Le Rire n°278 31 mai 1924
Le Rire n°278 31 mai 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°278 de 31 mai 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 40,7 Mo

  • Dans ce numéro : la nouvelle robe.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
LA CHAMBRE DE BONNE — Écoutez, Léontine, préluda M. Pomme en quêtant après chaque phrase l'approbation de son épouse, vous savez combien Madame et moi nous tenons à vous. Si, si ! Je veux vous le dire franchement  : nous tenons beaucoup à vous, ma fille. Sans vouloir froisser votre modestie, je puis bien vous déclarer que vous êtes la perle des bonnes. Malheureusement... hum !... l'arrivée... hum ! l'arrivée inopinée d'un parent qui vient de Chine... de Chine, vous m'entendez ?... et qui n'a pas de logement à Paris, puisqu'il vient de Chine, nous oblige à nous séparer de vous pour lui réserver votre chambre. Ce n'est pas sans tristesse que nous... que vous... — Moi aussi, répliqua Léontine d'un air ému, je tenais beaucoup à vous, à vous et à Madame. Si, si, laissez-moi vous le dire en toute sincérité  : vous me conveniez parfaitement. Mais l'arrivée de M. votre parent qui vient de Chine — c'est bien de Chine, n'est-ce pas ?... — est d'autant plus opportune que j'ai moi-même un oncle qui arrive de Calcutta etui désire me garder dorénavant auprès de lui. Ce n'et pas sans mélancolie que je... que... — Alors, Léontine, vous partirez demain ? Notre parent arrive deux jours et... — Je m'en iraiaujourd'hui même si Monsieur me le permet, car mon oncle débarque cette nuit et... — Ouf ! s'exclama M. Pomme quand Léontine fut partie. Je suis content de m'être tiré avec tant d'adresse de cette démarche délicate. Il faudra vite faire mettre cette chambre en ordre, puisque notre Olympique arrive demain... — Pourvu que je trouve une femme de ménage ! — Bah ! quand je dis mettre la chambre en ordre, j'exagère peut-être. 11 ne doitas faire sale, là-haut ! Léontine est une fille convenable et sa ambre ch et certainement très habitable. Avec un coup de balai, cela pourra aller sans doute... — Tu ne t'imagines pas que je vais aller balayer moimême ?... — Et puis, tu sais, je parle d'un coup de balai, mais ce n'est pas indispensable. Je n'ai pas écrit au Comité olympique que LE GENDRE EST SANS PITIÉ Mes pauvres enfants, je n'ai pas pu venir vous voir plus tôt  : je suis restée huit jours aut... — Avec qui ?... Dessin de Raymond PALLIER. NOS PAYSANS — Vous ne l'envoyez plus en classe ?... Il ne saura ni lire, ni écrire !... — Vous en faites point !... l'sait compter, ça suffit ! Dessin de M. SAUVAYRE. Liqueur eordial = édo j'avais une chambre luxueuse. J'ai mis dans mli lettre belle chambre confortable dans immeuble moderne » ! D'ailleurs, à raison de cent francs par jour, notre locataire ne doit pas espérer être logé dans un alace. Je regrette même d'avoir fixé un prix si ridiculement bas Sacrifier Léontine o p ur trois mille francs par mois !... Ce fut un athlète couleur chocolat, fraîchement débarqué des Îles Fidji, qui profita de ce sacrifice, moyennant un mois de loyer payé d'avance. Il eut le bon goût, peut-être parce qu'il ne savait pas un traître mot de français, de ne pas mettre en doute le confort moderne de sa chambre, confort qui consistait en un broc fêlé pour l'eau froide, en un broc plus petit mais aussi fêlé pour l'eau chaude, en un seau de toilette dernier modèle et en un verre à bordeaux désaffecté, consacré exclusivement à la toilette de la bouche. M. Pomme, qui comprend toutes les situations, souligna d'un ton bon enfant le dernier avantage de ce logement. — Vous pouvez recevoir qui bon vous semble, hé ! Vous saisissez Pas besoin de vous gêner, car vous disposez d'une entrée particulière. Et il désignait d'un geste magnifique l'escalier de service. L'autre comprit-il malgré son ignorance des finesses de notre langue ? Toujours est-il que M. Pomme qui, par simple curiosité, guettait les allées et venues de son locataire, le vit rentrer dès le premier jour en compagnie d'une petite femme dont il n'aperçut d'ailleurs que les reins cambrés sous le tailleur outrageusement collant. — Hum ! fit-il, selon son habitude. II ne perd pas de temps, ce garçon ! Si Léontine se doutait de ce qui se passe dans sa chambre !... Pauvre fille !... Elle qui est si innocente... Le lendemain matin, M. Pomme se trouva comme par hasard dans l'escalier de service quand l'athlète couleur chocolat descendit en compagnie de sa conquête. — Corbleu ! Léontine !... s'exclama-t-il soudain. — Aïe ! Monsieur Pomme !... balbutia l'autre. Et, comme ils étaient face à face dans l'escalier trop étroit, ils ne purent s'éviter. — Je ne me doutais pas que votre oncle..., persifla M. Pomme. — Vous ne m'aviez pas dit que votre parent..., ricana Léontine. Mais ils n'en dirent pas davantage parce C que l'oncle et le parent tout à la fois les regardait d'un oeil inquiet. GoM GUT. G.-A.JOURDE 1 BOR DEAUX
EN NOIR ET EN COULEURS ou L'ART DES MÉLANGES A LA PORTÉE DE TOUS Tango, tete de nègre et chair, ça fait chocolat. Azur et verdure, un beau brun, des reflets blonds, ça donne de beaux marrons. Rose et bleu horizon, bien mélangés, ça fait un gentil petit bleu. Le mélange gros rouge et le lie de vin donne tout à fait gris. Maintenant, un gris, bien gris, et un noir, bien noir, ç:a finit fear faire Carmen (pardon, carmin !) Et or et argent, prodigués à bon escient, font blanc comme neige ! Dessin de J.-J. ROUSSAU.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :