Le Planificateur n°5-9 novembre 2007
Le Planificateur n°5-9 novembre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5-9 de novembre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Planificateur

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : une conférence d'entreprise ? emmenez-les en bateau !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Autres détails à considérer pour le réunions au ski SOLUTION SUDOKU FACILE PAGE 12 325871549 e 1 7 4 2 a 6.5 914 2 3 6 7 8 1 7593T a 2 a 4365 182917 1627 g e 354.e 4 3 9 es. 1 7 2 g a 5 1 a7 4e.3 2 7 1 § 4 3 8 B 5 SUITE DE LA PAGE 23 Comme toujours, vérifiez que tout le monde ait une bonne assurance responsabilité civile pour l’activité choisie : faire signer une exonération pourrait ne pas libérer le client ou le planificateur de toute responsabilité en cas de blessure. Comme l’assurance médicale varie au Canada, vérifiez que chaque délégué a une assurance médicale d’au moins 10 000 $, surtout pour les personnes venues des États-Unis ou d’outremer. Toute personne qui envisage une activité dangereuse ou à haute altitude devrait déclarer tout problème médical préexistant. La réception n’est pas toujours idéale pour les cellulaires ou les Blackberry dans les stations de ski. Vérifiez et, si c’est le cas, dites-le d’avance aux invités pour qu’ils s’organisent en conséquence. Une suggestion : leur offrir des cartes d’appel ou négocier avec l’hôtel des services Internet gratuits. Vérifiez que le centre d’affaires ait un nombre raisonnable d’ordinateurs ou prévoyez-en plus dans le budget pour un bureau personnalisé. Vu la vigueur du huard par rapport au billet vert américain, il est très tentant de s’envoler vers le sud cet hiver. Mais, en restant au Canada, vous aidez notre tourisme et notre économie et, en plus, vous verrez, rien ne vaut le plaisir d’être chez-soi. Et puis, skier sur le sable brûlant reste une discipline encore difficile ! Sur le Web : www.leplanificateur.ca SOLUTION SUDOKU MOYEN PAGE 12 5113074952 2 9 7 5 a 3 4 1 a0 41 g 263 7 e 4. 2 7 a 5 1 s@ 975 2 1 6 4 $ a 9 4 $ 27 86 42 a 3 e B 71 a 1.54 a2 7 e 73985162 # The Rocky Mountaineer : par voie de terre Installée à Port Credit (Mississauga) depuis 20 ans, l’entreprise fait partie d’un groupe excitant de compagnies qui courtisent le voyageur « avide de partir pour des lieux éloignés, spectaculaires – trop chers ou trop difficiles pour que la plupart des aventuriers s’y risquent seuls ». Sur le Web : www.adventurecanada.com. Pour une expérience par voie de terre, optez pour le Rocky Mountaineer, le seul train de passagers à circuler dans les Rocheuses de jour et voyagez en classe Gold Leaf évidemment. Sur le Web : www.rockymountaineer.com. Le nec plus ultra. Difficile à battre ! Jyl Ashton Cunningham, CMP est planificatrice de réunions et d’événements indépendante installée à Oakville (Ontario) et rédactrice adjointe du Planificateur, Ontario. Jyl lira avec plaisir vos commentaires. Pour la joindre : jashton@theplanner.ca ou info@jaacevents.com. PLAN IFICA\/Ry](.{\i)/k\(. ` E Des centres branchés Centres équipés de lignes TI 88% Accès à Internet haute vitesse 91% Acceptent des groupes de 75 ou moins 93% Accès Internet sans fil 95% Services audiovisuels internes 95% Planificateurs de conférence maison 100% SUITE DE LA PAGE 15 Lors de sa conférence annuelle, l’International Association of Conference Centers a révélé les premiers résultats d’une enquête auprès de ses 300 membres. L’enquête menée par BareInternational, de Fairfax (Virginie) a porté sur 139 centres de conférences et rapporte les caractéristiques suivantes : Source : International Association of Conference Centers www.iacconline.org Le 24 PLANIFICATEUR Novembre 07
Le cidre de glace québécois prend du galon Le vin de glace est devenu un digestif de choix pour les amateurs avertis. Mais il existe un autre choix à considérer pour nos papilles gustatives, le cidre de glace. Vous trouverez ci-dessous un historique et des informations sur le cidre fait à base de pommes et son dérivé, le cidre de glace. AU TOUT DÉBUT Le cidre est l’une des boissons alcooliques des plus anciennes. Saint Jérôme a écrit que les hébreux buvaient du Shekar tandis que Diodore de Sicile parlait du Sikera grec et du Sicera romain. LES PREMIERS VERGERS QUÉBÉCOIS C’est en 1650 que les Sulpiciens ont planté le premier verger de pommes et ont érigé la première presse pour le cidre sur les versants du Mont Royal, sur l’île de Montréal. À compter de 1705, ils produisaient environ 30 barils annuellement pour leur usage personnel et ainsi que pour leur vente aux autres congrégations ou à des individus. En 1850, la famille Lemoyne sur l’île Ste-Hélène et Charles Penner de LaSalle produisaient de grandes quantités de cidre qu’ils expédiaient en Ontario, en Nouvelle-Angleterre et même dans les Caraïbes. L’OUBLIÉ DE 1921 Autour de 1921, le gouvernement provincial a établi la commission des liqueurs qui oubliait d’inclure le cidre dans sa législation, ce qui l’a rendu illégal jusqu’en 1970. Même s’il était illégal d’en produire, le cidre a toujours été un favori des québécois qui recourraient à la ruse pour s’en procurer. LE PHÉNIX ET LA DÉCHÉANCE De 1970 à 1974, lorsque le cidre, tel le Phénix renaissant de ses cendres, a refait surface, sa popularité était telle que les producteurs, incapable de faire face à la demande ont commercialisé des cidres industriels trop acides en raison du manque de maturité. Ceci marque une autre période sombre pour le cidre québécois. LA SECONDE NAISSANCE Grâce au courage et au travail ardu des artisans, le cidre du Québec est revenu à la vie en 1988 lorsque les premiers permis de cidre artisanal ont été accordés. Ces produits sont la preuve du savoir-faire des producteurs de cidre québécois qui misent sur l’excellence. C’est ainsi que le cidre québécois a retrouvé ses lettres de noblesse. L’ÉPOQUE DORÉE La nouvelle popularité du cidre s’est accrue depuis 2000 avec l’arrivée de nouveaux produits originaux tels les mistelles et les cidres de glace. Leur goût unique, leur rondeur et la personnalité des cidriculteurs québécois les rendent irrésistibles. Ils méritent leur place au palmarès de nos produits du terroir préférés. Récemment, les cidres québécois ont élu domicile sur les tablettes de la SAQ. Quel revirement depuis 1921 ! De plus, le cidre de glace franchi actuellement les premières étapes de commercialisation à l’étranger et les experts prédisent de grandes opportunités dans un avenir rapproché. LE CIDRE DE GLACE Ce produit, inventé au Québec, est unique et typique de notre région en raison de notre climat qui est favorable à sa production. Ceci fait donc du Québec un pionnier dans la production de cidre de glace. Ce qui distingue principalement le cidre de glace est la présence de sucre résiduel ce qui en fait un produit avec un taux d’alcool variant de 11% à 20%. Il se conserve aussi très bien. Le cidre de glace est un cidre doux préparé à base d’un concentré de pommes récoltées tard en saison. Son jus est concentré grâce à un procédé naturel avant que la fermentation ne soit déclenchée. Comme pour un vin de glace, les fruits destinés au cidre de glace doivent avoir gelé, et aucun sucre, ni alcool, colorant ou autre arôme n’y seront ajoutés. Source : www.cidreduquebec.com. Vnara chcrthcx crrdrair au ccnrre-vilLc ciU dffoouaer dca wideaaanFeMnces. m cherchez pluEl 111oa$.91Tron:4 ds € çariiE ; i3 i'heurt,h. la 41crni.-jalrnti : la jourrrtc. Centre de vidéoconférence au centre-ville de Montréal EAfim pout dt Fd.i. Ji111.710 IsIIJ'IgflCogui., W11 : {,.communiquer " 4L ahIprj arxc Nathrilic Caron (.5-14)848-0542 cxt9.31 Le Novembre 07 PLANIFICATEUR 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :