Le Rire n°263 16 fév 1924
Le Rire n°263 16 fév 1924
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°263 de 16 fév 1924

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 43,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'empereur Napoléon l'a dit.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
SIC TRANSIT... — Moi aussi, dans l'temps, j'ai fait pleurer (les miyonnaires ! Dessin de J. BOULLAIRE. — Comment trouvez-vous Nonnette de Dijon' ? lui demanda un jour le comique Larmoyé. — Exquise, adorable, une perfection, répondit Colin, les yeux brillants d'une flamme pure... — Pourquoi ne le lui dites-vous pas ?... — Mais je le lui ai déjà dit. — En vers, oui... Mais cela ne initie répéter dans le langage de tout le monde et tâcher de la décide !. à vous emmener un soir citez elle... — Y pensez-vous 1... Je place Mile de Dijon beaucoup trop haut... — Je suis sûr qu'elle ne demanderait qu'à se placer plus à votre convenance... Entre nous, je crois que vous lui plaisez beaucoup... — Je vous en prie, ne m'affolez pas avec de fallacieux espoirs !... Nonnette de Dijon, à moi !... Je suis indigne d'une telle félicité !... Et, si cette félicité devait jamais m'être offerte en partage, j'en serais confondu, écrasé au point de... au point de ne pas savoir si je pourrais m'en montrer digue... —Voulez-vous Glue je lui parle pour vous ?... Non !. non !... Ne faites pas cela ! J'aurais trop peur que vous ne gagnassiez ma causel... Et Colin continua d'adresser a rien... Il faudrait le lui çq'— Le voilà bien le monopole des allumettes ! Dessin de GL0HGIL-ELWARD. LE BÉGUIN DE LA PETITE — Dis-moi, la môme, tu m'as l'air d'avoir les yeux plus gros que le ventre ! Dessin de R. DB PAvuc.. des vers enflammés à Nonnette. Il s'enhardit ensuite jusqu'à lui envoyer'. ; s fleurs, et alla même jusqu'au bijou. Mais il n'osa rien demander en retour. *** Larmoyé jugea que le moment était venu de brusquer les choses. Il dit, un soir, à Nonnette, pendant un entr'acte  : - DÉ'citletuent, tu n'es pas aimable pout'ton petit amoureux... u le rends malheureux comme les pierres... 11 te dépla,t donc ?... — Mais non... Au contraire, je le trouve très gentil... Seulement il n'est jamais à la réplique... — C'est qu'il est timide... A ta place, je l'inviterais, ce soir, après le spectacle, à venir prendre une tasse de thé... — Alors, tu me conseilles d'y aller, de lui jouer mon cinquième ante ?... — De tout mon coeur. Ce soir-là, Nonnette de Dijon emmena dans son auto Colin Colas. Le lendemain, à la répétition, on la vit arriver, les sourcils froncés, la mine renfrognée. Larmoyé prit sur lui d. l'interroger  : — Eh bien !... et cette nuit ?... — Détestablè !... — Comment !... Colin ?... — Veux-tu que je te dise ?... Eh bien, ton Colin... — Dis... — Une recette de quinze cents dans une salle de dix mille !... Adrien VgLY.
mg* "NOS Airo4Viraa.."170:94. LE LABYRINTHE PARLEMENTAIRE gp. dito, Pauvre Marianne, elle aussi entend des voix, mais ce ne sont que des voix dlectorales A, pe sain de NOM. C'



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :