Le Rire n°281 21 jun 1924
Le Rire n°281 21 jun 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°281 de 21 jun 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 46,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'ouverture.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
PLUS DE MAUi D'ESTONIACV Si cous souffrez de dyspepsie, d'indiges tion si vous ressentez'des dol. leurs'aprèè` manier, des symptô mes de gastrite, des aigrurs ou autres troubles stomacaux dus M'excès d'acidité ou à la fermentation des `aliments dans votre estomac — et 90 pouricent des maux d'estomac proviennent de des causes-là — allez chez votre pharmaêlen et achetez un flacon de Magnésie Bismurée. Dès votre prochain repas ou si vous sentez une douleur, prenez-en une"demi cuillerée à café dans un -peud'eau et vous remarquerez combien rapiderdent toutes douleurs, tous malaises se dissipent. Ce succès, qui ne se dément pour ainsi dire jamais, est dû au fait que la Magnésie Bismurée (marque déposée) neutralise instantanément l'excès d'acidité et arrête la fermentation, permettanVainsi une digestion normale et saine. Etairt absolument inoffensif et son prix étant peu élevé ce simple remède devrait toujburs être sous la main de ceux qui recherchent l'économie et lathonne santé. Le MeilIcurLaXati 4makutaxatif dépurati deV un peulgraiü'a..repasueffet ! e lendemalarinatiit nettoie'l'estomacs et l'intestin chu se ettpurifie -le sang... I LE FLAGON- 1:LE'GRAND FLACON 20/pour'3 mois pour 6 mois., S =ivripouw'c.OMpRzb 1.1 ; Rug Joseph Biwa ; PARIS'(61 ET TOUTES PHARMACIES. R.C. Paris 46.744 rue Halévy RASCORE i°'(Opera) Demander catalogue 25, rue Mézn g ue, Paris RICHARD Chemins defer de Paris à Orléans'et du Midi et Compagnie Internationale deli°Wagons-Lits Réiàblissement pendant la Saison d'Été entre PARIS, BORDEAUX,'BIARRITZ, HB`NAYE,` (Correspondance de ou sur - MadridtPAU, LOURROES, PIERREFITTE-NESTALAS(Cauterets,Luz-St-Sauveur) et TARBES du Train rapide de Luxe " PYRENEES-COTE -D'ARGENT " HORAIRES I. — Aller du 31'Mai au 3 Nov. 1924 (inclus) Paris-Quai d'Orsay. départ 2011.15. Arrivée Bordeaux Saint-Jean, 3h. 59. Biarritz-Ville 7h. 25. Saint-Jean-de- Lus 7h. 35. Hendaye 7h. 53. Madrid (Nord) 21h. Io. Pau Lourdes 8h.3î. Pierrefitte-Nestalas qh. 17. (Cauterets loll. 12. Luz-Saint-Sauveur Io Ii. 0S). Tarbes 9h.0 II. — Retour du l'or Juin au 4 Nov. 1924 (inclus) Départ Tarbes2oh. t3. Pierrefitte-Nestalas 20 heures. (Luz-St-Sauveur-18h. 55. Cauterets 19 heures.) Lourdes 20h. 49. Pau 21 hi 36. Madrid"(_Nord) eh. Hendaye 2 ! h. 15. Saint-Jean-de-'Luz'2ih. 31. Biarritz-Ville 21h. 33. Bordeaux Saint-Jean I 11.23. Paris-Quai d'Orsay arrivée toh. 19. Wagons-lits, -avec places de lits et couchettes, Paris- Biarritz, - Pairis-Iron, Paris-Pierrefitte-Nestalas (Tarbes à partir du 6 octobre). wagon-Restaurant Paris à Saint- Pierre-desLCorps et vice versa Renseignements et location à Paris  : à la gare de Paris- Quai d'Orsay, à l'Agence Orléans-Midi, 16, Boulevard des Capucines, au Bureau des Renseignements,'126, Boulevard Raspail, ainsi qu'à l'Agence de la Compagnie des wagons- Lits, 5, Boulevard des Capucines. HOTEL des CÉLESTINS m dérés" Chambres de Voyageurs - Chauffage central -Eauehatbde English spoken - RIGOUREUSE PROPRETE 1,r. Charles-V et 17,r. du Petit-Musc, Paris (4e) Métro  : Bastille ou Saint-Paul. — Teléph.:(Archives'6041"q LE G LYPHOSGOPE a araS itM, gXCURSI0Ns SEUL VERSIGNY apprend à bien conduire à l'élite'du Monde élégant sur toutes les Grandes Marqués 1924, COURS D'ENTRETIEN ET DÉPANNAGE GRATUIT'87, av. Grande-Artnée et 1 62, av. Malakoff à l'entrée du Bois de Boulogne — Métro  : MA'ILLOT'Jr.1 HOTEL— RESTAURANT GIQUEL 1Téléph. 130 -o à R U E l L'Ouvert toute l'année EAU COURANTE CHAUFFAGE CENTRAL - Déjeuners - Thés - Dîners Jardins et Terrasses avec vue pittoresque sur la Seine LOCATION DE CANOTS J Hôte l Restaurant AVANNEgotG 11 Fontainebleati Situation taühUe sur le Loinâg - Confort moderne j— Grand- Garage Tél:n. zo R.C. Montereau 149i L s-r- a- I -r-I-=- Y-i HOSTELLERIE DUBOIS JOLY Ki1.104, TILLIÈRES-sur-AVRE (Eure) Tel. 12 La plus curieuse et élégante étape pour Bagnoles, le Mont St-Michel, Deauville, par Broglie. DÉLICIEUX SEEK-END Chasse Pêche CHANTILLY - HOTEL DU GRAND CONDÉ Ouvert toute l'année L'Hôtel le plus Confortable, le Restaurant le meilleur — aux prix les pltis bas — des environs de'Paris. AUBERÏE de'Ia -POMME'D'API VIEL, Propriétaire LOUVE - CIENNËS (S-81.0.)— Téléph.'Bougival 138 Route de Saint-Germain â Deauville GRAND'GARÀGE. COUVER1'POuRYOO VOITURES ; lerité -mdisàn  : PARIS'- Restaurant VIBL LES DINERS - SOIREES DU Ft0:11,1 A N 0" Cheque soir, éu ltner Léon ZIGI R `et son orchestre On danse du Dîner à Mihuit. JAZZ-BAND. — AT`TilACTIONS'et - (Nl'ERMEDES nouoettux cltatue semaine.-`', Déjeuner 17 fr. Diner 22 fr. Chiinpagne"45 fr. Consommallons6fr. - 14,1. CAUMARtIN kt.C. Seine 104.142 POut'les débutants LE GLYPHOSCOPE5.'3r - a les qualités foMamentalesdu Vérascope les qualités fondamentales - du Vérascope v, onfasse. û.. !'LE Quoi qu'onfasse. andarin sera toujours préféré aux Amers et Bitters.
Dessin de G. P:kvis. Grand. scandale au Théâtre-Français. Les tragédiens du comité ont reçu une comédie de M. Gandéra intitulée'(les journaux étaient inexactement renseignés) Nicole et son vice. Et les comédiens du dit comité protestent en disant" — Une pièce oit, au second acte, tous les personnages sont en caleçon de.,bairil dur_ui, nous prend-on ? Me Emile'Fà ries ; ttoujours "grave comme un. pape, déclare  : — Ld..pi ce:dei.'YGt.ndera est reçue. Mais j'empêcherai bien qt on lai joue:" M.'Gandéra, lui, affirme  : — On la jouera ! Et il ! t'imite — Rien n'est-exagérément léger-dans ma pièce, ni le sujet, ni le texte, ni les costumes... L'affaire en est là. Nous verrons bien comment'elle tournera... Mais peut-être serait-il intéressant, en attendant les événements ; de &tuner un aperçu de Nicole et son vice. Cette comédie est-elle vraiment si libertine ? Choquerait-ellet.le Public de la Comédie-Française ? Ferait-elle scandale dans la Mmmmaison., où triomphe, certain soir, la seringue de Diafoirus ? Nous allons en juger, puisque, moyennant quelques espèces glissées dans des mains infidèles, nous avonspu. nous procurer le manuscrit de ; M. Gandéra. Voici le résumé de cette pièce dont tout'le monde parle et que peu de gens connaissent. ACTE PREMIER. La scène se passe à Cyther's Palace >. Le décor représente, une chambre à coucher, avec lit de milieu ; 'tr*sbas et pourr, trois personnes au moins. Aille SOREL, en chemise, étendue sur le lit et ficmant Une ciga rette. — Dire qu'il y a place pour trois et que je suis toute seule ! (Entre lue Bovy,'èn combinaison vieux-rose.) JEUNESSE D'AUJOURD'HUl'— Comment, la jeune fille ne vous plaît pas ? — Heu !... je la trouve un. pe'u'efTeinin&e.. LA FANTAISIE DE LA SEMAINE NICOLE ET SOM  : VICE,:. Mlle BOVY. — Tu t'embêtes ? Ben, et moi donc !... Mlle SOREL. — Je m'appelle iNieole ; comme toutes les'jeunes personnes dessalées qui veulent vivre leur vie... Ah ! s'appeler Ni-eo4aiet n'avoir pas d'amant'l..'. C'te.st ididti Ml1 `BOvY  : —En ef%t'. M6i,11'ei ai'cinql.'Mile SOREL. — Veinarde ! (Soupirant.)'J'ai vinât-deux- anse et je m ; embête ! (Elle sonne.). (Entre, taisoubrettd)(M'le de'Ghd`uveran),} simplement vêtue de bas muirs'pet'd'r n tablier minuscule.) Mlle L E CHIUJVERON. Mâdeinoiselle ? Mlle SOREL, s'étirant. — J'avais" sonnes le.garçon ! Mile DE CHAUVERON.. — Il  : est en ! train, de s'habiller.. Mlle SOREL. — Pas la peine... Qu'il vienne...camme.il:éstm (Entre-le. garçon')(M1I.. Geaillard) ; vêtu d'un- gilet de.rflane'lle.). M. GAILLARD. — 1%6 v'ia " ! Mil'SOREL ; le lorgnant..— Plis mal bâti... Enlevez- donc.ce gilet ; qu'on-vous-vole, un pe,u. ! M. GAILLARD. — C'est facile ! (Il Obéit.) (Mais la porte du fond s'ouvre brusquement. Un. homme (M. vain) que recouvre-d peine un-cache-sexe, se'précipite avec des gestes- furieux.) M. SILVAIN. — En voilà assez ! Nicole, vous'm'avez trompé l MUe SOREL'.',— Mil ? M. SILVAIN. — Oui, VOUS ! Mlle SOREL. — C'est possible... Maïs sachez, monsieur,'que c'est au'iom}de'la ; beautés:. Je Ruisl,belle et vous.:. AI.>'SILVAIN  : Assez' ! Vousme faites.mal. !. (Il c sonne.). (Entre un jeune-homme (M.'Alexandre) "en caleçon de'bain.) M. SILVAIN, à Alexandre et lui montrant -M 1d Sorel. N'ëst-ee pas que vous êtes son amant ?



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :