Le Rire n°271 12 avr 1924
Le Rire n°271 12 avr 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°271 de 12 avr 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 42,4 Mo

  • Dans ce numéro : le lancement du marteau.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
COMMENT SE GUERIR Put LELECTRICI TRAITE d'ELECTRIC,r GALVANIQUE du d°s kur GRARO ! A c hapitres Voici la superbe brochure, magnifiquement Allustree, que J'off re ratuitement à tous ceux qui m'en feront la demane. J en ai fait éditer 20.000 exemplaires et le titre seul est une indication suffisante pour le lecteur Comment. se guérir par l'Electricité. Mon traité d'Electrothérapie devrait sn trouver dans toutes les familles et dans chaque ménage ; chacun devrait toujours l'avoir sous la main afin d'y puiser les connaissances utiles et indispensables à la santé. Illustré de pages anatomiques, très intéressantes, il est divisé en 5 grands chéppitrés, cheque subdivision comprenant la nomenclature de tous les troubles et affections pathologiques appartenant à ce chapitre. Le prémier chapitre pàr exemple, traité de la Neurasthénie et Névroses diverses, Névralgies et Névrites, Maladies de la Moelle Epinière, Paralysies en général. Tous les autres chapitres traitent à leur tour toutes les affections dépendant de chaque classification et qu'il serait trop long d'énumérer ici. La cause, la marche et les symptômes de chaque affection sont minutieusement décrits en un langage simple et clair de façon à renseigner exactement le malade sur la nature et la gravité de son état. Le rôle de l'électricité et la façon dont opère le courant galvanique sont établis pour chaque affection et chaque cal et ainsi le malade a sous leimain l'explication médicale de sa maladie et, en même temps, le moyen de se guérir d'une façon complète et radicale. Personne n'ignore plus à présent l'immense pouvoir curatif de l'électricité médicale. Lés ro, rue Haléc'y'VERASCOPE (Opéra) Demander catalogne 2 5, rue Mélingue, "l'ze, Paris RICHARD Rtsun du TRAITÉ 1 SYSTÈME NERVEUX APPAREÎL URINAIRE et ORGANES GENITAUX flALkDIES de la FEMME VOIES DIGESTIVES $-'Partie:i- SYSTÉME MUSCULAIRE ET LOCOMOTEUR 9 i grands maîtres Français ont été les premiers à le reconnaître mais je puis cependant revendiquer pour moi l'honneur d'avoir découvert le vrai moyen pratique d'infuser à l'organisme cet élément de vie qui s'appelle l'Electricité Galvani ue. Le courant galvanique te que je l'appigue au moyen de mes appareils à piles sèches, agit sur 1 org anisme d'une façon calme et douce à la fois, tonifie les nerfs et les muscles, active la circulation du sang, fortifie tous les organes de l'économie, facilite les échanges organiques et rend vraiment la vie aux débiles, aux nerveux et aux déprimés. L'emploi de l'électricité est surtout indiqué dans tous les cas de faiblesse, désordres organiques, troubles nerveux et musculaires, et les maladies chroniques. L'imuissance, la débilité nerveuse, la diminution des acuités viriles sont vaincues par l'électricité qui constitue le remède le plus admirable qui soit connu et dont la vogue est telle que l'on peut envisager l'époque où les médecins prescriront exclusivement l'électricité pour le traitement de toutes les affections chroniques : Il est à la portée de tous à présent, de suivre un traitement électrique chez soi car mon appareil ne se porte au grand maximum qu'une heure par jour et chacun peut vaquer à ses occupations ou à son travail quotidiens. C'est ce qui rend ma méthode si populaire et la facilité avec laquelle le malade peut suivre son traitement chez lui, à l'insu de tout le monde, sans abandonner ses habitudes, ou son régirhe, est unanimement appréciée et comprise. C'EST GRATUIT. Ecrivez une simple carte à Mr le Docteur P.L. G RARD, Institut Moderne d'Electrothérapie, 30, Avenue Alexandre Bertrand, BRUXELLES-FOREST, pour recevoir sous enveloppe fermée le traité d'électrothérapie avec illustrations et dessins explicatifs. Affranchissement pour l'étranger  : Lettres Fr'0,50 — Cartes Fr. 0,30. SILVA PLANA 69, Boulevard Haussmann, PARIS Les actionnaires, réunis en Assemblée extraordinaire le 17 Mars, ont autorisé le Conseil à porter le capital de 68 millions et demi â, 102 millions 750 000 francs par l'émission de 342.500 actions B de 100 francs, jouissance ler Janvier 1924. Droit pré férentiel  : une action nouvelle pour deux anciennes. NE MANQUEZ PAS DE DEMANDER A VOTRE COIFFEUR LA LOT ION "DOUCE" FRANCE DE LUBIN D'UN PARFUM DÉLICAT ET TENACE Pour les débutants LE G LYPHOSCOPE B" SGD.S.- J. R ILA PARIS LE GLYPHOSCOPE Breveté S. G. D. G. a les qualités fondamentales du Vérascope
L'UTILISATION DES COMPÉTENCES — Figurez-vous qu'on m'a coupé tous mes effets... — ça tombe à pic  : il me manque une femme'nue ! Dessin de F. FtaIANO. Apprenant que le cabinet dont il faisait partie venait d'être mis en minorité, M. Chéron prononça simplement  : — Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là ! Grande fut donc sa surprise, lorsque M. Poincaré lui dit de sa voix sèche, avec son sourire froid  : — Mon cher, bien que vous ne soyez pas ministre de la marine, je vous débarque. — Moi, monsieur le président ? Mais c'est impossible... — J'ai fait plus fort que cela ! — L'agriculture n'avait déjà plus de bras. Que va-t-elle devenir sans tête ? — Nous nous débrouillerons. — Enfin, quel est mon crime ? Que me reprochez-vous ? — Moi, rien du tout... Mais les consommateurs vous rendent, — à tort, je le veux bien, — responsable de la vie chère. Et songez que les élections approchent... — Ça m'est égal, je suis sénateur ! - Moi aussi. Rien de mieux pour juger la situation politique avec sérénité. Mon cher ancien ministre, il faut nous séparer dans l'intérêt supérieur de la République qui se confond avec le mien. — Et par qui me remplacez-vous, si, toutefois, je suis remplaçable ? — Par Capus ! M. Chéron eut un rire amer et s'exclama  : — Capus ? Pourquoi pas Yves Mirande ou Mouézy-Eon ! — 11 s'agit, non pas d'Alfred Capus qui est mort, mais de son frère qui est député. - Peu importe ; ce nom ne me dit rien qui vaille  : c'est trop parisien ! M. Chéron, très digne, quitta j le président du Conseil et, remontant pour la dernière fois dans sa limousine officielle, il soupira  : — L'épi sauvera peut-être le franc, mais moi, il m'a bel et bien laissé tomber ! *** M. Chéron rentra au ministère de l'Agriculture... A peine assis dans le fauteuil qui, pendant si longtemps, avait été le sien, il LA FANTAISIE DE LA SEMAINE LES ADIEUX DE CHÉRON fit appeler son chef, ses chefs adjoints, ses sous-chefs, ses souschefs adjoints et ses attachés de cabinet. — Messieurs, leur dit-il, nous sommes condamnés ! Un douloureux silence lui répondit. — Après tout ce que j'ai fait, après tout ce que vous avez fait pour l'Agriculture et l'Alimentation ! Ah ! c'était bien la peine de me lever de si bon matin, l'autre jour, pour aller visiter les Halles... Si j'avais su, je serais resté bien tranquille dans mon lit ! Promenant son regard sur les visages affligés de ses collaborateurs, M. Chéron demanda — Au moins, puis-je encore quelque chose pour vous ? L'une des boutonnières qui m'entourent est-elle vierge ? Il me reste des Mérites agricoles... Mais tous ces messieurs avaient déjà la Légion d'honneur. — Qu'allez-vous devenir ? leur demanda le. Gambetta normand. Le chef du cabinet répondit  : — Avant de nous consacrer à l'Agriculture, nous étions avocats. Nous redeviendrons avocats après avoir quitté l'Agriculture. Et vous, monsieur le ministre ? M. Chéron soupira et répondit  : Moi, je vais aller planter mes choux ! Tel Cincinnatus, on me verra reprendre ma charrue... Puis, avec une noblesse pathétique, il ajouta  : — Je veux dire que je reprendrai ma robe d'avocat ! ! *** Le lendemain matin, une cérémonie émouvante se déroulait au ministère voué à Cérès. M. Chéron avait dit à son entourage  : — Napoléon de l'agriculture, je suis vaincu par une autre Sainte-Alliance d'ennemis implacables... Cet édifice est mon palais de Fontainebleau et j'y dois signer mon abdication. Comme l'Empereur, je veux, avant mon départour l'île d'Elbe c'est-à-dire pour Lisieux, adresser quelques m s otà ma vieille garde. Qu'on la réunisse... Je la passerai en revue et lui ferai mes adieux. Ce fut une cérémonie profondément émouvante.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :