Le Rire n°309 3 jan 1925
Le Rire n°309 3 jan 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°309 de 3 jan 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 85,9 Mo

  • Dans ce numéro : les plus grands nains du jour.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
MACHINALEMENT 2. COUPLET Plus tard étant collégien, Comm'je ne fichais rien, Le dimanche après-midi J'étais toujours puni. J'ai copié, je peux l'savoir, Cent mill'fois le verbe avoir. D'autres, dégoûtés, A la fin auraient protesté. REFRAIN Moi, j'ai fait ça machinal'nient, Sans savoir comment, Avec un'triple plume, afin D'voir plus vit'la tin, Tout en r'gardant les mouch's voler Et batifoler, Moi, j'ai fait ça machinal'nent, Sans savoir comment. 3° COUPLET Lorsque je me suis marie, Cela n'a pas varié. J'ai rempli tant bien que final Le devoir conjugal, Comme je biIclais, en somm'Au collège, mes pensums. Et, pauvre opprimé, J'ai conjugué le verbe aimer. REFI ; A IN Moi, j'ai fait çai tàêirinal'tncnt, Sans savoir comment, Tout, comme avec son composteur, Fait un bon facteur, Comme un chauffeur d'taxi-auto, Relèv'son drapeau. Moi, j'ai fait ça maehinal'ment, Sans savoir comment. APRÈS LES ÉTRENNES — Une bonne nouvelle, m'sieur... Le petit d'en-dessous vient de crever son tambour !... Dessin de Bocit. C'est triste de diner seule... — Surtout au moment de l'addition ! Dessin de li. CHANCEL, L'ASTUCE DU DOCTEUR Mme Jalicot, À. peine assise dans le fauteuil, éclata en sanglots. Le bon docteur Grisolle s'approcha et lui prit affectueusement les mains. Voyons, (lit-il... Quel est cc gros chagrin' ?... Qu'est-ce qu'il y a ?... Mm Jalicot répondit d'une voix entrecoupée par les larmes  : — Ah ! docteur, docteur, je suis perdue !... — Mais non, mais non.. Peut-être pas... Qu'y Confiez.vous à votre vieux docteur. Mme Jalicot, sans répondre directement, se dressa, étendit les bras- et, d'une voix nathétique  : — Et pourtant, je vous jure que je suis une honnête femme !... — Parbleu ! fit le docteur... Je me disais aussi que ce ne pouvait être très grave... Quelque imprudence, sans doute... — Ah ! je ne. sais vraiment où j'avais la tête... 11 était si beau, si beau !... niais je ne l'ai jamais revu, oh ! je vous en donne ma parole, jamais !... Une fois-, une fois seulement !... Le docteur hocha la tête. — Si je vous comprends bien, cela a peut-être suffi... — Voila ! murmura Mme Jalicot baissant la tête, accablée. Le bon docteur fia sermonna paternellement. — Eh bien, c'est du joli... Oh ! je devrais vous gronder !... Mais vous êtes déjà suffisamment punie par le chagrin qui éclate en vous... Et si vous vous repentez réellement... — Il s'agit bien de repentir ! s'écria Mme Jalicot. C'était un nègre !... — Un nègre !... L'aveu une fois échappé, M11e Jalicot devint pourpre de confusion, et, détournant les yeux, d'une voix presque imperceptible. Oui, docteur... Et je crois, je crois..., enfin, je suis sûre.., oui... que je vais être mère... — Diable ! dit le docteur... Cela est plus grave... Mais, enfin, -oyons, peut-être que M. Jalicot... Il suffirait, vous saisissez, d'une simple priorité... — Ah ! docteur, si je le savais !... Mais comment savoir !... C'est atroce !... A la seule pensée que mon enfant puisse être noir... — Teinté, teinté seulement... — Ob ! c'est la même chose ! A cette seule pensée, je me demande si je ne ferais pas mieux de disparaître tout de suite, de me jeter à l'eau... — Ce n'est pas pour nie demander un conseil à cet égard que vous êtes venue me trouver, ma chère enfant... Vous aviez, au contraire, l'espoir que je pourrais peut-être vous sauver... Eh bien, il y a un moyen... — Serait-il possible, docteurl... Oui... Il s'agit d'un subterfuge que ma conscience réprouverait si je n'avais, pour vous et votre mari, une amitié qui souffrirait trop d'un irrémédiable déchirement entre vous... Nous allons simuler un cas assez rare, mais que la science a relevé plusieurs fois avec certitude...llcoutez-moi bien... La première fois que, vous promenant avec votre mari, vous rencontrerez un nègre, feignez de tomber dans une violente crise nerveuse, criez, débattez-vous, suppliez M. Jalicot de vous éloigner d'un aussi horrible spectacle.. : Si, le montent venu, votre enfant est blanc, notre précaution aura été inutile... Mais s'il présente quelque coloration, nous l'expliquerons par
 ! ouTEz Moi CAMP AVECo. VOTRE MAWU Sc6U DÉBUTS LITTÉRAIRES — Moi, mon premier roman m'a rapporté trois mille francs... t EPFN 0ANT l'influence d'une vision obsédante et créatrice,. dans l'état où vous étiez... Voilà !... — Ah ! merci, merci, docteur ! C'est le salut que vous m'apportez 1... ** Pendant les trois jours qui suivirent, Mule Jalicot sortit.beaucoup avec son mari, dans l'espoir de rencontrer un nègre, niais son attente fut déçue. Une mauvaise chance voulut qu'il ne s'en présentât aucun sur leuricliemin. Mme Jalicot, que sa situation rendait particulièrement nerveuse, entra clans une pénible agitation. Elle se sentit envahir par une impatience, une anxiété qu'elle avait peine à maîtriser. Elle se demandait, avec une angoisse irraisonnée, si le destin ne prendrait pas un malin plaisir à éloigner tout nègre de son regard jusqu'au terme qu'elle redoutait. Le quatrième jour, l'épreuve fut également négative. Mme Jalicot songeait de nouveau au suicide quand, passant avec son mari sur le boulevard Saint-Denis, elle avisa le nègre de plâtre peinturluré qui, depuis d'innombrables années, sert d'enseigne à un magasin d'horlogerie. Dans son désir maladif d'aller vite, dans la crainte de ne pas trouver mieux, elle piqua sa crise de nerfs, s'abattant entre les bras de M. Jalicot, le conjurant de l'arracher à l'épouvantable vision qui la menaçait de l'entresol. M. Jalicot, chez qui le désespoir de sa femme s'était résigné à faire naître un espoir qui le charmait, la soutint affectueusement, la fit monter en voitur3 et l'emmena. Enfin, le jour marqué par les lois de la nature arriva. Mme Jalicot, assistée du bon docteur Gri- i)essin de Raymond ['ALLIER.. rom o uN cHieN rour z MO'Le CAMP Je selle, accoucha, mais ce ne fut pas sans un certain embarras que celui-ci présenta à l'heureux père un petit garçon d'une teinte qui ne pouvait vraisemblablement laisser aucun doute sur son origine. Aussi M. Jalicot entra-t-il dans une violente fureur et parla-t-il de massacrer sa femme. Le docteur Griselle lui conseilla de surseoir à un pareil dessein, et lui demanda de rappeler ses souvenirs. La nature provoque parfois des cas de Mimétisme foudroyant dus à une rencontre impressionnante ; Mule Jalicot n'avait-elle pas reçu une commotion à la vue inopinée d'un nègre ? M. Jalicot se remémora alors l'incident du boulevard Saint-Denis  : Mais oui !... Mais oui !... s'écria-t-il, le front rasséréné... La pauvre chérie !... Et moi qui la soupçonnais !... Ah ! si elle n'avait pas justement regardé cette enseigne au moment où nous sommes passés !... Il s'interrompit, se frappa le front, souleva le lange du nouveau-né, inspecta rapidement son petit corps. Puis, redevenant subitement furieux  : — Elle m'a trompé !... La misérable !... Sinon, il y aurait la pendule !... Oui, je retrouverais sur le ventre de cet intrus la pendule qui est sur le ventre du modèle !... Le docteur Griselle, atterré par cette déduction imprévue, ne savait que répondre. Mais M. Jalicot, prompt aux changements d'humeur, se frappait une seconde fois le front et, maintenant riait et pleurait à la fois. Que je suis bête !... Moi qui la soupçonnais !... Pauvre chérie !... Oui, oui, je me rappelle à présent... La pendule n'y était pas... Elle était enlevée... Quelque réparation, sans doute 1... Tout s'explique !... Et il ajouta avec allégresse  : — C'est un vrai bonheur... Je préfère tout de même que notre enfant ait un nombril'ALTER T'Go de dommages et inféras. a1 a2un.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :