Le Rire n°278 31 mai 1924
Le Rire n°278 31 mai 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°278 de 31 mai 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 40,7 Mo

  • Dans ce numéro : la nouvelle robe.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
P. THIBAUD et C'° 22. Rue de Marignan PARIS'Usine â la Plaine-Saint-Denis (Seine). Les qualités éparses dans tous les produits actuellement existants sont réunies dans la POUDRE DE BEAUTS et la CRÉME DE BEAUTÉ de TOUTES au parfum capiteux des fleurs étranges.
INTERVIEW CÉLESTE — Et pour le jugement dernier, Seigneur, un coup de trompette ?... — Oh ! ! non, c'est bien démodé  : un haut-parleur ! Dessin de J.-J. Roussie. Je connais Léon Blum depuis de longues années. Nous avons été tous deux rédacteurs au Matin, en ces temps bénis qui précédèrent la guerre et où régnait = à notre insu — une douceur de vivre que nous ne retrouverons jamais. M. Léon Blum n'était pas encore député.'Il exerçait les fonctions d'auditeur au Conseil d'État et dans les salles de spectacle  : riche amateur dans l'Administration comme dans le j ournalisme, il tenait, chez M. Bunau-Varilla, le sceptre de critique dramatique. Ce joli garçon au teint de lys et de roses, ce boulevardier élégant et spirituel ne se souciait pas alors des questions diplomatiques et financières. Il n'avait rien, de commun avec la Sociale et les soirées bien parisiennes l'intéressaient plus que le grand Soir. Il parlait avec un sérieux infini du vaudeville de la veille et de l'opérette du lendemain  : Léon. Blum était — ou semblait être — le type accompli, banal au surplus, du bureaucrate qui s'est emp1aré d'une rubrique théâtrale et oublie avec joie, dans les coulisses, les plats soucis et les ennuyeuses besognes de l'Administration. Bourgeois, il l'était, et avec quelque morgue, comme il convient à un monsieur qui, tout jeune,'.a déjà.droit à un habit brodé, fréquente les grands personnages et porte le ruban de la Légion d'honneur. M. ; Léon Blum ne fréquentait guère les simples rédacteurs du Matin  : songez donc, des gensde rien qui ne font pas du tout partie du Conseil d'État ! Ces gens de rien, ces plumitifs négligeables étaient condamnés au journalisme à perpétuité... M. Léon Blum, lui, se savait promis à un plus beau destin. LA FANTAISIE DE LA SEMAINE NAPOLÉON BLUM Nous, pauvres types, nous sommes restés des petits bourgeois. M. Léon Blum, lui, est devenu un de nos grands révolutionnaires. Il a fait son chemin, le gaillard ! Son habit brodé, il 1'a jeté aux orties ; son ruban rouge, il ne le porte plus, et il a lâché le sceptre d'Aristarque pour la torche incendiaire. M. Bluni ne donne plus des conseils à l'État  : il prétend. le gouverner. M. Blum n'était que, Léon  : il est en train de devenir le Napoléon de la Sociale. Mais. c'est un Napoléon avec binocle. ** Pendant la guerre, la fantaisie française voulut que les services du ravitaillement fussent confiés à Marcel Sembat, autre bourgeois dilettante, aristocrate et humoriste... La di§ette de combustibles compromettait le moral des populations, car si ça chauffait au front, ça ne chauffait pas du tout a Paris. Marcel Sembat résolut de prendre un collaborateur compétent et énergique. Qui choisit-il ? M. Bernot, M. Dehaynin ou le « grand Bougnat » ? Pas du tout... Il choisit le critique dramatique du Matin ! C'est M. Léon Blum qui se chargea de résoudre la question du charbon... Comment il la « solutionna », vous vous en souvenez, ô Parisiens ! Le soir, le charmant Léon se réchauffait personnellement dans les coulisses et les loges d'actrices... Il obtenait de grands succès  : pensez donc,'il : pouvait'offrir de l'anthracite — et vous



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :