Le Planificateur n°7-2 mar/avr 2009
Le Planificateur n°7-2 mar/avr 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7-2 de mar/avr 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Planificateur

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : ce qu'il faut savoir sur les centres de conférence et les universités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Personnalité du mois : Gilles Lussier, La créativité au service d’une carrière Dans le monde professionnel des événements, il existe de nombreuses façons de mener son entreprise, avec le défi de se tailler une place sur le marché. Certains acteurs de notre industrie débarquent, persistent et réussissent, d’autres s’improvisent une spécialité pour se différencier. Il existe, par ailleurs, une autre catégorie de professionnels qui, au fil des décennies, se sont adaptés à l’évolution du marché, tout en gardant ce qui a fait de leurs débuts un succès : la créativité. Nous avons rencontré Gilles Lussier, président et fondateur des Productions Animatec GL Ltée, qui nous livre ici le parcours inspirant qu’il mène au Québec depuis 35 ans. Camille Lay : Pouvez-vous nous relater vos débuts dans l’industrie des événements ? Gilles Lussier : À l’époque où j’ai commencé, on ne parlait pas encore d’une industrie, c’était un secteur où tout était à bâtir et pour lequel il n’existait ni formation ni diplôme. C’est la passion pour le public, la musique et la danse qui m’a amené un jour à animer des soirées. C’est d’ailleurs au début des années 70 que l’animation en soirée est devenue populaire. J’ai alors réalisé qu’il y avait matière à développer cette activité. Je me suis donc investi sur la façon d’introduire et de raffiner l’animation des soirées, en exploitant ce qui, alors, était une révolution, la discothèque mobile. CL : Y a-t-il eu un élément déclencheur à votre carrière ? GL : En cherchant à concrétiser ma passion pour la musique et la danse, j’ai eu l’opportunité en 1969 d’observer Grégoire Marcil, animateur réputé qui animait une soirée au Village Canadien de La Ronde. J’ai par la suite eu la chance d’animer des soirées avec lui. Plutôt timide, j’ai paradoxalement trouvé ma voie dans ce milieu, étant motivé par ma passion et le plaisir de voir les gens s’amuser pendant les soirées d’animation. CL : Aujourd’hui à la tête d’une entreprise de production, de réalisation et d’animation d’événements, comment avez-vous conquis le milieu corporatif ? GL : Au début, le bouche-à-oreille m’a fait connaître lorsqu’il y avait des fêtes de bureau, des réceptions ou des soirées à animer. Ce qui était alors un passe-temps est vite devenu un travail à plein temps qui demandait une gestion rigoureuse. De plus, je m’occupais de former moi-même mes animateurs afin de leur transmettre l’éthique du milieu, la culture artistique nécessaire, le protocole à suivre lors d’événements et un savoir-faire en communication. Cette formation exigeante, la qualité de plus d’une centaine d’animateurs ayant travaillé pour moi au fil des ans et la réalisation de concepts originaux et uniques sont devenues la signature d’Animatec GL, ce qui a apporté beaucoup de crédibilité auprès des entreprises. CL : Selon vous, quel est le plus gros défi que vous ayez eu à relever dans votre carrière et comment l’avez-vous surmonté ? GL : À mes débuts, et encore aujourd’hui, le défi est de pouvoir se différencier de ce qui existe déjà. Au début des années 70, la disco mobile avait la réputation d’être confinée aux événements à moindre budget, par opposition aux orchestres qui étaient engagés pour les événements à plus gros budget. J’ai relevé le défi d’en améliorer l’image. En effet, c’est par notre créativité, notre rigueur et la qualité de notre animation, que j’ai réalisé des événements de plus grandes envergures pour le milieu corporatif, avec des concepts qui au début intégraient la disco-mobile comme outil d’animation. Ce cheminement m’a amené à devenir le pionnier dans la création de soirées thématiques qui sont devenues dans les années 80 un des points forts de mon entreprise. Lors de ces soirées, les gens vivent l’événement, comme si le thème était réalité et ce, à partir du concept de l’invitation, de l’accueil des invités, des choix musicaux, artistiques et techniques et ce, jusqu’à la fin de la soirée. En tant que créateurs, concepteurs et animateurs, nous relevons ce défi encore et toujours en proposant aux entreprises des concepts adaptés au public auquel elles s’adressent et au message corporatif que l’entreprise souhaite faire passer, tout en gardant comme ultime but : la création d’une atmosphère unique. CL : D’où vient l’éternelle inspiration dont peuvent bénéficier vos clients ? GL : Personne n’est immunisé contre le syndrome de la page blanche ! (rires) Disons que j’éprouve un besoin viscéral de SUITE À LA PAGE 9 8 Le PLANIFICATEUR Mars’09
Aucune limite au rêve SUITE DE LA PAGE 8 m’exprimer artistiquement et que l’inspiration ne me manque pas quand je crois à un projet. J’aime avant tout quand les divers éléments sont ordonnés, structurés et respectueux du public auquel ils s’adressent. On peut dire que j’ai une imagination débordante. Il faut savoir rêver et il n’y a aucune limite au rêve. CL : Quel rôle tenez-vous aujourd’hui au sein de votre entreprise ? GL : Fort de mes 35 ans d’expériences notre clientèle peut maintenant bénéficier d’un service clé en main ce qui leur procure un plus grand contrôle sur la réalisation de leur événement tout en leur simplifiant la tâche. De la recherche d’un lieu, à la sélection des ressources humaines et artistiques, je m’assure personnellement de la présence de notre ingrédient secret, « le fil conducteur » entre chacun des éléments, recette de notre succès. Je continue de transmettre ma philosophie à l’équipe qui m’entoure et j’agis en tant que conseiller, créateur et concepteur pour toute entreprise désireuse de faire de leur congrès ou de leur événement, un succès et une expérience unique. Garder un contact avec ma clientèle, majoritairement québécoise, demeure un plaisir et une priorité. CL : Les planificateurs travaillent aujourd’hui dans un contexte économique selon lequel il faut faire plus avec moins. Qu’aimeriez-vous partager à ce sujet avec eux ? GL : La réalité est la même pour tous. Cependant, il ne faut pas lésiner sur la qualité pour répondre aux exigences d’un budget. Mieux vaut trouver d’autres solutions. Par exemple, en confiant à une firme de production événementielle toute l’organisation et la coordination de son congrès ou de son événement, l’entreprise sauve à la fois temps et tracas et s’assure d’une expertise à la fine pointe du jour. Des économies peuvent se réaliser sur des extras, des apparats, là où on le ressent le moins, le but étant de proposer au client un événement à la hauteur du budget alloué, tout en continuant d’apporter l’étonnement aux participants. C’est là que la création de l’atmosphère en devient un élément primordial… Pour en savoir plus sur l’expertise de Gilles Lussier et de son équipe, vous pouvez le contacter au (514) 722-2219 ou par courriel à prod@animatecgl.com. Sur le Web : www.animatecgl.com Sur le Web : www.leplanificateur.ca AGENCE TEAM BUILDING VOTRE ÉQUIPE NOTRE MISSION CONSOLIDATION D'ÉQUIPE FORMATION CONFERENCES Pour des concepts des plus originaux, vlsitez notre site Internet : wv+rw.agerkcetea m build ingrconi info@agencetearnbuild irrgrcorn t : 514-963-TEAM.E1.326) f = 514-648-7663 770D,Her7ri-i3oura55a e NLanFréal, HIE 1F2 Erratum : une erreur s'est glissée le mois dernier dans le numéro de téléphone auquel rejoindre M. Michel Courtemanche. Voici le bon numéro : (514) 278-5639. Mars’09 Le PLANIFICATEUR 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :