Le Planificateur n°7-8 déc 09/jan 2010
Le Planificateur n°7-8 déc 09/jan 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7-8 de déc 09/jan 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Planificateur

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : l'expérience forge de nouvelles pensées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Et vous, quels sont vos olympiques ? PAR SHARON WORSLEY Les Jeux olympiques 2010 de Vancouver étant à nos portes, cela m’a fait réfléchir sur la préparation des athlètes pour cet événement et sur la façon dont nous pouvons les imiter dans notre quotidien. Selon moi, les athlètes déterminent clairement les résultats souhaités. Ils établissent ensuite les objectifs à atteindre et les stratégies nécessaires pour les amener au sommet de leur forme afin d’être prêts à entrer dans la compétition. Nombre d’entre nous en sont encore à se demander ce qu’ils envisagent de faire quand ils seront grands… mais ils le sont déjà ! Pour beaucoup, comme nous ignorons ce que nous voulons être, faire ou avoir dans la vie, nous demeurons déconnectés de ce qui est requis pour devenir la meilleure personne que nous pouvons être globalement ou dans un domaine précis. Je suis toujours inspirée par les gens qui savent ce qu’ils veulent (leur version des olympiques) et font tout pour l’obtenir, particulièrement lorsque les chances sont minces. Les personnes suivantes m’ont amenée à réfléchir sur la façon de devenir la meilleure personne possible, sur ce qui est réalisable dans ma vie et sur les buts que je désire viser. OSEZ RELEVER LE DÉFI DE VOTRE VIE Tout d’abord, l’humoriste SteveMazan, qui m’a amenée à réfléchir à la façon dont je voulais vivre ma vie à l’avenir. Steve, qui a reçu il y a quelques années un diagnostic de cancer du foie inopérable, rêvait depuis toujours de se produire dans l’émission de David Letterman. Son rêve s’est récemment réalisé et il a pris la scène d’assaut pour présenter son numéro. Quand j’ai entendu parler de Steve, j’ai visité son site Web www.dyingtodoletterman.com et regardé sa courte vidéo qui détaille ce qu’il a fait pour concrétiser son rêve cher. J’ai particulièrement aimé le titre de l’une des entrées de son blogue : Rêve accompli. Combienparmi nous ont abandonné leurs rêves et leurs buts en pensant qu’ils ne les réaliseraient jamais ? Oui, cet homme, s’il avait eu une autre attitude, aurait pu s’apitoyer sur son sort et laisser tomber l’idée de se produire un jour sous les projecteurs du Ed Sullivan Theatre à New York. Parfois, ce n’est que lorsqu’on est obligée de revoir sa vie en raison d’une maladie comme le cancer qu’on est capable de faire des changements importants et d’arrêter de remettre les choses que l’on aimerait accomplir. Steveremercie ses nombreux admirateurs qui l’ont aidé à se faire inviter à l’émission télévisée de Letterman en envoyant des lettres et des courriels à ses producteurs. J’adore une de ses citations : « Si vous cessez de poursuivre vos rêves, vous êtes déjà mort. » Il est vraiment inspirant. La personne suivante est Phyllis Turner, une arrière-arrièregrand-mère vivant à Adelaide en Australie. À l’âge de 12 ans, Phyllis a dû quitter l’école pour aider sa mère à élever ses frères et sœurs après que leur père les ait abandonnés. C’était son rêve de retourner à l’école, mais elle n’a pu y revenir qu’à l’âge de 72 ans, après avoir élevé sept de ses propres enfants et deux beaux-enfants. Enfin, à 94 ans, en 2007, elle détenait le record Guinness de la plus vieille personne au monde à être recevoir un diplôme de maîtrise. Ma dernière inspiration est un Népalais qui a grimpé le mont Everest à l’âge de 76 ans, devenant la plus vieille personne à l’avoir fait. Min Bahadur Sherchan a été cité ainsi : « J’étais déterminé à escalader le sommet ou à mourir en essayant. » Fait intéressant, c’était son premier essai. Imaginez cela, faire un si GRAND pas à un âge aussi avancé. Je remarque plusieurs caractéristiques chez ces individus qui ont contribué à leur réussite et j’aimerais que vous les preniez en considération pour voir comment elles pourraient s’appliquer à votre vie. L’ÉTABLISSEMENT DES DÉSIRS Même si elle avait 12 ans lorsqu’elle quitta l’école, Phyllis avait un merveilleux prétexte de ne pas reprendre les cours et enrichir son éducation. Pourtant, à un moment où la plupart des gens ralentissent dans leur vie, elle est retournée étudier entre l’âge de 72 et 94 ans pour compléter les étapes nécessaires à l’obtention de sa maîtrise. Demandez-vous combien de fois vous avez commencé quelque chose seulement pour l’abandonner rapidement ou, mieux encore, songez à toutes ces choses que vous n’avez jamais entreprises parce que vous étiez convaincu que c’était impossible, que vous étiez trop vieux, n’aviez pas l’instruction nécessaire ou vous inquiétiez de l’opinion des autres. LA TÉNACITÉ Il semble que peu importe les événements, ces gens ont persévéré contre toute logique et dans le cas de Mazan, même en souffrant d’un cancer incurable. Alors que la plupart des gens s’avouent vaincus et abandonnent leur combat pour la vie avec ce genre de diagnostic, Steveétait plus décidé que jamais à atteindre son but. L’ŒIL SUR LA RÉCOMPENSE Ces trois personnes ont probablement gardé l’œil sur ce qui était important pour elles et se sont concentrées sur ce qui devait être accompli. Elles ont surement divisé les étapes en portions gérables et ne se sont pas laissé intimider par l’objectif global. SUITE À LA PAGE 19 14 Le PLANIFICATEUR Décembre’09 – Janvier’10
-ros0.1'Yukon ru KON Convention Bureau LARGER THAN LIFE www.meetingsyukon.com 1.877.660.3555 Une ligue contre le stationnement payé en double Avec près de 16 000 nouveaux parcomètres propagés dans le centre-ville de Montréal, les automobilistes n'ont plus la chance de bénéficier du temps résiduel de la voiture stationnée avant eux au même emplacement. Et pour cause, le système de paiement de stationnement innovateur aurait rapporté â la Ville de Montréal près de 50 millions de dollars en 2008. Difficile d'y renoncer... Pourtant, certains conducteurs affirment leur frustration face aux nouvelles bornes qui n'indiquent plus le. temps restant ». Sans révolte, ni vacarme, c'est dans la simplicité et la solidarité que de plus en plus d'utilisateurs laissent à leur départ leur ticket de stationnement sur la borne qu'ils viennent d'utiliser. Phénomène qui se répand en toute légalité, il n'inquiéterait pas encore les autorités. Faites passer votre ticket !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :