Le Rire n°266 8 mar 1924
Le Rire n°266 8 mar 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°266 de 8 mar 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 43,2 Mo

  • Dans ce numéro : les mystères de Paris.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
A L'ASILE D'ALIÉNÉS PREVENANCE LE VISITEUR. - EL ce grand-là, avec sa barbe, est-il dangereux ? L'INFIRMIER.- Hum !... C'est M. le directeur. Dessin deL. Lue. M. Aimé Tique, le sympathique pharmacien de la rue Chappe, marie ce matin sa fille Séraphie, une anémique blonde de dixhuit ans. Ah ! il n'est pas beau, le fiancé. avec son grand nez à la Cyrano. C'est d'ailleurs le seul point de ressemblance qu'ait le jeune homme avec le héros de Rostand dont il est loin de posséder la délicatesse de coeur et de pensée. Au moment de partir pour la mairie, M. Tique descend de voiture pour faire ses dernières recommandations à Spiridion, le garçon-élève, qui, en l'absence du maître, va présider aux destinées de la pharmacie. — Spiridion, écoutez-moi bien. Je vous confie l'officine. Puis-je compter sur vous, mon ami ?... Au cas où quelque événement grave se produirait  : une révolu- - Et qu'est-ce que monsieur pense de mon petit « Moulin-â-Vent D ? Eh bien ! il me fait plutôt penser à un petit moulin à eau ! Dessin de DHARM. DA NS LE DEM 1-MI ON D:h, — Comment, tu me chasses ?... Moi qui suis ta mère depuis trois ans'. Dessindc Guvno. tion, une inondation, un empoisonnement, un feu de cheminée — on ne peut pas savoir — faites-moi prévenir aux salons Gamache où doit`avoir lieu la noce... Surtout, prenez garde aux voleurs... Fermez bien le tiroir-caisse... Et, en prévision du passage de ces messieurs les Inspecteurs de l'École de Pharmacie, tenez l'armoire aux poisons soigneusement close... Enfin, ce soir, assurez-vous que le rideau de fer soit parfaitement baissé... Ah ! j'oubliais  : vous attendrez pour vous mettre au lit que les jeunes époux soient rentrés... Ainsi, s'ils avaient besoin de quoi que ce fût  : eau de mélisse ou... — enfin, il faut tout prévoir — vous seriez là pour leur venir en aide. Allons, à ce soir, mon ami. Spiridion, la mort dans l'âme, a regardé la noce s'en aller. Et quand la dernière voiture a disparu, il pousse un son long, et triste comme un son d'ophicléide. Car, vous l'avez deviné, n'est-ce pas, le malheureux élève aime en secret la fille de son patron, la frêle et blonde Séraphie qui, en robe blanche, paraît aujourd'hui plus pâle et plus mince que jamais. Allons, cette journée de fête sera pour lui une grande nuit de deuil ! Mais se souvenant A. propos que le labeur est encore le meilleur remède de.la. douleur, l'infortuné jeune homme se met résolument au travail. Voyons, à quoi va-t-il'employer son temps ? Va-t-il mettre de l'huile de ricin en flacons ou. va-t-il préparer des limonades purgatives ? Son goût naturel de la poésie l'incline à choisir cette dernière manipulation qui lui semble moins prosaïque. Et, tout en mariant l'acide citrique et le carbonate de magnésie, Spiridion cisèle le premier quatrain d'un sonnet destiné à enclore l'immensité de sa douleur  : Ma vie a son secret, mon âne a son mystère ; Un amour éternel en un instant conçu... Hélas ! vivant parmi remèdes et clystères, La belle ne m'a point jugé assez cossu. Ma foi ! il n'est pas mécontent de ces quatre vers. Les deux premiers surtout lui sem-
blent avoir une certaine allure. Une seule chose le chiffonne  : l'hiatus dont se trouve déparé le quatrième vers. Et, tout en essayant de trouver un synonyme à « jugé , il cherche dans un tiroir des bouchons pour obturer ses flacons de limonade. Mais c'est bien là sa guigne  : tous les bouchons sont d'un calibre beaucoup trop fort, à moins que ce ne soient les goulots qui possèdent un diamètre trop petit. Heureusement, le presse-bouchon, avec sa forme classique de crocodile, est là sur le comptoir, à proximité de la main. Spiridion saisit l'appareil et, les uns après les autres, y glisse les bouclions de liège qui, sons les mandibules d'acier, ne tardent pas à prendre un volume plus restreint. Voilà ; maintenant, les limonades sont terminées. Bouchées, ficelées, étiquetées, casquées d'argent, elles n'attendent plus que le consommateur. Qui sera-ce' ? La vieille demoiselle des postes à l'intestin oblitéré ou le deuxième commis du bureau des hypothèques dont trente ans de purges n'ont pas réussi à entretenir l'élasticité des fibres intestinales ? Mais, de pilules en gargarismes, de collyres en suppositoires, la journée s'est passée. Huit heures viennent de sonner. Sans perdre une minute, Spiridion procède à la fermeture de l'officine. Après quoi, l'oeil fixé sur la pendule, il attend l'arrivée des jeunes mariés. Ils sont en retard, peu pressés, semble-t-il, de se trouver enfin seuls. Ali ! que ne se trouve-t-il à la place du mari ! Mais un coup de timbre vient de l'arracher à ses réflexions. Cette fois ce sont eux. Le coeur gros, tuméfié, ulcéré, ecchymosé, le garçon-élève s'efface pour laisser passer les époux, et, discrètement, reconduit jusqu'à leur chambre le jeune homme au grand nez et la frêle épousée. — Monsieur et Madame, je vous souhaite le bonsoir, dit-il d'une voix douloureuse. Si vous avez besoin de quelque chose, je suis à côté ; vous n'aurez qu'à taper... Spiridion à son tour se retire dans sa chambre qu'une simple cloison en effet sépare de celle des époux et, brisé par l'émotion, il ne tarde pas à se mettre au lit. Son âme est triste jusqu'à la mort. Pour chasser les papillons noirs qui volettent autour de sa pensée, il prend le dernier numéro du Pilon illustré et se plonge dans la lecture de l'article de tête  : Le suppositoire à travers les liges. Mais il ne tarde pas à être interrompu dans sa lecture, par On vient de déterrer à Tanganilca le fossile du Gigantosaurus africanus  : 6 mètres de haut, 25 mètres de long. — Quelle splendide pièce, n'est-ce pas ? — Oui, mais il y a beaucoup d'arêtes !... Dessin de Roger PRAT LOGIQUE FÉMININE — Tu m'as trompé, avoue-le'— Du moment que j'avoue, je ne te trompe pas. Dessin de R. CHANCEL. des cris qui, à n'en pas douter, partent de la chambre à côté. Avidement, l'élève tend l'oreille vers le mur derrière lequel il doit certainement se passer quelque chose. Et, très distinctement, il perçoit de petits cris étouffés auxquels répondent des cris d'impatience, des exclamations rageuses... Envahi par une sueur froide, Spiridion sent sou coeur se serrer. La mort dans l'âme, il se représente la frêle jeune fille si pâle et si menue entre.es bras de son brutal époux dont il voit se dessiner dans l'ombre le profil cyranesque. — Pauvre petite ! ne peut-il s'empêcher (le dire. Mais voilà que les plaintes et les cris vedoublent... Sans hésiter Spiridion saute du lit, car il s'est souvenu des recommandations de son patron et, habillé à la diable, il descend à tâtons dans la pharmacie. Quelques instants après il remonte et d'un doigt discret va frapper à la porte des époux. — Qu'est-ce que c'est ? demande le mari en entrebâillant la porte. Pour toute réponse Spiridion avance la main et, plein de sollicitude touchante, il tend au jeune marié le presse-bouchon aux mandibules d'acier. ERIc-ALAIN. CONCOURS des " BLACKBOULES" Voir page 17, le BON à détacher Bon n°7 pour pouvoir participer au concours.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :