Le Rire n°288 9 aoû 1924
Le Rire n°288 9 aoû 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°288 de 9 aoû 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 52,4 Mo

  • Dans ce numéro : le chirurgien.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
— All right ! Alors, consentez à une diminution de l'indemnité allemande... — Soit. Mais parlons un peu de ce que doit la France à son amie l'Angleterre. — Dans les affaires, pas d'amis, m'a répondu Mac Donald... Vous savez ce que vous nous devez. Qua:ia nous paierez-vous ? Jeudi. — Mac Donald vient de me dire d'un air extrêmement solennel  : — Vous allez avoir l'honneur d'être reçu par Sa Majesté. — Ah ! oui, ce vieux George ! Ce sacré travailliste m'a paru très scandalisé. — Voyons, lui dis-je, nous sommes entre démocrates... Les Majestés, ça nous fait rire. — Pas quand elles sont anglaises ! — Vous n'êtes donc pas républicain comme moi ? — Pas du tout, m'a répondu Mac Donald d'un air offensé, je suis le plus obéissant des sujets de Sa Majesté le roi de Grande- Bretagne et empereur des Indes. La réception royale à Buckingham-Palace n'a pas différé, en somme, des fêtes officielles de l'Élysée. Mais quelle dévotion mdnarchique chez ces ministres que je croyais imprégnés d'un socialisme très égalitaire ! Ah ! la révérence de Mac Donald devant son King et sa Queen ! Le roi m'a dit avec bonne grâce  : — J'espère que la Conférence se terminera à la satisfaction générale. — Si cela ne dépend que de moi, répondis-je... Mac Donald, qui assistait à l'entretien, prononça  : — Justement, cela ne dépend que de vous ! Certes, je suis plein de bonne volonté, mais enfin... Vendredi. — Ces diables de financiers anglo-américains deviennent encombrants. Ils parlent haut et tout le temps. Evidemment, ils se croient les maîtres. Et peut-être le sontils... En tout cas, Mac Donald les écoute avec un respect extraordinaire. Pour lui, ils sont la loi et les prophètes... Un peu agacé, je me suis écrié  : — Au-dessus de la finance, il y a la démocratie... — Non, m'a dit le Premier britannique, au-dessus de la finance, surtout quand elle est anglo-saxonne, il n'y a rien ! Samedi. — M. Mac Donald n'a pas cessé, depuis quelques jours, de me répéter  : — En France, vous êtes de furieux militaristes ! Vous avez une armée exagérément nombreuse... — Songez, répondis-je, que nous ne sommes séparés de la puissante et haineuse Allemagne que par le Rhin, lequel est infiniment moins large que la Manche... — Il y a trop de régiments français, trop de canons français et, surtout, trop d'avions français ! — Mais... — Beaucoup trop indeed ! C'est inquiétant pour vos voisins... Il semble que ce soit là une idée fixe chez cet excellent,Mac Donald. Peut-être d'ailleurs a-t-il quelque peu raison... Je suis même disposé à lui donner satisfaction en diminuant le nombre de ces régiments, de ces canons, de ces avions. La paix par le désarmement, c'est un système qui me plaît assez. Aujourd'hui, Mac Donald m'a conduit à la revue navale de Spithead... Cent quatre-vingts navires de guerre étaient alignés. Ah ! il y en avait des canons ! Et sur cette Armada formidable planaient des nuées d'avions... — Voilà, dis-je à Mac Donald, une manifestation qui n'a rien de très pacifiste ! — Au contraire, me dit-il, c'est cette home fleet qui assurera la paix. — Quelle paix ? — La paix anglaise ! Il n'y en a pas d'autre... Et, pendant plusieurs heures, Mac Donald m'a montré orgueilleusement toutes sortes de redoutables navires qui s'appellent Furor, Devastation, Terrible, Implacable, Indomptable, etc. — Au moins, lui dis-je, vous pourriez les débaptiser et les appeler Fraternity, humanity, Pacifist, Travaillist... — A quoi bon ? me répondit-il avec un étrange sourire... Ce seraient toujours les mêmes bateaux ! Clément VAUTEL. PROJETS DE DÉPART — Alors, la mer ou la montagne ? — Ça dépend ! Si je pars avec André, j'irai à la mer ; si c'est avec le vieux, ce sera la montagne  : ça me calmera ! Dessin de F. FA.sIAiIO.
t1 1.111 Il est question de décerner, cette annte, à M. Mac Donald, le prix Nobel de la Paix. EN REVENANT DE LA REVUE... i N..te.. `, f I sil EspIUMANDF f 34>er — En attendant, à moi le prix de la guerre ! Dessin de Nos. 1W I ilnt...i1c. 3 e



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :