Le Rire n°272 19 avr 1924
Le Rire n°272 19 avr 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°272 de 19 avr 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 42,3 Mo

  • Dans ce numéro : le problème de la natalité.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
°', est ! rIlerocllease Crime de Beauté INALTÉRABLE PA.ETUM SUAVE FABLES DE LA FONTAINE La Poule aux oeufs d'Or il elfe.410.1 PARIS d.,LESQUENDIEU PARFUMEUR En Vente Partout et Aranda Magasina, Coiffeurs, Parfumeurs.'Qu'as-tu fait, malheureux, il faut que tu sois fol ? Elle qui nous pondait ses œufs d'or  : au Dentol e Dentol (eau, pâte, poudre, savon), est un dentifrice â la fois Lsouverainement antiseptique et doué du parfum leplusagréable. Créé d'après les travaux de Pasteur, il raffermit les gencives. En peu de jours il donne aux dents une blancheur éclatante. Il purifie l'haleine et est particulièrement recommandé aux fumeurs, il laisse dans la bouche une sensation de fraîcheur délicieuse et persistante. Le Dentol se trouve dans toutes les bonnes maisons vendant de la parfumerie et dans les pharmacies. Pour recevoir franco par poste un délicieux coffret CADEAU contenant un petit flacon de Dentol, un tube de pâte Dentol, une boite de poudre Dentol et une boite de savon dentifrice Dentol, il suffit d'envoyer à la Maison Frère, 19, rue Jacob, Paris, un franc en timbres poste, en se recommandant du Rire. R.C. Seine 124.350 Reg. Commerce t2868, Seine. L'ENNUI c'est la MORT1,1 POUR RIRE ET FAIRE RIRE ; Dewandez les Catalogues de Farces, Attrapes,P Surprises pour Soirées. Dîners et pour Noces. - Articles de Physique et de Prestidigitation -'Chansons, Monologues : Pièces de Comédie pour Salons, Familles et j Sociétés - Librairie Amusante,Agricole et Médicale, Livre, utiles et de jeux - Magie, Magnétisme Iyupnotisme, etc. etc. Envoi contre 1 fr. en timbres. H. BILLY, 8, rue des Carmes, Paris Se imirmalieifilFONDES ert 18 0 8 III paEssnmarammenssnmansamm Madame DOR1AN. Bien COfillilO RÉUSSITE ASSURÉE PAR UN SEUL DE SES CONSEILS Reçoit mardi, mercredi,jeudi,vendredi,del0 à 6h. soir. H CORRESPONDANCE  : Trois questions détaillées r Joindre date de Naissance, mandat  : 1O fr. 25 MI 82, rue Legendre, PARIS,17.Tél. 25.20 `Iarcadet I gezessEssszsmesEssr. V1RASCOPE'°'T(pperHalévy Demander catalogue 25, rue Mélingue, Paris R 1 C 11 ARD =Estez= —440.014 1 LT 1 L-T-PIV ER 3 —Dernière, 2uveczL dè9 wib Ce plus persistant des oa,f ru m s Reg. Commerce, Seine, 74.569 3 RHUM ST-JAMES Les Plantations st-lama doivent leur vieille reputation dans les Antilles A leurs Rhums places au premier rang par leur Suesse et leur arôme. The St-James Plantations owe to the superior quality or their russes the old esteblisbed reputation in which they are held In the West Iodles. SEUL IMPORTATEUR RT,O-Jarnes(AettlIen esT-Iasas-suaristpull, naisuasalLLa,soanzata,toAOaea Grand Cru VIIIPIPPAPPPAPmwaRreeevieles
FatuE/t !/7/7//7X/, EN FAMILLE — Je l'ai acheté pour que tu sois moins seul quand je m'absente. Dessin de Pierre FiLICÉ. LA FANTAISIE DE LA SEMAINE LE PLUS JEUNE POÈTE DU MONDE Un poète âgé de douze ans va publier un recueil de vers sous ce titre néronien  : Le Monocle d'émeraude. (COURRIERS LITTÉRATEURS.) Le siècle avait dix ans lorsque naquit, rue des Epinettes, celui qui devait être le plus jeune poète du monde. En le tirant de l'obscurité, la sage-femme avait dit  : — Voilà un gaillard bien pressé d'arriver ! Il ne perd pas de temps en route... Cyprien Baliveau se montra, en effet, d'une étonnante précocité. Il n'avait pas atteint l'âge cependant bien tendre d'un an lorsqu'il donna les premiers signes de son génie en articulant ces vers auxquels ne manquent ni la cadence ni la rime et qui ont bien autant de sens que maints chefs-d'oeuvre de l'école poétique moderne  : Meu... meu... Mea... mea... Bo... bo... bo... bo, Lo... lo... Lo... lo... Lo... lo... Lolo !... Un ami de la famille qui avait entendu cette improvisation s'écria  : Madame Baliveau, votre fils a déjà du talent ! — Comment cela ? — Il fait des vers ! La pauvre Mme Baliveau parut vivement émue et répondit  : — Je ne m'en étais pas aperçue... Je vais lui administrer bien vite un vermifuge ! — Gardez-vous-en bien, madame ! Quelque chose me dit que les vers de votre fils feront sa gloire, la vôtre et celle de sa patrie ! A deux ans, le petit Cyprien rompit définitivement avec la prose  : il parlait naturellement, sans le moindre effort, le langage des Dieux. Doué d'une intelligence prodigieuse, le moutard sublime récita devant son père le poème qu'il avait écrit de sa main avec une plume d'aigle sur une feuille de papier simili-japon  : Papa, papa, papa, papa, pa, pe, pi, po, pu,'Papa, papa, coco, cocu ! M. Baliveau, un peu éberlué, se récria  : — Comment, tu me traites de cocu ? Tu as de ces licences poétiques !... Mais Mme Baliveau et l'ami de la famille expliquèrent avec volubilité à l'heureux père que la rime avait d'implacables exigences. Et Cyprien reçut un bâton de sucre d'orge, — son premier prix littéraire ! *** A cinq ans, le plus jeune poète du monde obtint une des couronnes mises au concours par 1'Orpluje de Bourg-la-Reine, publication qui ouvrait ses colonnes aux débutants disposés à prendre un certain nombre d'abonnements de propagande. Cyprien Baliveau célébrait, en vers classiques, les seins de celle qui avait été sa nourrice ; il révélait ainsi sa vocation de chantre de la femme. Voici le début de ce poème intitulé  : Entre deux seins. Je chante les seins blancs, ronds, fermes et si doux Que j'ai baisés cent fois d'une lèvre innocente, Caressés mille fois d'un main hésitante. Mais je ne verrai plus les seins de ma nounou ! Je suis trop grand pour eux. Hélas ! il faut attendre Avant de retrouver d'autres seins plus menus, Que je saurai baiser d'une lèvre plus tendre Et caresser avec des doigts moins ingénus. Mais je suis trop petit pour ceux-là. C'est dommage ! Au banquet de la vie, encor petit garçon, Pendant dix ans au moins, je devrai rester sage, Et, déjà, je pressens que ce sera bien long ! Cela continuait pendant onze pages et cela se terminait par ces alexandrins magnifiques  : Allant ainsi, vainqueur, de caresse en caresse, Des seins de ma nourrice aux seins de ma maîtresse 1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :