Le Rire n°304 29 nov 1924
Le Rire n°304 29 nov 1924
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°304 de 29 nov 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 40,9 Mo

  • Dans ce numéro : cadeaux utiles.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
3. 10TRE beauté s'enfuit, Madame ?... mais c'est pour sn réfugier dans ce ravissant petit pot... En effet, par d'emploi quotidien de l'admirable Crème Cil BBS, vous retrouverez toute la fraîcheur et l'éclat de vos vingt ans ; c'est une recette infaillible contre les rides, le hâle, l'acné, les points noirs, en un mot tout ce qui désole une jolie femme et lui fait craindre un précoce vieillissement. La Crème de beauté G l BBS préparée comme tous les produits du même nom, avec une science et un art incornparables,bénéficie d'une expérience séculaire... Fondés en 1 7 1 2, la maison GIBBS est, en effet, la plus ancienne Maison de Parfumerie du monde entier et la plus célèbre.
TOMBÉ I)ES NUES Deux fois par semaine, M. Painlevé enseigne Ce n'est pas une raison pour être dans la lune quand la mécanique céleste à la Sorbonne... il préside les séances de la Chambre !... Il n'y a pas de considération au monde qui m'empêchera de vous dire  : 0 N'allez pas passer vos vacances sur une plage britannique. » Vous vous imaginez peut-être que c'est à cause de la question du change ? Oh ! ce serait une raison bien mesquine. Plaie d'argent n'est pas mortelle. Et c'est un danger de mort que vous courriez, si vous méprisiez mon cri d'alarme. Vous risqueriez de ne jamais revenir en France, par suite d'un décès prématuré. Vous seriez en train de vous promener bien tranquillement au bord de la mer, quand soudain le sol se déroberait sous vos pieds, et vous seriez englouti par les flots. Car il est inutile de vous cacher plus longtemps la sombre vérité. La Grande-Bretagne se rétrécit, et il y a des gens qui lui reprochaient déjà son étroitesse ! La mer, qu'elle avait l'orgueil de domestiquer, se venge sur elle en lui mangeant successivement et incessamment des morceaux dans la côte. On a calculé qu'ainsi, tous les cent ans, s'immerge dans les profondeurs humides une quantité de terrain équivalente à la surface du comté de Middlesex, dont le cher-lieu est Londres. En somme, la Grande-11 : etagne est une vaste omelette soufflée qui se désenfle peu à peu, un gros ballon qui se dégonfle sans faire marcher de petite musique, ce qui fait que personne ne s'en aperçoit. Mais bien que l'échéance ne soit pas pour demain, il faut tout de même prévoir le moment où la Tamise, la Clyde, le Forth, le Tay seront bus par l'Océan, où Chequers verra son dernier a'eek end, où Downing Street piquera une tête, où le Stock Exchange fera un plongeon, où Whitechapel boira un coup, et où le dernier Anglais, réfugié sur le dernier pouce carré de territoire, disparaîtra en brandissant la dernière livre sterling qui vaudra encore, mais pour la dernière fois, dans les quatre-vingtsix francs. Une telle catastrophe est-elle possible ? Un aussi grand peuple est-il destiné à succomber par les funestes effets du grignotement ? C'est peut-être pour échapper à une telle hantise qu'il vient de faire une campagne nationale contre les rongeurs. Il y a eu, dans tout le royaume, une semaine des rats, au cours de laquelle on a détruit vingt millions de ces grignoteurs. Autant de rats qui n'auront pas, guidés par leur instinct, à prendre la fuite avant que le navire s'abîme. Mais je me refuse à croire possible une telle éventualité. En tout cas, si elle devait jamais se produire, nos voisins et alliés LE RIRE DE LA SEMAINE pourraient compter sur une compensation. Car si l'Angleterre est en train de se ratatiner, la tête de M. Lloyd George est en train de grossir. Elle grossit même sans arrêt. Au cours de la réunion annuelle de la Société britannique de phrénologie, il a été, en effet, révéléque le tour de tête de l'homme d'État,qui mesurait vingt-cinq pouces, s'était développé d'unquart e pouce (six millimètres environ) en l'espace de huit ans.e parti libéral n'a pour ainsi dire plus de corps, mais il a une tête, une grosse tête. C'est un parti cachectique et mégalocéphale. Quoi qu'il en soit, le salut, est peut-être, non pas dans la tête de M. Lloyd George, mais sur sa surface sans cesse croissante. Le peuple anglais pourra un jour s'y réfugier et y grouiller sain et sauf. Mais, comme ce n'est pas pour tout de suite, il importe de conserver, jusqu'au moment décisif, le précieux personnage qui la porte. Une telle mission incombe tout naturellement au parti conservateur. ** En attendant qu'ils donnent leur dernière représentation, le jour où le flot de la mer recouvrira le flot  : les spectateurs, les théâtres de Londres gémissent sous le poids de l'impôt qui frappe leurs recettes. Il en est de même chez nous, saufg ue d'un côté du détroit on gémit en anglais et de l'autre fiançais. Pourtant un des théâtres londoniens les plus fréquentés, le Shaftesbury,.a cru trouver le moyen d'échapper aux dirimantes exigences au fisc. Son directeur a décidé d'admettre les spectateurs sur présentation au contrôle d'une boîte de chocolat au lieu du ticket ordinaire. Le prix des boites varierait, suivant la place, de un à dix shillings. Si le fisc anglais, dans cette affaire, ne se résigne pas à être chocolat, elle pourra être extrêmement fructueuse, car les mêmes boîtes de chocolat seront revendues indéfiniment. C'est pourquoi toute boite entamée devra être impitoyablement refusée au contrôle, ce qui permettra de remplir chacune avec des boutons de culotte. Le tout est de s'entendre. L'idée, en tout cas, est originale et pleine d'humour. Les directeursarisiens ne manqueront pas de l'imiter, en ajoutantquelques variantes dues à, leur fantaisie personnelle.'est ainsi, par exemple, que le public serait invité à apporter un collier au Chien qui rapporte, un bouchon au Singe qui parle,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :