Le Planificateur n°11-5 mai 2013
Le Planificateur n°11-5 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11-5 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Planificateur

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 46,9 Mo

  • Dans ce numéro : le Midi du Plani... un événement pour les stars.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Savez-vous ce que Sonia Pépin, directrice principale logistique et opérations au Festival International de jazz, a dit lorsqu’on l’a interrogée sur l’impact qu’aurait un prix Grand Vivat 2013 (lesvivats.com) pour reconnaître les gestes responsables du Festival ? Malgré qu’ils posent des gestes verts depuis 20 ans « ça serait une reconnaissance hyper appréciée et hyper motivante pour continuer tout ce qu’on a à faire parce que ce n’est pas fini ». Au Conseil québécois des événements écoresponsables on pense de la même manière. Pour nous chaque événement a ses propres défis à relever en concordance avec ses valeurs. Chacun évolue à son rythme, de nouveaux produits ou services sont offerts, les parties prenantes ont de nouveaux besoins. L’adaptation est de mise ! On voit encore et même de plus en plus d’événements publics, d’événements privés, intérieurs et extérieurs à Montréal, Québec et dans toutes les régions du Québec qui mettent en place une démarche durable d’amélioration continue. Souvent on commence par récupérer les matières recyclables (papier, verre, plastique, métal), on diminue ses impressions papier, on communique virtuellement. Les normes en gestion responsable d’événement (BNQ, APEX/ASTM, ISO) peuvent servir de guide de référence, 20 Le PLANIFICATEUR VOLUME 11 NO 05 WWW.LEPLANIFICATEUR.CA v e r t 0-Un mouvement qui ne risque pas de s’arrêter ! d’outil de gestion, de motivation dans l’amélioration des pratiques. Les normes ont aussi leurs limites. Les impacts sociaux peuvent être évalués entre autres par le nouvel outil développé par Festivals et Événements Québec (www.attractionsevenements.com/accueil/services/information-et-recherche.html). Vous seriez surpris de l’impact des commanditaires d’événement. On nous dit à l’occasion sous le couvert de l’anonymat que c’est la pression d’un commanditaire (Loto-Québec, Cascades, Hydro-Québec, SAQ, Gaz Métro, etc.) qui a décidé l’organisation à poursuivre sa démarche responsable. Parfois, on nous dit aussi que certains gestes verts seront mis en place seulement si un commanditaire accepte de s’y associer. Un réel engagement durable ne devrait pas occasionner de coûts supplémentaires mais bien des économies. Pour ça nul besoin de partenaire financier…. À propos du Conseil québécois des événements écoresponsables (CQEER) Le CQEER a pour objectif de faciliter et d’encourager l’organisation d’évènements écoresponsables au Québec. Le CQEER assure un développement constant des connaissances dans ce domaine, stimule l’offre de produits et de services écoresponsables et met à la disposition du public un portail Internet rassemblant une foule d’informations : www.evenementecoresponsable.com...0041Par Caroline Voyer Caroline Voyer, directrice générale du Conseil québécois des événements écoresponsables, cvoyer@rqfe.org, Cell : 438 936-8081
,e0em..m—v e r t —e0e De l’écologie dans l’air Par Laura Bony Les voyages en avion sont rapides, pratiques et sûrs. Cependant, ce n’était pas vraiment le moyen de transport le plus « éco-efficace ». Aujourd’hui il peut le devenir : les efforts en recherche et développement des constructeurs leurs ont permis de trouver des procédés et des composants révolutionnaires pour la planète. C’est le cas notamment d’Airbus, premier constructeur de l’industrie à avoir reçu la norme environnementale ISO 14001, pour tous ses sites de production. Concrètement, les innovations menées par la compagnie concernent toute la chaîne de production, depuis l’utilisation d’un processus d’usinage sans produit chimique, en passant par l’économie d’énergie et d’eau pendant le cycle de construction, jusqu’à l’utilisation d’une peinture brevetée par la marque, aussi fine qu’un cheveu et résistante aux températures les plus extrêmes. Cependant, les améliorations environnementales aériennes doivent être coordonnées par tous les acteurs du domaine (compagnies aériennes, fabricants, autorités, etc.). Dans le cadre de ses efforts, Airbus s’associe donc désormais avec plusieurs compagnies aériennes pour mettre en valeur les avantages environnementaux d’un « vol parfait » qui combine plusieurs procédures « écoefficaces » de l’entreprise avec une gestion moderne du trafic aérien pour créer le vol le moins polluant possible. Airbus et Air France ont lancé leur premier « vol parfait » en octobre 2011, sur un vol Paris-Toulouse effectué en A321, par la mise en pratique de plusieurs éléments de la feuille de route environnementale du constructeur et de la compagnie aérienne. Ils ont, par exemple, utilisé un carburant moins polluant, ou encore trouvé le moyen d’avoir une cabine plus légère. Ce vol a émis deux fois moins de CO2 qu’un vol régulier. Le premier « vol parfait » nord-américain quant à lui a eu lieu en juin 2012, grâce à la collaboration d’Air Canada, sur un A319 de Toronto à Mexico. Cet avion volait avec 50% de biocarburant, à base d’huile de friture usagée, du jamais vu dans l’aérospatiale. Pour plus d’informations sur ces avancées futuristes et bonnes pour la planète, vous pouvez vous rendre directement sur le site d’Airbus (www.airbus.com/innovation/eco-efficiency) ou directement sur place, à Toulouse, dans le cadre du programme « Let’s Visit Airbus » réservé aux voyageurs d’affaires qui voudraient pimenter leurs sorties corporatives. WWW.LEPLANIFICATEUR.CA NO 05 VOLUME 11 Le PLANIFICATEUR 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :