Le Rire n°308 27 déc 1924
Le Rire n°308 27 déc 1924
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°308 de 27 déc 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 41,1 Mo

  • Dans ce numéro : consultation.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
LES JEUNES COUCHES Les fonctionnaires toucheront dorénavant 54o fr. pour le premier enfant, 720 fr, en plus pour le deuxième,i.o8o _Ir. en plus pour le troisième, etc... — Dis donc, papa, entre nous,. je n'en vois pas souvent la couleur de mesi.o8o francs !... tenait avec agrément les pointages, en cas de scrutin douteux... Qu'en pensez-vous ?... M. BARTHE. - Evidemment, monsieur le Président, vous avez le don du comique... M. PAINLEVÉ, flatté. — N'est-ce pas ?... Le ministère, ou le suivant, n'importe lequel, le mien, qui sait ? pourrait exécuter des exercices de force et d'équilibre, la pyramide humaine, par exemple... Notre cher Blum et notre gracieux Paul-Boncour offriraient de beaux rétablissements à la perche... M. BARTHE. - Ils ont l'habitude de nous la tendre... M. PAINLEVÉ. - Diagne et Candace seraient au jazz-band. Et Taittinger ferait des tours de cartes d'électeurs... Pensez-vous qu'avec de tels numéros nous pourrions attirer du monde ?... M. BARTIIE. - La question, monsieur le Président, est de savoir si la masse s'intéresse assez à ceux qu'elle n'a pas réélus pour aller voir travailler ceux qu'elle a élus... M. PAINLEVÉ. - Vous avez raison, tout est là... Dites donc, si nous remettions ça ?... M. BARTHE. - A quatre ans, oui, monsieur le Président... LE SEPTIÈME COMMANDEMENT Les six commandements du piéton ont failli s'augmenter d'un septième, dû à l'imagination d'un des meilleurs collaborateurs du préfet de police. Malheureusement, il était troptard. Le texte de l'ordonnance était déjà imprimé. C'est pour cette raison que le septième commandement n'a point été promulgué. Et c'est peut-être aussi parce qu'il rendait les six autres inutiles. Il était, en effet, rédigé ainsi  : Pour prévenir les accidents, les piétons sont invités à aller eu voiture. » LE COULAGE DANS LES HAREMS Si j'étais eunuque, je serais très embêté. Oh ! pas à cause du petit désagrément initial. Je serais, au contraire, bien tranquille. S'il y a un cas où l'on peut affirmer que le besoin ne crée pas l'organe, c'est celui-là. Je serais embêté dans ma dignité professionnelle. 11 vient de se passer, sur la route qui mène de Constantinople à Angora, un incident de voyage qui met en cause de la manière la plus grave la responsabilité des eunuques. Une caravane de deux cents harems avait quitté l'ancienne capitale pour se rendre dans la nouvelle. Or, ces deux cents harems ont perdu leurs lemmes. Il y a eu une fuite ; ils se sont vidés comme par enchantement. Pendant que ces darnes s'égrenaient le long du chemin, leurs gardes du corps ont, sans doute, omis de se constituer en corps de gal de. Il est désagréable, quand on convoie une cargaison de cages à poules, de constater, à l'arrivée, que celles-ci se sont envolées. Mais que sont devenues les traînardes ? La police turque croit qu'elles sont devenues des agents des organisations communistes. On ne saurait trop leur en faire grief. Des femmes qui se sont étiolées sous le régime du capital privilégié doivent avoir hâte de le mettre en commun. Le régime communisté'saura trouver un juste emploi de leurs facultés. Il a judicieusement négligé leurs surveillants, dont la propagande ne saurait rien tirer. Avant de finir, je veux, Au moment où l'an se tire, A tous les lecteurs du Rire Envoyer mes meilleurs voeux. Que moins chère soit la vie ; Qu'ils trouvent un logement ; A TOUS ET A CIIACUN Et que, sans ménagement, On traite la Moscovie. J'ajoute un salut poli A ces souhaits sans mélasse, Et puis, n'ayant plus de place, Je signe Adrien VÉLY. M. HERRIOT A MAL A LA JAMBE - Ça n'a rien d'étonnant, il a tellement fait de faux pas depuis six mois ! Dessins de MARS-TRICK.
— Que trouves-tu donc de si ridicule à mon chapeau ? — Ta tête ! Dessin de Chas. LABORDE. MONTMARTRE L'ARTISTE C'est un violoniste de quarante ans peut-être. Il ressemble à Bibi la Purée, avec, tout de même, une flamme plus vive dans l'oeil. 11 a eu un prix au Conservatoire, — qu'il dit ! — et pour l'instant il traîne devant les terrasses, tire son crin-crin d'un étui (le toile sans couleur, joue des airs à la mode et vend des petits formais Il n'est ni gai, ni triste, il a une bonne gueule de poivrot résigné. Ses cheveux sales éparpillent les pellicules sur son col et, de temps en temps, il sourit d'une lèvre sèche qui se relève sur une gueule édentée. Lorsqu'il a fini de faire la quête, il compte ses sous devant ceux qui viennent de les laisser tomber dans la coquille Saint- Jacques qu'il promène de table en table. — Vingt-six sous ! mesdames et messieurs. On peut voir et contrôler  : il me manque encore huit sous, pourboire compris, pour prendre un vermouth-cassis. Je vais rejouer un petit air et je ferai une seconde fois le tour de l'honorable société. Il frotte son archet d'un petit morceau de colophane et il continue son discours  : — Je ne mendie pas, mesdames et messieurs ! je touche un cachet. Une fois mon cachet touché, je peux en disposer comme je veux, hein ? Si j'aime mieux le vermouth-cassis que le pain fendu, c'est mon droit. D'ailleurs, il y a, dans l'Évangile, une parole qui me justifie  : L'homme ne se nourrit pas que de pain ! I1 y en a d'autres qui vous raconteraient qu'ils sont pères de cinq gosses plus affamés que les enfants du pélican, que leur femme crache ses poumons et a besoin de passer l'hiver sur la côte d'Azur, qu'eux-mêmes sont sortis le matin de l'hôpital et y rentreront le soir pour peu qu'on ne leur donne pas une pièce de cinq sous percée. Non, mesdames ! non, mes-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :