Le Rire n°306 13 déc 1924
Le Rire n°306 13 déc 1924
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°306 de 13 déc 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 59,8 Mo

  • Dans ce numéro : la nouvelle école des femmes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
UNE SOLUTION On va créer une armée d'amazones aux Etats-Unis. — La Paix entre les hommes... Vous y croyez, A ce bateau ? — Mais oui, désormais ce sont les femmes qui se battront ! d'ailleurs à aucun autre moment. Une coquetterie intempestive ne sied pas à la sérénité d'un jugement attentif et impartial. « Il est absolument interdit de faire assister des chiens à la lecture d'une pièce. « « Il est recommandé de ne pas assister à une lecture entre deux trains, à moins que ce ne soient des trains de banlieue. Les longs voyages ne sont pas compatibles avec des attributions qui exigent de l'assiduite. On ne saurait être, à la fois, au four et au moulin. « Les membres du Comité seront bien inspirés, en écoutant une pièce, de penser surtout aux rôles qui peuvent convenir à leurs camarades. « Une pièce reçue par le Comité peut être refusée par l'administrateur. Il est profondément regrettable, dans l'intérêt des lettres, que la réciproque ne soit pas encore admise. » Ah ! si l'administrateur pouvait recevoir des pièces refusées par le Comité ! 11 est vrai qu'il y aurait beaucoup moins de succès dans les théâtres de genre. LA RÉVOLTE DES VICTIMES — Allo, mademoiselle, allol... Mademoiselle, allo !... Allo, mademoiselle !... Allo, allo, allo !... Ah ! vous voilà enfin !., Voulez-vous me donner... Bon, vous êtes déjà partie !... Allo !... Ah ! vous revenez... Merci !... Voulez-vous me donner le... Oui, sept, quatre et trois ; seize, deux fois huit !... Pas libre !... En communication !... Allo !... Plus rien, maintenant... Ah ! enfin !... Mais, mademoiselle, vous vous êtes trompée de numéro !... Sept, quatre et trois ; seize, deux fois huit... Bien, cette rois, ça y est... Mais il y a un autre abonné sur la ligne... C'est insupportable... Ne coupez pas, mademoiselle, voyons, ne coupez pas ! !... Nous causons ! Tonnerre, plus rien !... C'est coupé !... Zut ! zut ! zut !... C'est à de telles vociférations, pro voguées par les tortures les plus raffinées, que sont réduits les infortunés qui ont à se servir de nos téléphones nationaux. Parmi les monopoles que s'est réservés l'Etat, figure au premier rang le monopole des brimades téléphoniques. Et M. le Président de la Ligue des abonnés du téléphone prépare le discours qu'il prononcera à la séance de reconstitution de cette ligue  : « Mesdames, messieurs, les victimes enfin se révoltent ! Nous étions des moutons de Panurge, nous devenons des moutons enragés. Notre ligue s'était démobilisée après la guerre. Nous avions éteint le feu sur toutes nos lignes. Notas les croyions désormais prospères sous le régime d'une paix bienfaisante. Au lieu de la paix, c'est le sabotage. Groupons-nous de nouveau aujourd'hui, et, si l'Etat continue à se moquer de nous, rendonslui l'appareil ! » M. le Président ayant appris par coeur cette allocution véhémente, se rendit dans le local oh devait avoir lien la première réunion. 11 s'y trouva seul. Au bout d'une demi-heure d'attente, il demanda à son secrétaire s'il avait bien envoyé les convocations. — J'ai fait mieux que cela, monsieur, répondit celui ci. J'ai convoqué tous ces messieurs par téléphone. Et qu'ont-ils répondu ? — Oh ! voyons, monsieur, vous savez bien qu'.on ne répond jamais. Et il ajouta, en se rengorgeant  : — Mais j'ai tout réparé ; je leur ai envoyé des messages téléphoniques. M. le Président attend encore. On a trouvé le vrai coupable Des embarras qu'il faut subir.C'est le piéton, oui, c'est palpable, Et c'est lui que l'on va punir. Quand une pauvre auto l'écrase, C'est sa faute s'il s'affala. Oui, oui, je vous le dis sans phrase, I1 ne devait pas être là. Ramassons ce bouc émissaire Pendant que le chauffeur s'enfuit. CIRCULEZ ! CIRCULONS ! Menons-le chez le commissaire : Il verra tout ce qui s'ensuit. Charmante piétonne, ô madame, Quand je vous suivais l'autre jour, J'avais formé le doux programme,. De vous faire cinq doigts de cous. Grâce à nous, il fallut voir comme D'autos se remplit l'entonnoir. Mais c'était votre faute, en somine Vous aviez quitté le trottoir. Pel_.rz ça SOUS LE RÈGNE I)U CARTEL Adrien VI LY — Le débat sur la vie chère s'est terminé par un vote de confiance... — Oui, ça veut dire que nos députés ont confiance... que la vie continuera à être chère !... Dessins de MARS-TRICY.
CONITUPE CT DÉCONFITURE — Je voudrais être grand, grand comme papa.. et maintenant, petit, petit comme taie sourisL.. Dessin (le H. 1`IIRANDE.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :