Le Rire n°305 6 déc 1924
Le Rire n°305 6 déc 1924
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°305 de 6 déc 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 68,6 Mo

  • Dans ce numéro : ... et tout s'arrange !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Y4 POUR FRIRE UN BON DINER RESTAURANT DE LA B I C H E chez LAU R I N, I rire de la Grange-Batelière s  : Ses Spécialités - Déjeuners et Dîners parfaits H Q A DES PRIX RAISONNABLES s LES DINERS -SOIRÉES DU "R OMAN 0" Chaque soir au dîner Léon ZIOHERA et son orchestre On danse du Dîner à Minuit. JAZZ-BAND. — ATTRACTIONS et INTERMEDES nouveaux chaque semaine. Déjeuner 17 fr. Diner 22 fr. Champagne 45 fr. Consommations 6fr. - 14,r. CAUMARTIN 1‘h.C. Seine 104.142 r A L'ESTURGEON POISSY p Hôtel Restaurant — Télé ph. 4. LY s5 km. de Paris. — Terrasse chauffée. s Vue unique sur la Seine. { s NOUVELLE DIRECTION V  : sEsmeamsznnssnmszsmsnnnmsleox C HA N TI L LY`O18 e) ROdu GRAND CONDÉ NT L'Hôtel de 1wr ordre, le plus confortable pt famille. Le restaurant le meilleur des environs de Paris. Ouvert toute l'année. La tenue de soirée n'est pas de rigueur. HOSTELLERIE DuBOIS JOLY Hi1.104, TILLIERES-sur-AVRE (Eure) Tel. 12 R EVEILLONS des 21-31 Décembre et fêtes des rois. — Les plus beaux de France. UNIQUES ET DÉLICIEUX WEEK-END Li RHUM NAVRA IIOTFL DES CELESTINS Chambre de 8 15 fr. ié la journée. Dernier confort — Rigoureuse propreté F,n, lisp Spoken — Deux entrées.t,r. Charles- V et 17,r. du Petit-Musc, Paris (4) Negro  : Saint-Paul et Bastille. — Telépt.  : Archires 60-88 LE GET SE BOIT ÀTOUTE. HEURE AVEC ou SANS EAU. R.C.lllefrroncae (te G !'03411'Un concert, Un spectacle, Et danser d pour le prix d'un promenoir. C'est la joyeuse taverne FANTAS1 O 16, Faubourg Montmartre de 4h. 1/2 à 7h.  : Entrée 3 fr. On danse de 9h.1/2 à 3h.du matin  : Entrée 5 fr. Tous les jours attractions et variétés nombreuses et choisies. Changement de programme tous les Vendredis. Buffet chaud et froid en permanence Jour et Nuit. Toutes les consommations et le buffet aux prix ordinaires des cafés et brasseries. BAR AMÉRICAIN R.G. seine 213.362B. Activez avec Activa la vitalité de votre peau Faites une cure de beauté comme on fait une cure de santé Deux minutes chaque matin, cinq minutes chaque soir, c'est tout le temps que prend une cure de beauté avec Activa. Au bout de quelques jours on observe  : La dispat ilion de toutes traces de rougeurs, couperoses, acné, boutons Un aspect uni et velouté de l'épiderme ; Un teint éclatant de jeunesse ; Les rides précoces s'effacent et les sillons s'estompent peu à peu et infailliblement. Le pot de Crème Activa, pour 2 mois d'usage journalier, plus que suffisant pour constater les résultats de la cure Prix  : b fr. 65. Bonnes pharmacies, parfumeries et grands magasins. Enroi franco 7 fr., mandat ou timbres adressés à la Crème Activa, 41, rue d'Amsterdam, Paris. irvei1ieuseCrme e Beaute INALTÉRABLE PARFUM SUAVE PARIS. LESQUENDIEU PARFUMEUR En Vente Partout et Grands Magasina, Coiffeurs, Parfumeurs. LA SANTE cest TOUT buvez donc SUZECASSIS ou SUZE-CITRON Une Récompense de 10.000 francs pour personnes chauves et sans barbe Une belle poussée de barbe et de cheveux peut être obtenue par l'usage de la lotion capillaire balsamique " Comos ", pen tant 8 jours. Cette lotion fait repousser les eh  : veus et la barbe de toutes personnes chauves ou dolt la chevelure est clairsem,e. " Comos " est le meilleur produit dans ce domaine pie la science moderne, étant la seule lotion balsamique qui fasse réellement repousser les cheveux et la barbe mème sur des personn(s âgées. « Como 3 " fait repousser les papilles mortes après un usage (le quelques jours et après un temps très court les cheveux poussent avec rande vigueur. Garanti sans danger. Si les assertions ci-dessus sont fausses. UNE SOMME NETTE DE 10.000 FRANCS sera payée à toute personne chauve, sans barbe. ou dont la chevelure est clairsemée, qui se sera servie sans résultat de la lotion balsamique " Comos " p, n"an t 3 semaines. Un paquet COM OS " coûte 50 fr. ; Deux paquets coûtent 80 fr. " Coros " a inn3 aux cheveux et à la barbe une apparence superbe et une belle o dulation. ainsi qu'une coupe douce et delicate ; sur daman.e adressée à la Société, " ` Com - s " est envoyé dans toutes les parties du monde SUR PAIEMENT d'avance ou contre remboursement. — COLONIES  : SEUL MODE DE PAIEMENT  : D'AVANCE. COMOS=MAGAZINE, Copenhague. V. Danemark, 6 on rasse. Oui.. ! V quoi qu'on fasse. LE andarin sera toujours préféré aux Amers et Bitters.
it Jerte relève que de Moscou CHOC EN RETOUR Un député communiste a refusé de garder le secret sur une déclaration que se proposait de faire M. Herriot à la Commission des Affaires étrangères. HERRIOT. - Ah i c'est comme ça... Eh bien, vous allez voir, le curé ne va pas y couper 1... RESTONS ASSIS L'autre jour, à la Chambre, pendant une suspension de séance, un spectateur, qui tenait de son député une carte de tribune, passa dans le couloir, alla trouver un huissier et s'adressa à lui en ces termes  : — Je viens de faire une observation qui m'a surpris et au sujet de laquelle vous pourrez, sans doute, me donner quelques éclaircissements. Pour la première fois depuis que je suis en amateur les travaux parlementaires, j'ai vu aujourd'hui des députés qui parlaient de leur place en restant assis. Le ministre ou le rapporteur, en leur répondant, ne se levait pas davantage. Est-ce une nouvelle mode ? — Hélas ! oui, monsieur, répondit l'huissier... Les bonnes manières se perdent. C'est fatal dans les démocraties... — Ne seriez-vous pas républicain ?... — Je suis attaché au régime, tout au moins par mes fonctions... aimais je ne suis pas démocrate... Du moment qu'on passe sa vie dans cette maison et qu'on n'est pas député, on ne peut pas être démocrate... On est forcément un peu dégoûté... Ces messieurs manquent vraiment de tenue et ils viennent de donner cette nouyellc preuve de leur laisser aller... Dans une as, emblée, entre  : gens de.bonne compagnie, on ne reste pas assis pour causer... Ça me ferait presque regretter l'Empire... — Peut-être, observa le spectateur, est-ce plus commode pour la discussion... — Pas toujours, monsieur, répliqua l'huissier... Auparavant, quand un de ces messieurs se levait et s'embarquait pour des bêtises ou des maladresses, ses amis le forçaient à se rasseoir... Et alors il se taisait... Aujourd'hui, comment voulez-vous qu'on fasse ?... On peut bien voter pour lui, mais on ne peut pas empêcher de parler... Enfin, que voulez-vous, il faut bien se faire aux nouveaux usages... On s'y fait... A preuve que, l'autre jour, quand il y en a eu un qui s'est levé pour parler, mes collègues se sont précipités sur lui !... 1_-= Pour le forcer à s'asseoir ?... Non, monsieur, pour le cueillir et l'enlever... Ce n'était pas un député... - mais on l'avait laissé entrer sans y faire attention... C'était i111 4ou... LE RIRE DE LA SEMAINE. 3 E LA MODE AU CONSERVATOIRE Voici un extrait d'un rapport adressé au ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts par un inspecteur de l'enseignement dramatique, et dont nous avons pu noter le texte par microphone  : « Je me suis rendu, monsieur le ministre, comme vous m'en aviez donné l'ordre, au Conservatoire national de musique et de déclamation, pour y procéder à l'enquête que vous aviez bien voulu me confier. « J'ai commencé mon inspection par les classes de tragédie. Après m'y être livré aux observations les plus minutieuses, j'ai pu établir les constatations formelles suivantes  : Sur dix jeunes tilles qui suivent ces classes, cinq ont cru devoir conserver leur chevelure intacte. J'ai demandé aux professeurs si cette moitié était, ou non, composée des meilleures élèves. Il m'a été répondu, en termes diplomatiques, que le niveau des études tragiques, au Conservatoire, était toujours le même. Je ne me permets point de tirer aucune déduction de cette déclaration, que je me borne à soumettre, monsieur le ministre, à votre haute sagacité. « M'étant rendu ensuite dans les classes de comédie, j'ai constaté que toutes ces demoiselles se sont fait couper les cheveux. Sans vouloir apprécier ici une telle initiative, j'ai cru pourtant pouvoir tirer, de cette différence entre les écolières des deux arts, une simple conclusion de fait, à savoir que la chevelure joue un rôle important dans les tragédies, et que, si celles-ci s'accommodent de certaines coupures, elles supporteraient moins aisément des coupures de cheveux. Une héroïne serait fort embarrassée de se présenter devant le public les cheveux épars ou en s'arrachant les cheveux, s'il lui manque de quoi réaliser ces impressionnants jeux de scène. « Je terminerai, monsieur le ministre, en indiquant que j'ai relevé chez les jeunes comédiennes quelques exceptions. es ingénues » ne se sont point débarrassées de leurs longues chevelures. Sans doute, dans leur ambition de jouer a vécun, veulent-elles attendre qu'elles aient abordé l'emploi des « mères n pour s'exhiber avec des têtes de petits garçons. 11 résulte de tout cela, monsieur le'ministre, que l'on doit



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :