Le Rire n°297 11 oct 1924
Le Rire n°297 11 oct 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°297 de 11 oct 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 64,6 Mo

  • Dans ce numéro : ultima ratio.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
A LA LAÏQUE Il faut que l'école soit accueillante et gaie. » (François ALBKRT, ministre de l'Instruction publique.) — Penses tu !... Ce sera toujours la barbe ! ! quelques passants, visiblement en proie au spleen le plus londonnien, errent à la recherche d'une improbable distraction... Je bâille et aussitôt mes confrères en cafard bâillent pareillement. — Quelle barbe ! nie dit l'un d'eux. En effet... Et quel coup de rasoir ! Tout métaphorique d'ailleurs. Car j'ai le menton plus bleu que celui de Brichanteau et, naturellement, tous les coiffeurs, peluqueros et autres hair dressers sont en famille. eux aussi ! Ah ! la famille !... Je commence à comprendre Troppniann(jRE assassina la famille hinck. Et cependant, les dimanches étaient beaux sous L'Empire ! *** Pas un agent à l'horizon... Les gardiens de la paix ont obtenu, comme tout le inonde, le campo dominical. Mais les cambrioleurs, pick-pockets, monte-en-l'air, apaches, etc., ne respectent pas la loi sacro-sainte du repos hebdomadaire. Ces travailleurs en mettent même un bon coup le dimanche ! Les assassins déployent le même zèle... Ils sanctifient à leur façon le jour du ft Saigneur ! Pendant ce temps-là, les détenus s'évadent à qui mieux mieux, car les gardiens de prison passent, naturellement, le dimanche dans leur home familial. Il est même question d'autoriser les prisonniers à en faire autant... Mais d'où vient cette fumée aveuglante ? Je me précipite.. Diable ! C'est le musée du Louvre qui est en train de flamber. Pauvre Joconde, que va devenir ton sourire ? Rien à faire pour la sauver. Car les pompiers ne sont pas de service le dimanche... C'est E'n vain que je brise la glace de l'avertisseur et que je vocifère dans une embouchure noire et silencieuse comme un gouffre sans fond  : — 11 y a le feu au musée du Louvre !... Personne ne répondra, personne ne viendra... Périsse plutôt la Joconde qu'un principe ! Nous sommes un certain nombre de badauds à contempler cet incendie qui est évidemment magnifique. Et l'un de nous finit par s'exclamer  : — Tant mieux, après tout... Cela nous distrait ! Navré, je m'éloigne... Mais voici qu'un monsieur court après moi et, d'un air affolé, me demande  : — Vous n'êtes pas médecin ? - Non, je suis géomètre-arpenteur. — Votre lemme est-elle sage, je veux dire ci sage-femme ? — Je suis célibataire de père en fils. — Ah ! monsieur, c'est affreux... Ma légitime vient d'être prise des douleurs de l'enfantement et pas un médecin, pas une accoucheuse ne veut se déranger sous prétexte de repos dominical ! Savez-vous ce que me répondent ces misérables ? Que tout doit être fermé le dimanche... Tout ? C'est facile à dire. Ils déchanteraient peut-être s'ils étaient à la place de ma pauvre Victorine ! Et le malheureux père en expectative de s'élancer comme un fou dans une rue encore plus déserte que les autres. Quant à moi, je continue ma promenade mélancolique dans l'immense ville morte. Tout est fermé, implacablement fermé. Mais non... Voici un immeuble dont les volets s'ouvrent à la lumière du jour. O joie ! ô bonheur ! Je vais entrer ài tout hasard dans cette maison où, sans doute, la vie continue... Hélas, l'énorme numéro peint au-dessus de la porte me fait comprendre aussitôt que je dois renoncer à ce dernier espoir... La maison, qui est close pendant la semaine, est ouverte le dimanche  : autrement dit, elle ne fonctionne pas. Que faire ? Je pense très sérieusement à me marier, à me suicider ou à passer tous mes dimanches à Londres. P.C.C. Clément VAUTEL. LA MODE PRATIQUE. — Madame pourrait peut-être les emporter dans son chapeau !... Dessins de MARS-TisicS.
ENCOURAGEONS LA NATALITÉ ! LA SAGE-FEMME. - C'est un beau gros garçon I... — Mes compliments, en voici un second !... — Un troisième !... Et je crois bien que ce n'est pas fini 1... L'HFUREUX PÈRE. - Bon !... Alors je vais faire un tour... Rangez-les comme il faut  : on les comptera après ! Dessin de Ch. GENTY.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :