Le Rire n°304 29 nov 1924
Le Rire n°304 29 nov 1924
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°304 de 29 nov 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 40,9 Mo

  • Dans ce numéro : cadeaux utiles.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
KOLOSSAL ! I1 pleuvait... pleuvait... pleuvait... Et dame, vous savez, la mer, quand il pleut... Lassés de bridge, repus de shimmy, écoeurés de roulette, fourbus de casino, les baigneurs de l'hôtel de l'Océan, bâillaient dans le salon... La pluie tambourinait aux vitres. On disait du mal du prochain, quand soudain, une petite rousse s'écria  : — Chic !... une idée !... On va s'amuser à celui qui racontera l'histoire la plus drôle !... Et, pour donner l'élan, elle en dit une aussitôt, où il était -question d'un flirt, d'un crabe et d'un maillot de bain. Par 1 entrain qu'elle mit au récit, par la prolixité des détails, nul doute que l'aventure ne lui fa à elle-même arrivée. Excitée, une vieille dame débita à son tour, une histoire de fleurs d'orangers, très polissonne, puis un éphèbe à la taille trop cambrée, quelques traits équivoques. On allait, sur cette pente, tomber tout de suite dans le graveleux, quand un Serbe, débarqué de la veille, prit la parole — Vous savez, dans mon histoire, il n'y a pas de petites femmes, mais quand même, en Serbie, nous en avons bien ri, car, pas plus que vous, nous n'aimons les Boches. Un Boche donc, c'était bien entendu avant la guerre, avait accepté l'hospitalité d'un de ses amis bruxellois, et dès le lendemain de son arrivée, ils sont, l'un guidant l'autre, dans les rues de la capitale. Voilà l'occasion de lui prouver, à ce Boche, (lue Bruxelles vaut bien Berlin et, tout lier de son rôle, le Belge, en premier lieu, le mène devant l'enfantelet, le tout impudique Mannekenpiss qui, candide, offre aux passants l'attestation de sa virilité. Pour les avoir, devant ce spectacle, observés maintes fois, le Belge reconnaît les réflexes de chaque nationalité  : L'Anglais prend un air choqué, ouvrant la bouche en ovale, comme une poule qui pond. Le Français se met à rire. Le Boche... Mais que va-t-il dire, le Boche ?... Tout d'abord, il ne dit rien. Il regarde, cherche à comprendre, puis ayant bien fixé le Manneken à la tête, aux pieds, au milieu du corps, il exhale, d'un ton où perce un peu de mépris  : — Très chou... très choli... certainement... Mais pas kolossal... — Pas kolossal ? Bien sûr !... Pauvre petit Mannekenpiss ! Le Belge réprime un haussement d'épaules et, un peu vexé, entraîne son hôte devant la Maison des Corporations. Appelant à lui toute son éloquence, il tente, en un suprême effort, de faire naître un mot d'enthousiasme. Il en chante l'élégante façade, l'harmonieuse simplicité et, quêtant une admiration Liqueur VENTE EN G,ItOS.., ET AU DÉTAIL 0 0 — J'ai de la meulière, des agglomérés, du carreau de plâtre... C'est pour construire ? — Oh ! non... Je voudrais simplement une brique  : c'est pour won lit ! Dessin deL. KERN. a cordial édoc — Et ça va, votre nouvelle bonne ?... — Oui, je crois que notre tête lui revient !... Dessin de J.-J. ROUbsAU. ou tout au moins un acquiescement, il se tourne vers le Boche silencieux. Tiré de sa torpeur, celui-ci comprend enfin qu'il lui faut dire quelque chose et, dédaigneux, secouant sa barbe rousse  : frès chou... Très chou... certainement... Mais pas kolossalL.. — Ah ! Tu veux du kolossal, mon bonhomme ! 11 n'y a que cela qui compte à tes yeux ! Tu veux du grand, de l'imposant, du majestueux !... Eh bien, tu en auras ! Et sans perdre de temps, les voilà tous les deux devant le Palais de Justice. Dominant tout Bruxelles, surmonté de son dôme énorme, il semble si disproportionné, si peu en rapport avec les merveilles délicates de la petite ville, que le Belge, sous son écrasement, lance un victorieux — Eh bien ? Mais l'autre, agitant de gauche drdite, püiS de drôitë gauche, sa tête carrée, où se balancd hi. plume du légendaire petit chapeau vert  : — Très choli... très chou... Mais pas kolossal !... — Pas kolossal !... Ah bien, (lue lui faut-il ?... Pag kolossal ! Le Palais de Justice ! Le Belge sent qu'il n'y a rien à faire. Il appréhende, devant chaque nouveau monument, cette même phrase décevante, et jugeant inutile une visite plus complète de la ville, il installe son hôte devant un bock et lui tient compagnie, tout en ruminant une malicieuse vengeance. Sans doute a-t-il trouvé, car son oeil soudain s'éclaire. Le voilà redevenu gai. L'heure s'avançant, il ramène son Boche au logis et, le laissant au salon, s'esquive un instant dans le jardin. Là, sut des feuilles de salade, sommeille Ursule, Ursule, sa belle tortue. Doucement, il s'en saisit et, comme un cambrioleur, s'assurant que personne ne le voit, il gravit à pas de loup l'escalier et, surla pointe des pieds, entre dans la chambre du Boche. Rapide, il s'avance vers le lit, ouvre le drap et, délicatement, dépose Ursule sur le matelas. Puis, léger comme s'il revenait de confesse, il redescend au salon et, jusqu'à l'heure du coucher, à table, au fumoir ensuite, fait prettve de l'innocence la plus naturelle. Onze heures sonnaient quand le Boche, après quelques bâillements, manifesta le désir d'aller dormir. En hâte, soucieux de s'assurer que son ami a dans sa chambre tout le nécessaire, le Belge l'y accompagne, y prolongeant la conversation, et attirant le Boche vers le lit, sous le prétexte de lui demander s'il a assez de couvertures. Mais à peine celui-ci y a-t-il jeté les yeux, qu'il aperçoit, bombant le drap, une masse mystérieuse. Et, l'ayant aussitôt dévoilée  : — Ach !... Qu'est-ce que cela ? — Cela ?... Oh ! Cela, fait le Belge s'approchant d'un air étonné, cela c'est une punaise... Une punaise bruxelloise... Alors, tombant dans le piège, l'autre, un peu myope peut-être, a, depuis son arrivée, son premier cri d'admiration  : — Une punaise bruxelloise ? Oh ! Kolossal !... Vraiment Kolossall... M.-L. ARSANDAUX. G.-A.JOURDE BOR DEAUX
PU13LICITIi ! PUt3LICITII ! — On ne parle plus de moi... — Suicidez-vous Dessin de Louis BOUAT.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :