Le Rire n°272 19 avr 1924
Le Rire n°272 19 avr 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°272 de 19 avr 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 42,3 Mo

  • Dans ce numéro : le problème de la natalité.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
L'IRRÉSISTIBLE — C'est la troisième qu'il entraîne depuis ce matin ! — Et pourquoi ?... Parce qu'il a des chaussettes de soie ! Dessin de H. MIRANDE. RENSEIGNEMENTS A Paris, un appartement quelconque. Midi  : une clé dans la serrure. La porte s'ouvre  : apparaît la bonne balle réjouie de Monsieur. Il a faim, cet homme, et tout de suite son regard, son regard de toutou en quête d'un os, explore la salle à manger. Désillusion !... Rien, hormis une salière vide oubliée sur le buffet, ne décèle qu'on pense ici à déjeuner. Impudemment couché, en travers de la table, gît un balai narquois, tandis que lamentable, à l'espagnolette, pend un inutile plumeau. Alors, quoi ? On jeûne aujourd'hui ?... Eh non ! car voilà justement, au nez frétillant de Monsieur, une forte odeur de graisse brûlée. Courageux, tel un pompier à l'échelle, il s'élance vers l'incendie, et, entr'ouvrant la porte de la cuisine  : — Eh bien !... qu'est-ce qui sent comme ça ?... Je crois, mon petit chou, que... — Oui, là !... Ce sont ces saletés de côtelettes qui ont un peu attaché 1 — Un peu ! —...turellement ! Des reproches !... Fais-les donc toi-même, tes côtelettes... Mais fais-les donc ! Ce n'est pas mon affaire. — Ah ! ah ! tu flanches !... tu flanches !... Tu ne serais même pas fichu de les faire brûler, toi !... Tu les mangerais crues ! — Voyons, ma chérie... — J'en ai plein le dos, moi, à la lin, de faire la bonne !... J'ai des ongles, tiens, j'en ai honte !... — Est-ce ma faute si Adèle est partie ? — Sûr !... Tu n'as pas voulu l'augmenter ! Argument sans réplique. Le pauvre mari reste coi. Un silence pèse, parfumé de graillon. Puis, timidement, Monsieur, enfin, ose interroger  : — Alors, qu'est-ce qu'il a fricoté de bon, ce petit coco-là ? — (Rogue.) Côtelettes. — Je vois. Et avec ça ? Nouilles. — Encore ! — Quoi, encore ?
— Oh ! rien. Seulement, il me semble... Hier, nouilles ; avant-hier, nouilles ; dimanche, nouilles ; samedi, nouilles ; depuis quinze jours, nouilles, et encore à midi, nouilles !... J'aime bien les nouilles, ruais enfin... — Non ! Mais « Môssieu N croit-il que je vais passer mon temps à lui faire des pommes de terre frites ou à pleurer sur des petits oignons ?... Grand merci !... Des nouilles, ça se fourre dans l'eau et ça cuit tout seul ! Et maintenant, déjeunons ! Au milieu de la table, suintant une graisse noire, gisent les côtelettes demicalcinées. A leur suite, les nouilles, flasques, gluantes, anémiques et molles. En vis-à-vis, Monsieur et Madame, mourant de faim, mais rassasiés déjà devant ces victuailles. Aimable toutefois, Monsieur rompt le silence  : — Dis-moi, mon loulou, tu n'as pas reçu de réponse à l'annonce ? — Bien sûr que non ! Tu as toujours des idées soi-disant merveilleuses. Seulement, comme résultat, ça ne donne rien ! — Autant que les bureaux où tu n'as trouvé personne. — (Aigre.) A t'entendre, il suffisait de mettre une annonce dans un journal départemental quelconque pour qu'aussitôt nous arrive, du fond de sa province, une perle à 8o francs par mois !... Je l'attends encore, ta perle !... Un violent coup de sonnette l'interrompt ; Monsieur se précipite, et plaisantant  : — La voilà peut-être !... Puis, comme il revient, une lettre à la main  : — Tiens ! tiens ! Serais-je extra-lucide ?... C'est de Choisy-sur- Orne, et n'as-tu pas inséré l'annonce dans... — Dans la Feuille de l'Orne, si ! Donne !... Mais donne vite D'un index rapide, voilà l'enveloppe déchirée, et, sur un vulgaire papier quadrillé, une grosse écriture malhabile qui monte au grenier et descend à la cave  : 44 Monsieur et Madame, j'ai vu votre demende que moi ci ça « you vat que you cherché une bonne que you payé le voyage qui soi au couran qui voudré venir à Paris je you salu Mon- A MALIN, MALIN ET DEMI — Il est rudement malin, mon petit ! A son âge, il marche déjà tout seul. Et le mien, donc ! A son âge, il se fait encore porter. Dessin de R. CHANCEL. çA, C'EST UNE AFFAIRE ! — Épouse indigne ! Je vais, de ce pas, querir le commissaire. — Faites, mon ami... On dit que c'est un bien bel homme ! Dessin de Roger VRAI. « sieur et Madame que je sai faire auçi les lecive que j'ai bien « l'honeur de mes homage. Célestine VARcxou, « à. Choisy-sur-Orne. s Du coup, voilà Madame rassérénée  : Oh ! mon chéri !...'non chéri !... Quelle veine !... Enfin !... — Là ! qui est-ce qui avait raison ? — Toi, mon amour !... Une bonne !... une bonne !... Vite, envoyons-lui un télégramme ! — Oui, mais dis donc, il ne faudrait peut-être pas non plus prendre ainsi quelqu'un sans renseignements... — C'est vrai !... Si on tombait sur une voleuse !... Alors, quoi ?... Lui écrire pour lui demander des références ? — Bah ! elle a l'air un peu... gourde... Elle ne comprendra pas... Non, il y a quelque chose de bien mieux. — (Avide.)lcrire au maire du patelin., tout simplement. Dans les petits pays, tout le monde se connaît. — Tu es un génie ! — N'oublie pas de mettre un timbre pour la réponse. — Sois tranquille ! Oh ! pourvu que les renseignements soient bons ! Ils les attendent encore. Al. le maire a gardé le timbre et n'a jamais répondu... Car Célestine, Célestine Varchou était, dans sa ferme, servante à tout faire  : le jour, soignant les cochons, et la nuit... Mais oui, naturellement ! M.-L. ARSANDAUX. Concours des. u BIackhouIs » Nous publierons dans notre prochain numéro un Bulletin de vote que nos lecteurs voudront bien nous retourner, après t'avoir soigneusement rempli, en marne temps que les douze bons permettant de prendre part au concours. A la demande de quelques lecteurs, nous en publierons également à nouveau le règlement et les conditions. Les solutions devront nous pa'vvenir au plus tard le ro mai prochain.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :