Le Rire n°282 28 jun 1924
Le Rire n°282 28 jun 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°282 de 28 jun 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 43,5 Mo

  • Dans ce numéro : hotel du commerce.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
L'ÉCOLE DES CANCRES — Petit paresseux, ton professeur nous écrit qu'il n'a rien pu faire de toi, cette année... — Quand je vous disais qu'il n'était bon à rien ! Dessin de R. CHANCEL.s. ! J'en tutoyais, jadis, quelques-uns. Plus maintenant, ah ! non ! Je leur serre la main, dans les couloirs, c'est tout... Et je ne leur demande, en fait de faveurs pour mes électeurs, parents, amis, etc., que le strict minimum. Encore, ai-je adopté un air froid, distant, très digne. Eux se montrent plus aimables que jamais. Ils ont le sourire... Moi, je ne l'ai pas. Incorruptible, vous dis-je. Un collègue — il est de la majorité, lui ! — m'a même dit  : — Vous exagérez ! — Vous croyez ? — Oui, et permettez-moi d'ajouter que cela vous donne une ligne un peu... un peu... — Ridicule ? — Mettons provinciale. Que diable, il faut être un peu plus parisien, un peu plus sceptique ! Nous sommes faits pour vivre ensemble pendant quatre ans... Allons-nous nous regarder en chiens de faïence pendant tout ce temps-là ? Ce serait bien long, bien ennuyeux... Et puis, vous n'êtes pas de ceux que l'on se résigne à voir bouder, obstinément. Une intelligence, un talent comme les vôtres vont-ils s'annihiler dans une opposition d'autant plus stérile qu'elle sera plus intransigeante ? Ce serait dommage pour la République et pour vous... — Ma conscience... — D'ailleurs, M. Herriot a pour vous beaucoup d'estime, beaucoup de sympathie... Il se plaint de ne jamais vous voir à la présidence du Conseil. — Ah !... — Oui, il serait heureux de s'entretenir avec vous de la situation. — Il vous a chargé de me le dire ? — Pas tout à fait... C'est un désir qu'il a exprimé devant moi. — Vous comprenez, dans ma situation... — Il s'agit, mon cher, des intérêts supérieurs de la France. En pareil cas, nous avons tous le devoir d'oublier nos ressentiments personnels, nos... — Soit. J'irai voir Herriot. Mais j'ai comme une idée que ça va chauffer. Ça n'a pas chauffé du tout. Herriot a été charmant. Il m'a dit ce mot (lui m'a touché  : — J'aime votre loyauté... Ah ! si tous mes amis étaient aussi loyaux que certains de mes ennemis ! Puis  : — Nous sommes séparés par des souvenirs, mais des espérances nous rapprochent. Ce que vous voulez, je le veux aussi... Il n'y a contradiction que sur la méthode à employer. Mais aidez-moi, conseillez-moi... Nous avons longuement causé. Je lui ai parlé du relèvement du franc, des réparations, de la Ruhr et de nia petite amie Reine d'Anchois, qui rêve d'être engagée à la Comédie-Française. Herriot m'a promis d'insister auprès de Fabre à la première occasion. Décidément, ce Herriot a de l'envergure... ** Son discours d'hier était magnifique. Je l'ai applaudi, — courageusement. Mes voisins paraissaient surpris, voire indignés. Ce sont des sectaires ! *** Je viens de voter trois fois de suite pour le gouvernement. Le ministre de l'Instruction publique m'a dit dans les couloirs. — C'est fait pour Mile Reine d'Anchois... Fabre l'attend à la Comédie-Française pour signer. Un imbécile de l'opposition à outrance m'a lancé  : — Saxon !... Saxon, moi ? Mais pas du tout... Le gouvernement fait des choses que j'approuve, pourquoi donc voterais-je contre lui ? *** Majorité, minorité, ce sont des mots de bas politiciens. Et puis, je ne veux obéir à aucune consigne... Je suis libre, Dieu merci, et j'ai ma conscience pour moi. *** On m'a vaguement parlé d'une mission, d'un haut commissariat, que sais-je ? Je suis à la disposition du pays. C'est ce que je dirai à M. Ilerriot s'il me fait appeler... J'ai même bien l'intention de poser ma candidature. Au fait, si j'allais le voir demain ? P.C. G.  : Clément VAuTEL. N OTAIRES A PAF21S PIÈCES A FOURNIR - Voici, maître, l'acte de décès de ma lemme... —'Près bien, très bien !... C'est déjà une excellente chose. Dessin de MARS-TRICK.
ANTICIPATION — Tiens, vous êtes en demi-deuil ?... Vous avez donc perdu quelqu'un ? — Non, mais ma belle-mère est très malade. — Oui, je comprends  : à moitié morte. Dessin de F. FABIAN°.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :