Le Rire n°264 23 fév 1924
Le Rire n°264 23 fév 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°264 de 23 fév 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 42,9 Mo

  • Dans ce numéro : le rébus anglais.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Pour sa rubrique «. Les Bonnes Histoires », LE RIRE fait appel à la collaboration de tous ses lecteurs. Nous leur rappelons que toutes celles qui sont publiées dans nos colonnes sont rémunérées à raison de vingt-cinq francs et que, de plus, une prime de cent francs est attribuée, chaque mois, à l'auteur de la meilleure histoire publiée. Dans notre prochain numéro, nous indiquerons les noms, initiales ou pseudonymes des premiers bénéficiaires. *** Un Anglais s'égara un jour dans une de ces maisons que la loi tolère. S'adressant mystérieusement à la patronne, il lui demanda  : — Moa vouloir quelque chose extraordinaire ! La patronne cligna malicieusement de l'oeil et lui offrit une mineure toute neuve. — No, moi avoir eu petite fille ! — Ah ! bien, fit la patronne ; voulez-vous une négresse ? — No, moâ avoir eu négresse. — Alors une jolie petite Chinoise ? — No, moâ avoir eu Chinoise. — Enfin dit la patronne impatientée, que désirez-vous ? Et l'Anglais, avec toute la respectability dont il est capable, lui murmura. : — Moâ vouloir petite garçon ! — Saligaud ! s'exclama la patronne. Et, soudainement décidée  : — Appelle donc un agent ! dit-elle à une femme. Alors l'Anglais, sans rien perdre de son flegme  : — Moâ avoir eu agent, already ! *** Ceci se passait au temps où le clystère était, dans certains cas, un remède de toute première nécessité. Dans un couvent de saintes religieuses, une des soeurs les plus timorées était. affligée, depuis plusieurs jours, par quelque malice du diable, d'un sort tel qu'il lui était impossible, malgré les efforts les plus désespérés, de se rendre avec succès dans certain endroit solitaire où daine nature nous convie tous, quel que soit notre rang. Le disciple d'Esculape consulté n'indiqua qu'une solution  : le clystère, ajoutant qu'il était à la disposition de la malade pour appliquer lui-même le remède. Trois jours après — temps que la communauté jugea nécessaire de passer en prières pour se rendre le ciel favorable — ce digne praticien reçut un simple avis  : « Ce soir 5 heures, cellule 6, sueurX... A l'heure dite, il frappe et perçoit un timide u entrez ! , Notre docteur s'avance, armé de son instrument, et cherche en vain sa malade, lorsqu'il aperçoit un amoncellement d'images pieuses couvrant le lit ; et de ce tas sortit bientôt un murmure étouffé  : — Soulevez saint François de Sales ! *** Dans le salon du pavillon rustique qu'elle possède près d'Etampes, une de nos jolies divettes, les pieds posés sur les chenêts, chauffait délicieusement son anatomie à un bon feu de bois. Son protecteur en titre, le comte deX..., ouvrant la porte et apercevant ce tableau charmant, lui lança ces mots  : — Si c'est pour moi, pas trop cuit ! ** Salomon et Jacob, au cours d'une promenade du côté du canal, aperçurent un écriteau annonçant qu'une somme de zo francs serait payée à toute personne qui sauverait quiconque en train de se noyer. Sans perdre une minute, les deux amis décidèrent que l'un d'eux se jetterait à l'eau, que l'autre irait le repêcher et qu'ils partageraient la récompense. Salomon piqua une tête dans le canal, qui était plus profond qu'il ne le croyait. et aussitôt se mit à gigoter, en criant  : — Viens donc, Jacob ! Sauve-moi ! Jacob hésitait... — Salomon, dit-il, je viens de relire l'annonce et elle dit  : u 20 francs pour un cadavre. » Voyons, sois raisonnable ! EUPHÉMISME RENDEZ-VOUS MANQUÉ i 1 — Comment, Monsieur ne va pas prêter la main pour éteindre] n'incendie ?... S'ai pourtant - Du lapin ? Merci !... Je sors d'en entendu dire bien souvent que Monsieur était pompier. Dessin de HAUTOT. prendre. Dessin de R. DE PAVIL.
I. — Tout citoyen qui refusera d'être militaire. ne pourra pas non plus être civil. III. — Tout citoyen qui refusera de voter.. sera illico envoyé dans les pays à change élevé. A PROPOS DES « DÉCRETS—LOIS LES PROJETS DU GOUVERNEMENT II.— Tout contribuable qui refusera de payer ses impôts. sera condamné au hard labour. IV. — Tout citoyen qui refusera de faire l'amour à sa femme. ET VOILA POURQUOI, MESDAMES, VOS ÉPOUX CRIENT A LA DICTATURE ! P.c.c.  : Marcel ARNAC. Envoez vos lettres et colis, allai an MAROC et en ALGÉRIE par AVION — Lignes Aeriennes LATCOERB, Paris



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :