Rire n°313 31 jan 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°313 de 31 jan 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 51,2 Mo

  • Dans ce numéro : esthétique.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Modale Cellflef Pars de remplacement pour la) k`\Savon dentifrice -""" Grand modèle lime Brosse dents GIB11.1 Eau de Gibbs irk'lire qui n'est rien sans la Marque authentique B3 1.-M aigri le prix élevé des produits de tout premier ordre entrant dans la composition du parce qu'il fournit, sans irriter la peau, un pourcentage de " barbes" que ne peut donner aucune autre mixture vaguement "Savonneuse"
C'EST JEUNE ET ÇA'N'SAIT PAS SILVAIN. — Un scandale, mon ami, cette représentation du Malade imaginaire ! C'est la première fois que j'entends siffler Molière. — Vous étiez donc de la création ?... MAR13EUF, EMPEREUR DES FRANÇAIS S'il existe au monde quelque chose de moins certain que la statistique, c'est l'érudition. Un érudit est pire qu'un statisticien, car, si eelai-.çi Acaule des résultats, celui-là les commente. M. Charles, tabassé, érudit, s'abstiens, il est vrai, de commenter les résultats qu'il annonce. 11 s'est dit, sans doute, que les, commentaires viend,let tout seuls. Eh bien, voici la chose, Napoléon n'est pas Napoléon. Son acte de baptême'serait,  : en réalité, celui de Joseph Bonaparte. Alors, pourquoi s'appelle-t-il Napoléon ? Il est vrai que le -nom fait riche, comme on l'a remarqué dans la suite ; mais ce n'est pas une raison suffisante. Et ce pauvre Joseph ! Quel est son véritable état civil ?. Cela demanderait à être éclairci, s'il n'y avait mieux encore M. Chassé a découvert que le pseudo-Napoléon est né clandestinement en Bretagne, au chàteau de Pluntelech. Son père véritable serait Marbeuf, gouverneur de la Corse. Ainsi donc, le grand empereur s'appellerait non pas Napoléon le, mais Marbeuf Ier. Cela expliquerait peut-être pourquoi nous n'avons pas, à Paris, de rue Napoléon, tandis que nous avons une rue Marbeuf. En tout cas, jamais Marbeuf ne perça sous Bonaparte, comme avait fait Napoléon, ainsi que dit Victor Hugo. Le secret fut bien gardé. Il faudra donc apprendre aux enfants que c'est Marbeuf qui remporta les victoires "d'Austerlit z et d'léna, que Joséphine puis Marie-Louise s'appelèrent'Mme Marbeuf, et que nous vivons sous *le régime du code Marbeuf. Dans le cas où quelques thésauriseurs timorés auraient encore, dans une cachette, quelques beaux marbeufs d'or, ils peuvent sans crainte les porter à'la, "Banque de France, qui les prendra comme si c'étaient des Napoléons. D'antre part, il faut espérer que les amateurs du premier empire continueront à trouver le style "Marbeuf à la mode. LE RIRE DE LA SEMAINE UNE MAUVAISE BLAGUE — Ça va comme ça, monsieur Le Président... Mais voue ne "pourriez pas faire disparaître ce pain à I fr. 55 ?... Enfin une manifestation s'impose aux représentants fidèles du parti dit bonapartiste, c'est d'aller saluer, en le prince Victor Marbeuf, le successeur de l'empereur "Marbeuf III. 11 faut reeoemaitre pourtant que les recherches de M.'Chassé l'ont amené à découvrir que tous les registres de Plumelech ont été lacérés. Cela nous permettra peut-être de continuer.à, donner notre plus..grand oniuue le nom c le Napoléon. Il  : suffira d'établir un acte de notoriété. LA LEÇON DE TÉLÉPHONE L'ABONNÉ, devant sep, appareil. AlIo, mademoiselle. LA DEMOISELLE, de sa mystérieuse résidence. Allo, Moasieur... L'ABONNÉ. - Donnez-moi, s'il vous plait, le Suffren LA DEMOISELLE. -ll est inutile de dire : N S'il VOLS plait L'ABONNÉ. - C'est pourtant une formule de politesse à laquelle je mûs attaché par les principes d:éducation que j'ai reçus... LA DEMOISELLE. - Les formules de politesse-ne peuvent que nuire à la netteté des demandes de communication... L'ABONNÉ. — Je vous demandepardon... J'ignorais... LA DEMOISELLE. - C'est un nouveau règlement qui nous vient de Londres... On s'est aperçu là-bas que'le public ne sait pas téléphoner... L'ABONNÉ. De même que l'on s'est aperçu, à Paris, que les demoiselles ne savent pas donner les communications. LA DEMOISELLE. - La question n'est ? pas là... Alors'les employées anglaises ont été invitées à expliquer au public comment il doit s'exprimer et prononcer L'administration-nous a passé l'ordre d'en faire autant avec nos abonnés... Veuillez -me répéter le numéro que vous avez demandé... L'ABONNÉ. - L'aurais-je mal formulé ?... LA DEMOISELLE. - (C'est'probable... En tout Cas, je l'ai oublié... L'ABONNI. - Ah ! bien... Donnez-moi le Suffren 33-49.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :